Catégories :

Ásgeir, chaleur d'Islande

Avec "Bury the Moon", le songwriter scandinave signe une nouvelle merveille de folk pop moderne...

Par Max Dembo | Vidéo du jour | 10 février 2020
Réagir

Depuis son émouvant In The Silence de 2014 (un disque Qobuzissime !), Ásgeir Trausti Einarsson propose une version douce et onirique du folktronica. Le songwriter islandais qui a grandi dans la nature sauvage de Laugarbakki au sein d’une famille de musiciens marche sur les brisées de Bon Iver, son léger falsetto faisant irrémédiablement penser à celui de Justin Vernon.

En 2017 avec Afterglow, cet univers devenait plus pop, plus soul parfois… Trois ans plus tard, l’air d’Ásgeir redevient pourtant plus grave. Mais toujours aussi aérien.

Publié début 2020, Bury the Moon est né suite à une déception amoureuse et un besoin d’évasion. D'où un isolement dans une petite maison de campagne seul avec sa guitare. « Je voulais faire un disque simple, sans trop de matériel, sans trop réfléchir. Que ce soit juste des chansons telles qu’elles sont et rien de plus. »



Mission accomplie. Ecrit avec son père Einar Georg Einarsson, poète reconnu en Islande, l'album parle aussi de nostalgie, d’amour évidemment et de son Islande natale, toujours source d’inspiration. La force de Bury the Moon est de rendre ce matériau, vibrant comme jamais. Les apparences sont trompeuses et une écoute à la sauvette laisserait croire à un opus sans relief ni fond. Tout l’inverse ! Et puis Ásgeir rappelle aussi qu’il est un véritable orfèvre de la mélodie épurée et du refrain suprêmement catchy.



En 2014, pour la sortie d'In The Silence, Ásgeir rendait visite à Qobuz le temps d'une interview et d'une session exclusive :



ÉCOUTEZ "BURY THE MOON" DE ÁSGEIR SUR QOBUZ



Pour suivre tout ce qui se passe sur Qobuz, rejoignez-nous sur Facebook !

 Lire aussi

À découvrir autour de l'article

Vos lectures