Catégories :

Initials B.D.

Une nouvelle bombe de dandisme bien groovy pour Baxter Dury, le Gainsbourg british...

Par Marc Zisman | Vidéo du jour | 21 mars 2020
Réagir

En 2018, Baxter Dury cosignait B.E.D. avec un baron de la French Touch (Etienne de Crecy) et une riot girrrl inconnue (Delilah Holliday). Une sorte de jouissif quickie électro, triolisme de synthpop minimaliste que le dandy britannique avait décrit comme « un enfant mutant des 80’s qui ne se serait pas complètement développé ».

Baxter revient à ses fondamentaux avec l’impeccable Night Chancers, un vrai cocon de groove très sensuel et poisseux. Feu son illustre père, Ian, braillait admirablement « sex and drugs and rock’n’roll ». Lui déambule à des années-lumière de ces considérations, préférant la mélancolie nonchalante et décalée, comme un Gainsbourg british du troisième millénaire.



On a tendance à réduire Baxter Dury à un Des Esseintes sarcastique voire cynique. Certes. Ici, comme un ressuscité d’une love story qui aurait mal tourné, il se remet en selle et affronte ses démons et surtout le monde qui l’entoure dans une ambiance parfois assez cinématographique et dont les textures revendiquent leur diversité.

Violons, saxos, beats hip-hop et autres basses maousses épousent ses déclamations jouissives sur les réseaux sociaux (Carla’s Got a Boyfriend), les fashionistas (Sleep People) mais aussi la compassion (Say Nothing)…



The Night Chancers vient boucler la trilogie (commencée avec Happy Soup et poursuivie avec Prince of Tears) d’un maître de l’introspection contemporaine qui transforme le bitume des trottoirs des grandes métropoles sur lequel il erre en dancefloor de l’intime.

Il y a deux ans, Qobuz rencontrait Baxter Dury et ses complices Etienne de Crecy et Delilah Holliday pour leur projet B.E.D.. Séance de rattrapage :



ÉCOUTEZ "THE NIGHT CHANCERS" DE BAXTER DURY SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures