Rubriques :
Vidéo du jour

Biolay, pied au plancher

Par Nicolas Magenham |

Rupture sentimentale, nostalgie, temps qui passe, désir de tendresse... Benjamin Biolay excelle dans le pur Benjamin Biolay sur "Grand Prix", son nouvel album avec Keren Ann, Chiara Mastroiani, Melvil Poupaud et Anaïs Demoustier...

Après son diptyque argentin (Palermo Hollywood en 2016 et Volver en 2017), Benjamin Biolay était attendu au tournant. A la croisée du rock impétueux et de la pop orchestrale sophistiquée, le morceau Idéogrammes illustre précisément l’état d’esprit du chanteur à l’occasion de son nouveau coup de projecteur sur ses états d’âme intitulé Grand Prix. Tel un pilote de Formule 1, Biolay aime se mettre en danger – à la fois à travers des paroles intimes et une musique audacieuse, mélangeant brillamment diverses influences. « Lors d’un Grand Prix, on passe par toutes les émotions à une vitesse phénoménale », estime le chanteur.

Avec son texte évoquant la mort et sa musique rayonnante (tant dans la mélodie que les arrangements), la chanson Grand Prix est le symbole de cette démarche consistant à faire bouillonner les émotions. Écrite bien avant la conception de l’album (en 2014, peu après l’accident fatal de Jules Bianchi au Grand Prix de Suzuka au Japon), elle fait aussi une allusion subtile à Françoise Hardy, qui jouait dans le film Grand Prix de John Frankenheimer (1966).



Par ailleurs, on retrouve toutes les obsessions de Biolay : la rupture dans Vendredi 12 et sa douce ironie, la nostalgie dans Interlagos (du nom du circuit de F1), le temps qui passe dans le mélancolique La Roue tourne, le désir de tendresse et d’allégresse dans Où est passée la tendresse ? Grand Prix pose cette autre question : Comment est ta peine ?. Cette référence à How Deep is Your Love de The Rapture décrit parfaitement la persona de Biolay – l’autodestructeur romantique frôlant le fond, sans jamais le toucher vraiment (« Comment est ta peine?/La mienne est comme ça/Faut pas qu'on s'entraîne/À toucher le bas »).



Signalons enfin les interventions discrètes de trois comédiens chers à son cœur : Anaïs Demoustier dans Papillon noir et Comment est ta peine ?, Chiara Mastroianni dans La Roue tourne et Visage pâle et Melvil Poupaud dans Interlagos. Quant à l’incontournable Keren Ann, elle apparait dans Souviens-toi l’été dernier.

Qobuz a rencontré Benjamin Biolay à deux reprises. En 2012 pour la sortie de Vengeance, puis trois ans plus tard pour son album hommage à Charles Trenet. Séances de rattrapage :





ÉCOUTEZ "GRAND PRIX" DE BENJAMIN BIOLAY SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article