Votre panier est vide

Rubriques :
Vidéo du jour

Romain Collin, jazz pluriel

Par Clotilde Maréchal |

Le 3e album du plus new-yorkais des pianistes français...

Romain Collin commence le piano très jeune avec des études de classique. Il est exposé peu après à la musique d'Oscar Peterson, Erroll Garner et Herbie Hancock, et se découvrira ainsi une passion pour le jazz et l'improvisation. Après avoir visité New York à l'âge de 15 ans, il se promet de s'y installer un jour. Première étape vers la concrétisation de son rêve : accepter en 2001, à seulement 20 ans, une bourse obtenue au Berklee College of Music de Boston. Il est ensuite admis au prestigieux Thelonious Monk Institue of Jazz de Los Angeles, après avoir passé une audition devant Herbie Hancock, Wayne Shorter et Ron Carter ! Peu après, Collin a l'opportunité de partir en tournée au Vietnam et en Inde avec ces mêmes Hancock et Shorter, une expérience qu'il décrit en ces termes: « C'était une chance unique de découvrir ces personnalités, tant sur le plan humain qu'artistique. Nous passions beaucoup de temps ensemble à visiter chaque ville, avant de donner des concerts où je faisais des quatre-mains avec Herbie ! C'était une expérience inoubliable, et très formatrice. » Au terme de ses études au Monk Institute, Romain Collin voit ses projets se réaliser : il vit à New York. « Ce qui rend cette ville unique, c'est son intensité. Il y a ici énormément de musiciens exceptionnels que j'ai la chance de côtoyer régulièrement, et qui m'inspirent énormément. Tout est en constante ébullition à New York on y découvre des choses nouvelles en permanence. » Romain Collin se fait rapidement un nom aux États-Unis, où il enregistre notamment aux côtés d'artistes tels que Mike Stern, John McLaughlin ou Christian McBride, tout en sortant deux albums en leader : The Rise And Fall Of Pipokuhn en 2009 et The Calling en 2012. Son intuition d'associer le son à l'image l’amènera également à composer de la musique orchestrale pour films et documentaires. Sa cuvée 2015 intitulée Press Enter est un univers musical singulier qui résulte de toutes les influences de son compositeur : de la musique classique au jazz traditionnel et contemporain en passant par la musique de film. Le titre de cet album reflète l'engagement singulier et sans compromis de Romain Collin dans une vision artistique qui lui est propre. C'est aussi un clin d'œil à l’un de ses mentors, Wayne Shorter, dont il relate l'anecdote suivante : « Quand j'étais en Inde avec Wayne, nous avons discuté des rêves que l'on peut tous avoir, en musique ou dans la vie, ainsi que des inhibitions qui nous empêchent de les concrétiser. Après une pause, il m'a dit "PRESS ENTER!" ».



À découvrir autour de l'article