Votre panier est vide

Rubriques :
Bancs d'essai

Focal Celestee : un casque haute-fidélité fermé à l’esprit ouvert

Par Alban Amouroux |

Bien qu’aussi imposant que les Stellia, Clear ou Elegia, le nouveau Focal Celestee se veut un casque mobile de luxe. Pour cela, il fonctionne en clos afin de bien s’isoler des bruits extérieurs. Il reprend le design bien connu des autres casques avec une nouvelle couleur pour le différencier : le bleu navy.

Focal ne s’endort par sur les lauriers obtenus avec bon nombre des modèles de sa gamme de casques. Cette gamme est cohérente avec un étalement tarifaire très large pour répondre aux demandes de tous les passionnés. Il faut aussi noter que Focal propose des casques clos comme des casques ouverts. Chaque modèle est soit l’un, soit l’autre. Le Celestee rejoint la famille des clos.

La vocation de ce casque est la mobilité. Il pourra donc être associé à un smartphone ou à un baladeur. Rien ne vous empêche bien sûr de l’utiliser en sédentaire. Focal a beaucoup travaillé sur les associations de couleurs et de matériaux. Ce bleu navy n’est donc pas tombé par hasard. C’est un choix réfléchi pour donner un côté luxueux au Celestee, où le bleu foncé rencontre la couleur cuivrée sur certains éléments bien précis pour se démarquer de ce qui peut déjà exister dans le secteur. Et rendre ainsi le Celestee immédiatement reconnaissable.

Caractéristiques

Prix : 999 €
Impédance : 35 ohms
Sensibilité : 105 dB SPL / 1 mW @ 1 kHz
Distorsion : 0,1 % @ 1 kHz / 100 dB SPL
Réponse en fréquence : 5 Hz - 23 kHz
Transducteur : dôme à profil M en aluminium/magnésium de 40 mm
Câbles fournis : 1x câble 1,2 m asymétrique jack TRS 3,5 mm, adaptateur jack 3,5/6,35 mm
Accessoires : valise rigide de transport (250x240x120 mm)
Poids : 430 g

Présentation générale du Celestee

Si vous êtes familier des casques Focal, vous reconnaîtrez l'aspect extérieur du Celestee. Ce nouveau coloris bleu navy se retrouve partout, de l’arceau aux coussinets en passant par les fourches en aluminium. Celles-ci sont liées aux oreillettes via des pièces terminées par des capuchons couleur bronze. Cette seconde couleur prend place également aux extrémités de l’arceau, sur l’extérieur des oreillettes où se trouvent logo et nom du casque, sur les fiches de connexion ainsi qu’à l’intérieur des oreillettes.

Avec 430 grammes, le Celestee fait partie des casques imposants. Dans ce domaine, il est assez proche des 490 g de l’Audeze LCD-GX que nous avons testé il y a peu. Pourtant, le confort est tout à fait différent. La répartition des masses semble plus équilibrée sur le Focal. L’appui autour des oreilles est moins étouffant tandis que l’arceau appuie un peu plus sur la tête. Comme il est suffisamment bien rembourré, ce n’est pas gênant.

Les confortables coussinets en cuir font bien leur office en participant à l’isolation des bruits extérieurs. Celle-ci est très performante. Ce casque fermé est à la limite d’un casque à annulation de bruit active. Une fois le Celestee sur la tête, une bulle de silence se crée. C’est ce qui justifie l’usage nomade de ce casque. Vous n’entendez rien de l’extérieur, et quasiment aucun son ne sort du casque.

Le casque est assez souple pour bien épouser les contours de la tête. L’arceau se règle via des crans. Les arches permettent aux oreillettes de pivoter sur elles-mêmes. Tandis qu’une légère torsion est possible. Tout cela sans aucun bruit de craquement lorsque l’on bouge la tête.

Fonctionnement du Celestee

Focal a équipé le Celestee de son fameux transducteur de 40 mm à dôme en forme de M. Il est constitué d’un alliage d’aluminium et de magnésium pour la légèreté. Bien au fond des oreillettes, il est protégé par une grille au dessin en nid d’abeille. Focal l’a accompagné d’un traitement acoustique afin de supprimer toute résonance néfaste des coques.

Le Celestee présente une impédance classique de 35 ohms qui facilitera son usage avec un smartphone, et avec n’importe quelle sortie casque en général. La sensibilité est importante pour obtenir des niveaux d’écoute élevés, sans jamais en abuser bien entendu. La bande passante annoncée s’étend de 5 Hz à 23 kHz, de quoi ne perdre aucune miette dans tous les styles musicaux.

Tous les casques Focal Hi-Fi sont livrés dans une valise de transport rigide dont la couleur est assortie à celle du casque. Elle protège efficacement le Celestee tout en ménageant des espaces pour le câble et l’adaptateur jack/mini-jack. A ce sujet, un seul cordon détachable est livré. Les fiches sont d’excellente qualité pour des contacts sans jeu. En revanche, il mesure seulement 1,2 mètre. C’est parfait avec un baladeur, mais un peu moins si l’on souhaite se relier à une chaîne Hi-Fi. Au format classique mini-jack mono pour chaque oreillette, il est facile de le remplacer par un modèle plus long à acquérir séparément.

A l’écoute

Nous avons débuté nos écoutes avec notre petit DAC USB/ampli casque Pro-ject S2. Il n’a eu aucun problème à alimenter le Celestee. Nous l’avons également relié à un RME ADI-2 Pro AE, puis à un Matrix Audio Mini-I 3 Pro dont vous lirez bientôt le test ici. Autant l’écoute avec n’importe quelle source est possible, comme un simple smartphone, autant vous pourrez tirer encore plus du Focal Celestee en montant en gamme côté électronique. Le dernier extrait Peur des filles du groupe L’Impératrice issu de leur album Tako Tsubo aux sonorités électro/pop/funk distille une large ambiance en dehors du casque avec différentes strates où les instruments sont bien espacés. Nous pouvons le vérifier sur le So What en live de Marcus Miller et l’Orchestre de Monte-Carlo dont les différents instruments nous encerclent avec une belle sensation d’épaisseur et de distance.

Si vous êtes habitué aux casques débordant de basses, le Celestee pourrait vous décevoir au premier abord. En le remettant dans son contexte et en faisant bien attention au respect des registres, on se rend compte de l’excellente linéarité de ce casque : le grave est bien présent, ni en avant, ni en retrait. Il joue ce qu’il doit jouer avec vigueur et réalisme. Les basses sont reproduites avec tous les détails nécessaires : percutantes, rondes ou profondes selon les titres. Elles offrent une véritable assise à tous les morceaux sans jamais être recouvertes par le reste, même sur des enregistrements anciens qui deviennent ainsi plus agréables à écouter. Pour pousser l’exercice assez loin, nous avons écouté North Star par Tales Of Us et son infragrave démoniaque. Le Celestee n’a pas bronché en reproduisant des nappes venues des tréfonds de la Terre, bien en place sans gêner le reste de la musique.

La soul rétro plutôt intimiste de l’album Introducing… d’Aaron Frazer n’est pas forcément facile à passer sur tous les systèmes. Ultra-centrée, la scène reste néanmoins facilement lisible avec la voix très caractéristique de l'Américain dont on peut profiter des moindres détails et inflexions. Les instruments à l’ancienne forment un ensemble compact proche du chanteur mais là encore précis dans les timbres et les placements. Au final, le Celestee fonctionne avec tous les styles musicaux. Il excelle sur le classique et plus particulièrement sur la reproduction des symphonies telles que la N° 6 « Pathétique » de Tchaïkovski par le Berlin Philharmoniker. Les résonances accompagnant les instruments participent à recréer une vaste scène sonore. On se retrouve baigné dans la musique, l’orchestre nous entoure, les montées en puissance se font naturellement. Tout reste constamment lisible et nous invite à de longues heures d’écoute.

Les + :
Qualité de fabrication et de présentation
Excellente isolation passive
Scène sonore 3D
Maîtrise du grave
A l’aise partout

Les - :
Le seul cordon fourni est trop court

Conclusion

Voilà encore une réussite à mettre au crédit de Focal. Le Celestee est un casque clos haute-fidélité, il n’y a aucun doute là-dessus. Son atout majeur réside dans sa capacité à créer une image sonore en trois dimensions en dehors des limites de la tête, alors même que c’est un casque fermé. Une performance que nous avions déjà notée sur le très haut de gamme Stellia. Profitons-en pour les comparer : le Stellia peut-il justifier son coût trois fois plus élevé que le Celestee ? Comme toujours dans la Hi-Fi, un investissement conséquent n’est pas forcément en rapport avec le gain obtenu. Il y a donc un certain air de famille entre ces deux casques, bien que le Stellia soit autrement plus performant grâce à ses transducteurs en béryllium. C’est cette beauté et cette véracité des timbres du Stellia dans le médium/aigu qu’il manque au Celestee. Si on remet ce dernier à sa place niveau prix et face à sa concurrence directe, il reste un excellent casque déjà très fidèle et respectueux du message sonore qui n’engendre aucune fatigue grâce à un confort indéniable. Le Celestee est un casque fermé de référence dont le tarif nous paraît parfaitement justifié.