Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Marion Brown est mort

Par Marc Zisman |

Le grand saxophoniste de free jazz qui souffla aux côtés de John Coltrane, Archie Shepp, Mal Waldron et bien d’autres s’est éteint à 79 ans.

Marion Brown est décédé le 10 octobre en Floride. Le saxophoniste était âgé de 79 ans. Acteur phare de la scène free américaine des années 60 et 70, il participa à de nombreux albums majeurs comme Ascension de John Coltrane et joua avec Mal Waldron, Harold Budd, John Fischer et Gunter Hampel.

Né le 8 septembre 1931 à Atlanta, il étudie la musique dès 1956 dans sa ville natale. Il s’envole pour New York en 1962 où il rencontre le poète LeRoy Jones (alias Amiri Baraka) et de nombreux jeunes acteurs de la scène free comme Ornette Coleman, Archie Shepp, Sun Ra, Pharaoh Sanders, Paul Bley ou bien encore Rashied Ali. Son nom apparait alors sur certains albums essentiels de cette ère chaotique de liberté exacerbée que connait le jazz comme Fire Music et New Wave In Jazz d’Archie Shepp et surtout Ascension de Coltrane.

En 1967, Marion Brown se rend à Paris et approfondit l’architecture, l’impressionnisme, l’art africain et la musique de Satie. Un peu plus tard, il signe la musique du film de Marcel Camus, Le Temps fou, une bande originale à laquelle participent Steve McCall, Barre Phillips, Ambrose Jackson et Gunter Hampel.

Brown rentre au pays en 1970 et se tourne vers l’enseignement. Il s’installe à New Haven dans le Connecticut et devient professeur dans une école publique. Il travaillera par la suite dans divers lycées et universités : Brandeis University, Colby College, Amherst College et Wesleyan University. En 1976, il décroche un diplôme en ethnomusicologie, sa thèse s’intitulant La Musique et les voyages d’un musicien de jazz contemporain.

Parallèlement à cette carrière, Marion Brown compose et se produit régulièrement. En 1981, il s’oriente vers le dessin et la peinture. Ses enregistrements se font alors de plus en plus rares. Il publie tout de même quelques disques en solo ou en compagnie de Mal Waldron (le beau Songs Of Love And Regret en 1985 pour Freelance Records), Harold Budd ou bien encore Wadada Leo Smith. Au début des années 2000, sa santé se dégrade. En 2005, il s’installe dans une maison de retraite de Floride où il est décédé.

Ici à Lugano en Italie, Marion Brown est aux commandes de son quartet sauvage :



 Lire aussi

À découvrir autour de l'article