Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Gianmaria Testa est mort

Par Max Dembo |

Fan de jazz et de Léo Ferré, le grand chanteur piémontais très populaire en France a succombé à un cancer à l’âge de 57 ans.

Gianmaria Testa est décédé le 30 mars 2016 à Castiglione Falletto. Au printemps 2015, il avait annoncé être atteint d’un cancer qui l’a finalement emporté à 57 ans. Le chanteur italien était un auteur attachant, profond et lettré. Un homme de la terre qui slalomera entre folk, rock, blues, jazz et musique traditionnelle avec une grande classe et s’entourera toujours de musiciens tout aussi recommandables.

Né en 1958 à Cavallermaggiore dans le Piémont au sein d’une famille d'agriculteurs, Testa fut chef de gare ! Un emploi qui ne l’empêche guère d’assouvir sa passion, l’écriture, et qu’il conservera jusqu’en 2007 ! Ses chansons, il les porte de sa voix grave et chaleureuse. En 1995, il publie son premier album en France, chez Label Bleu, Montgolfières. L’année suivante, il signe Extra-Muros. Son nom s’installe au point qu’il est à l’affiche de l'Olympia ! De quoi attirer enfin les oreilles de la presse transalpine…



En 1999, sur son album Lampo Gianmaria Testa s’entoure notamment du tromboniste Glenn Ferris, du violoncelliste Vincent Segal, de l’organiste Riccardo Tesi et de Rita Marcotulli au pianoforte. En 2000, il compose l'album Il valzer di un giorno en duo guitare-voix avec Pier Mario Giovannone, sa première production réalisée en Italie. Un disque au cœur duquel surgissent de belles lectures de poésies dont La Plage du prophète que son ami l’écrivain Jean-Claude Izzo lui a donné juste avant sa mort. Il était aussi ami d’un autre écrivain, son compatriote Erri De Luca.



Par la suite, Testa inaugurera l'édition 2002 du Umbria Jazz Festival. En 2003, Altre latitudini accueille d’autres musiciens de renom parmi lesquels Enrico Rava. Le chanteur piémontais a toujours su s’engager comme il le prouvera en 2006 avec Da questa parte del mare sur lequel il évoque les migrants… Deux ans plus tard, il signe un disque de jazz en hommage à Léo Ferré avec Paolo Fresu, Roberto Cipelli, Attilio Zanchi et Philippe Garcia. En 2011, il publiait Vitamia, disque composé de onze chansons qui étaient le fruit d’une réflexion personnelle et sociale durant cinquante années, 18.000 jours (titre d'une des chansons les plus évocatrices de cet opus), une fresque humaine et sentimentale aux nuances et couleurs musicales mouvantes et variées à l’image de la vie… Peut-être aussi le disque de Testa auquel on ne s’attendait pas… En 2013, il avait publiait son dernier album, un live baptisé Men At Work.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article