Votre panier est vide

Rubriques :
Chers disparus

Chips Moman est mort

Par Marc Zisman |

Grand artisan du son de Memphis, le producteur américain ayant notamment œuvré derrière Elvis Presley et les Highwaymen s'est éteint à 79 ans.

Chips Moman est décédé le 13 juin 2016, dans un hospice de sa ville natale de LaGrange en Géorgie, un jour seulement après avoir soufflé ses 79 bougies… Producteur, songwriter et guitariste de renom, il restera comme un collaborateur clef d’Elvis Presley qu’il ressuscitera à la fin des années 60 et travaillera aux côtés des plus grands parmi lesquels Willie Nelson, Waylon Jennings, B.J. Thomas, Dusty Springfield, les Box Tops d’Alex Chilton et quelques autres. Lorsque Johnny Cash, Waylon Jennings, Kris Kristofferson et Willie Nelson lancent les Highwaymen en 1985, beaucoup qualifient Moman, producteur des deux uniques albums de ce supergroup country, de cinquième Highwaymen. Il restera également comme l’un des artisans majeurs d’un son soul propre au Memphis des années 60.

Né Lincoln Wayne Moman le 12 juin 1937, Chips Moman touche sa première guitare à 3 ans. Il quitte l’école à 14 ans et part vivre à Memphis où il croise la route de Warren Smith, grand chanteur rockabilly du label Sun Records qui, époustouflé par son jeu de guitare, l’engage pour l’épauler dans un club de l’Arkansas où il doit se produire avec Carl Perkins et Roy Orbison ! A la même époque, Moman pige aussi pour d’autres légendes du genre comme Gene Vincent et les frères Burnette. Il devient guitariste de session au studio Gold Star de Los Angeles à la fin des années 50, ne perdant pas une miette du travail des techniciens qui l’entourent alors. De retour à Memphis, il croise la route du tandem fondateur du label Stax, Jim Stewart et Estelle Axton, qui lui fait produire Gee Whiz (Look at His Eyes) de Carla Thomas en 1960 et You Don’t Miss Your Water de William Bell l’année suivante. Là, il travaillera également pour Rufus Thomas, Booker T. & The M.G.’s et les Mar-Keys Mais l’association ne dure qu’un temps et Chips Moman se sépare de Stax pour monter son propre établissement, l’American Sound Studio qu’il dote d’un groupe maison baptisé les Memphis Boys. Entre 1965 et 1971, plus d’une centaine de disques sort de ses fourneaux ! Des enregistrements signés Box Tops (le tubesque The Letter de 1967), Bobby Womack, Neil Diamond, B. J. Thomas, Joe Tex, Dusty Springfield (dont le chef d’œuvre Dusty In Memphis enregistré en septembre 1968), Petula Clark, Roy Hamilton ou bien encore Wilson Pickett.



Chips Moman est aussi un auteur prisé et il co-signe avec Dan Penn deux chefs d’œuvres de la soul que sont Do Right Woman, Do Right Man pour Aretha Franklin et surtout The Dark End Of The Street pour James Carr. Producteur, auteur mais aussi guitariste comme il le montre sur I Never Loved A Man (The Way I Love You) d’Aretha Franklin. En 1969, sa carrière prend une toute autre tournure lorsqu’il réussit à attirer un certain Elvis Presley dans son American Sound Studio. Le King n’a alors pas décroché de hits depuis 1965, dépassé qu’il est alors par les Beatles, les Stones et toute la génération montante. Moman ré-enracine Elvis dans la soul, la country et le blues. Des sessions plus que mythiques qui déboucheront sur les albums de 1969 From Elvis In Memphis et From Memphis To Vegas/From Vegas To Memphis sur lesquels brillent les fabuleux In The Ghetto, Suspicious Minds, Don’t Cry Daddy et autres Kentucky Rain.



Malgré ce succès, le business ralentit violemment pour l’American Sound Studio qui baisse son rideau en 1972. Moman passera le reste des années 70 à Nashville, produisant ou écrivant principalement pour des épées de la country music, notamment ceux du mouvement outlaw… Avec Bobby Emmons, il co-écrit Luckenbach, Texas (Back to the Basics of Love) pour Waylon Jennings en 1977 et produit Mammas, Don’t Let Your Babies Grow Up To Be Cowboys que chante en duo ce même Waylon Jennings avec Willie Nelson. Son CV se remplit de nouveaux noms de stars parmi lesquels Townes Van Zandt, Johnny Cash, Tommy Roe, Kris Kristofferson, Merle Haggard, Ronnie Milsap, Tammy Wynette et Billy Joe Royal. L’aventure des Highwaymen lui apporte un nouveau succès. Et dans ce même esprit de réunion de stars, il produira, en 1986, l’album Class of ’55 qui rassemble les vieilles gloires de Sun Records que sont Johnny Cash, Carl Perkins, Roy Orbison et Jerry Lee Lewis.



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article