Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Lonnie Mack est mort

Par Antoine Roché |

Le guitariste admiré par Stevie Ray Vaughan, Keith Richards ou encore Eric Clapton s'en va rejoindre les cieux du blues rock pour des jams qui s'annoncent enflammées...

Lonnie Mack est décédé le 21 avril 2016 à Nashville à l’âge de 74 ans… Il était l’illustration d'un précurseur arrivé trop tôt pour son époque. Source d’inspiration pour tous les grands guitaristes et groupe de blues rock de la fin des années 60 et 70, il n’a pas été reconnu à juste titre par le grand public. Originaire des terres de l’Indiana, le jeune Lonnie grandit dans une Amérique rurale où la musique s’impose comme l’une des rares issues pour sortir de l’ennui. Alors que sa mère lui apprend les premiers accords à la guitare lorsqu’il n’a que 5 ans, c’est à l’église qu’il joue ses premiers morceaux. Musicien précoce, il abandonne l’école à 12 ans et transforme les bars et clubs des états du Nord des Etats-Unis en sa nouvelle cours de récréation. Lonnie Mack fait d’une Gibson Flying V de 1958 (une originale, la 7ème sortie de l’usine) équipée d’une barre de tremolo Bigsby sa guitare maîtresse pour toute sa carrière. Pas forcément l’arme la plus en vogue à son époque, il se crée alors un son qui lui est propre. En plus de ça, il est selon Stevie Ray Vaughan le meilleur joueur de vibrato qu’il n’ait jamais entendu.



The Wham Of That Memphis Man! est publié en 1963. Composé d’une séquence instrumentale où Lonnie Mack reprend le fameux titre Memphis de Chuck Berry, cet album permet au guitariste d’entrer dans le top 5 du Billboard américain. Malgré tout, sa renommée demeure limitée et il faut attendre une chronique du magazine Rolling Stones en 1968 pour qu’une sorte de revival ait lieu et que le public le rappelle. Alors, une grande quantité de salles aux quatre coins des Etats-Unis lui ouvre leur porte et il entame une immense tournée. Lonnie Mack est d’ailleurs invité en studio par les Doors pour jouer les lignes de basse des chansons Roadhouse Blues et Maggie M’Gill du grand Morisson Hotel.



Même si le guitariste reste en marge du milieu musical au milieu des années 70, son admirateur de toujours Stevie Ray Vaughan le convainc de faire son retour et Lonnie Mack publie, en 1985, son album à succès Strike Like Lightning. Jouissant d’une grande notoriété auprès de ses pairs, il est cité comme le plus grand guitariste de sa génération par beaucoup. N’ayant plus à prouver, il a aussi été le sideman de monstres comme James Brown ou Freddie King. Que ce soit les grands de la British Invasion (Keith Richards, Beck, Clapton…), Stevie Ray Vaughan ou Bootsy Collins de Funkadelic (qui fait de Lonnie son idole), tous se revendiquent des influences du garçon de l’Indiana. Le double Hall Of Famer (rockabilly et guitare) entame son dernier voyage le 21 avril 2016, laissant derrière lui onze albums et une immense source d’inspiration.

Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article