Votre panier est vide

Rubriques :
News

Do you speak Mathieu Boogaerts?

Par Nicolas Magenham |

Boogaerts à la sauce Maurice Chevalier. Certes, Mathieu Boogaerts n’a pas la joviale générosité de son célèbre aîné au chapeau de paille, mais il a le même accent exagérément frenchy lorsqu’il chante en anglais. Pour fêter ses 50 ans, l’interprète de Ondulé sort En anglais, un album entièrement écrit dans la langue de Shakespeare (treize ans après le bilingue I Love You).

Ces onze titres au charme décalé sont le fruit de son expatriation londonienne, et malgré la transformation linguistique, Mathieu Boogaerts reste fidèle à sa tendresse légendaire. La délicatesse des mélodies s’accorde à la douceur nonchalante de la voix du chanteur, dans des morceaux qui passent de l’évocation d’une passion pour une femme mariée (Annie) au thème du doute (How Many).

Boogaerts poursuit également, et inlassablement, sa quête de l’orchestration dépouillée et néanmoins séduisante. On retrouvera donc les arrangements typiques du chanteur, dans lesquels de multiples guitares acoustiques et le son à peine perceptible du piano côtoient un sifflet bonhomme (Your Smile) et d’évanescents synthés (Guy of Steel). Sans parler des chœurs que l’auteur-compositeur-interprète dissémine avec tact tout le long d'En anglais, quand ce ne sont pas des rires aussi étranges que percussifs (The Price).

A l’heure où les mouvements migratoires sont souvent synonymes de tragédies, le huitième album de Mathieu Boogaerts a l’étrange particularité d’évoquer une expatriation sans accroc, une métamorphose souriante et rose. En apparence seulement ?

ÉCOUTEZ "EN ANGLAIS" DE MATHIEU BOOGAERTS SUR QOBUZ

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article