Votre panier est vide

Rubriques :
News

Rap'vant-garde

Par Clotilde Maréchal |

Le 2e album expérimental et fascinant du tandem Shabazz Palaces...

Sous ce nom mystérieux de Shabazz Palaces se cachent en fait Ishmael Butler (alias Palaceer Lazaro) et Tendai Maraire. Première signature hip hop du label indie-rock par excellence Sub Pop, ce tandem basé à Seattle, avait signé avec Black Up en 2011, une œuvre étonnante et troublante, gorgée de rap old-school mais surtout très avant-gardiste… Une ambiance qui suinte également de sa suite, Lese Majesty qui sort le 18 août. Avec des sonorités electro ovni et des vrais-faux samples eux aussi très étranges, Shabazz Palaces évoquait une improbable rencontre entre Cloudddead, les premiers enregistrements du Wu-Tang Clan et des textures trip hop… Une sorte de hip hop énigmatique et psychédélique, très expérimental, avide de nouvelles sensations, ouvert sur le monde et incandescent, musique répétitive empruntant ses rythmiques à l’Afrique, ses sub-basses à l’Angleterre et son flow nonchalant à la Côte Ouest des États-Unis… Mais ce qui pourrait vite être un grand n’importe quoi s’avère au final se transformer en une musique à l’architecture fascinante, peu aisée de prime abord, mais dont les méandres deviennent rapidement hypnotiques. Il y a du Sun Ra et du Flying Lotus dans Shabazz Palaces. Il y a aussi de l’expérience. En effet, Butler (45 ans tout de même !) n’est autre que l’ancien MC des Digable Planets, excellent groupe qui marqua la scène hip hop au début des années 90 avec un bel alliage de rap et de jazz dans la lignée d’A Tribe Called Quest (leur album Reachin' (A New Refutation Of Time And Space) en 1993 n’a pas pris une ride) et Maraire, n’est autre que le fils de Dumisani Maraire, expert du m’bira (instrument traditionnel du Zimbabwe, appelé aussi nyunga nyunga) disparu en 1999. Deux musiciens éclectiques ayant trouvé dans ce projet sans équivalant un médium fascinant pour compiler leurs rêves communs. Leurs cauchemars aussi…



À découvrir autour de l'article