Catégories :

Yuja Wang et Gautier Capuçon, séquence romantique

Quand la pianiste pékinoise et le violoncelliste chambérien s'attaquent aux sonates de César Franck et Frédéric Chopin...

Par François Hudry | Vidéo du jour | 8 décembre 2019
Réagir

Jeunes et beaux, ils marchent d’un pas conquérant et presque menaçant à la Bonnie & Clyde sur la pochette de leur album qui vient de paraître chez Warner Classics. Moins dangereux que le célèbre couple américain, Gautier Capuçon et Yuja Wang semblent en avoir l’audace et le tempérament. Habitués à jouer ensemble, ils mettent le feu à la Sonate en la majeur de César Franck dans la fameuse transcription du violoncelliste Jules Delsart qui reçut l’approbation du compositeur. Une caution qui a fait rentrer cette œuvre célébrissime au répertoire de tous les violoncellistes du monde.

Il faut dire que la mélancolie qui s’en dégage convient parfaitement à la tessiture et aux possibilités vocales de cet instrument. Les deux musiciens prennent tous les risques en donnant à leur interprétation un souffle expressif d’un romantisme passionné dont la démesure est pleinement assumée. Usant d’un large et généreux vibrato, Gautier Capuçon se lance à corps perdu dans l’univers de Franck comme dans celui de Chopin avec la complicité de l’extraordinaire virtuose chinoise Yuja Wang dont le clavier semble lui brûler les doigts.



Au romantisme fin de siècle de Franck répond celui, salonnard et virtuose de Chopin dans l’Introduction et Polonaise brillante, Op. 3 composée en 1829 avant son arrivée à Paris. La version qu’en donnent nos deux compères donne irrésistiblement envie de danser. Rien de tel avec la Sonate en sol mineur écrite beaucoup plus tard par le compositeur franco-polonais au soir de sa courte vie.

Dernier opus paru de son vivant, c’est une œuvre introspective marquée pas sa collaboration et son amitié avec le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme qui la créa en 1848 provoquant la surprise de ses premiers auditeurs face à la nouveauté de son écriture. Illustre représentant de l’école française du violoncelle, dont il a amplifié l’expression de la main gauche et perfectionné la technique d’archet, Franchomme trouve en Gautier Capuçon un de ses plus dignes successeurs.

ECOUTEZ "SONATES DE FRANCK & CHOPIN " DE GAUTIER CAPUÇON & YUJA WANG SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

À découvrir autour de l'article

Vos lectures


Inscrivez-vous à nos newsletters