Votre panier est vide

Rubriques :
Concerts, festivals et tournées

Katia et Marielle Labèque, retour à Bernstein

Par Max Dembo |

Aux côtés de l’Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi, Katia et Marielle Labèque revisiteront Bernstein et créeront Dubugnon le 15 mars à Pleyel

Jeudi 15 mars, Katia et Marielle Labèque installeront leurs pianos sur la scène parisienne de la Salle Pleyel, entourées de l’Orchestre de Paris dirigé par Paavo Järvi. Au programme de cette soirée, West Side Story (suite) de Leonard Bernstein, la création française de Battlefield, Concerto pour deux pianos et double orchestre de Richard Dubugnon et Roméo et Juliette (suite) de Sergeï Prokofiev.

Dans le West Side, quartier de Manhattan où s’affrontèrent un temps des bandes d’adolescents opposés par leur seule origine, Bernstein transposa le Roméo et Juliette de Shakespeare pour signer la comédie musicale la plus célèbre de Broadway. Avec ses avalanches de rythmes, voici un prologue idéal au nouveau concerto du compositeur français Richard Dubugnon. Son Concerto pour violon, créé avec l’Orchestre de Paris par Janine Jansen en 2008, débordait déjà d’énergie. Voici maintenant deux pianos face à face, comme deux taureaux qui se heurtent. Une œuvre baptisée Battlefield, champ de bataille. Katia et Marielle Labèque développent depuis des années tout un nouveau répertoire pour duo de pianos et orchestre. L’Orchestre de Paris les avait retrouvées, il y a deux ans, dans un concerto latino-américain signé Golijov et Grau, entourées de percussions. Un programme joliment bouclé par un retour à Roméo et Juliette, non plus américanisé par Bernstein, mais magnifiquement détaillé, raconté, par l’orchestre de Prokofiev.

Un duo anticonformiste abordant des répertoires aussi éclectiques qu'inattendus, voilà bien ce qui caractérise le parcours de Katia et Marielle Labèque. Il y a quelques mois, elles revisitaient au disque deux pierres angulaires de la musique américaine du XXe siècle. En enregistrant Rhapsody In Blue de George Gershwin et West Side Story de Bernstein dans un arrangement pour deux pianos et percussions, elles ont écrit une nouvelle page de leur aventure atypique dans laquelle elles se sont engagées depuis plusieurs décennies. Un enregistrement à part pour les inséparables sœurs, leur version de la Rhapsody In Blue de 1980 s’étant vendue à plus d’un demi-million d’exemplaires ! A part comme tout ce qu’elles ont toujours entrepris, aussi à l’aise chez Ravel que dans le répertoire espagnol qui leur tient tant à cœur, dans Mozart comme chez les contemporains…

Filles d’Ada Cecchi, ancienne élève de Marguerite Long, Katia et Marielle Labèque étudient le piano avec leur mère. Dans la maison de leur enfance, tout respire la musique et il y a deux grands pianos. Après le Conservatoire de Paris où elles obtiennent un Premier Prix, elles choisissent le domaine contemporain (Boulez, Berio, Ligeti et Messiaen).

Puis le répertoire des sœurs Labèque s´ouvre aux pièces les plus variées et elles passent avec insolence de Brahms au Ragtime, de Liszt à Gershwin, de Stravinsky à Messiaen, de Schubert à Bernstein, de Mozart à Debussy, de Bach à l´avant-garde des jeunes compositeurs anglais comme Dave Maric ou Joe Duddell.

Depuis leur fameux premier enregistrement chez Philips de Rhapsody In Blue, Katia et Marielle Labèque ont gravé des CD chez Philips, Sony et EMI. Le vœu de jeter un pont entre tous les aspects de la création contemporaine les a mené à créer leur propre label, KML Recordings.

En 2005, elles ont même créé la Fondation KML dont le but est d'approfondir la recherche et de développer la connaissance du répertoire pour deux pianos, à travers des rencontres entre artistes de tous domaines, qu'ils soient musiciens, cinéastes ou écrivains.

Ecoutez notre rencontre-podcast avec Katia Labèque

Le site officiel de Katia et Marielle Labèque

Le site officiel de KML Recordings

Le site de la Salle Pleyel

À découvrir autour de l'article