Mayra Andrade, voyage et métissage

Avec "Manga", la grande chanteuse cap-verdienne signe un délicieux tourbillon de sons et de rythmes...

Par Benjamin MiNiMuM | Vidéo du jour | 19 février 2019
Réagir
Qobuz

Cinq ans, non pas sans nouvelles, on l’a vue sur scène auprès de Gilberto Gil ou entendu sa voix sur les boucles pimpantes du patron portugais du kuduro Branko, mais cinq ans sans que Mayra Andrade nous offre les confessions de son âme musicale. Née à Cuba, la Cap-Verdienne n’a cessé de bivouaquer depuis : Sénégal, Angola, Allemagne, France.

Aujourd'hui, elle adresse depuis Lisbonne un fructueux recueil qui témoigne de sa plénitude artistique. Elle s’est naturellement imprégnée de la tonifiante scène afro-lusophone locale, qui construit un futur métissé aux traditions angolaises, mozambicaines, brésiliennes et bien sûr cap-verdiennes. Pour donner à ce nouvel album intitulé Manga sa juteuse consistance, elle s’est entourée avec soin. Son alter ego et fidèle guitariste Kim Alves l’a aidée à franchir chaque étape. Ses compatriotes Tibau Tavares (Festa Sto Santiago), Nivaldo Leite et Lulas (Badia), Calu Princezito Sousa (Tan Kalakatan) ou la grande Sara Tavares (Guardar Mais) ont complété de leurs plus belles plumes sa propre poignée gagnante de chansons.

Le beatmaker ivoirien 2B et ses complices Akatche, Momo Wang et JC ont déposé de délicates touches de cet afrobeats (avec un s qui le distingue du rythme insufflé hier par Fela) qui révolutionne aujourd’hui les nuits d’Afrique de l’Ouest. Le producteur Romain Bilharz (Feist, Ayo, Stromae…) a veillé à la parfaite harmonie de l’ensemble. Renaud Létang (Seu Jorge, Feist, Manu Chao...) et Max Leguil (Melody Gardot, Agnes Obel...) se sont partagés les mixages soyeux.

Mayra Andrade nous entraîne dans un tourbillon qui, de coladeira en funana, de mornas en batuko ou en finançon capverdien, mais aussi de reggaeton latino en rythmes métis, nous grise, nous rend légers, nous fait rêver. Mais surtout, nous sommes bouleversés de constater la profondeur émotionnelle qu’elle maîtrise et restitue aujourd'hui. Au cœur de ce Manga, sans faiblesse, il y a Plena, une performance inouïe qui va mettre tout le monde d’accord, un blues créole dans lequel son chant s’épanouit du murmure plaintif au chant plein, garni d’étoiles. Mais les preuves de sa réussite artistique se nichent dans chaque recoin de ce disque, le meilleur à ce jour de Mayra Andrade, un classique instantané.







ECOUTEZ MANGA DE MAYRA ANDRADE SUR QOBUZ


Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Votre avis

Vos lectures


Charts Qobuz

Inscrivez-vous à nos newsletters