Les albums

21,49 €
14,99 €

Folk - Paru le 15 février 2019 | Verve Forecast

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Qobuzissime
L’American dream est un sujet inépuisable. On l’aborde frontalement, de biais, par-derrière, dessus ou dessous, c’est le carburant ultime de hordes de songwriters ; même lorsqu’ils ne sont pas nés là-bas, aux Amériques. Comme J.S. Ondara. Ce jeune Kenyan que son label qualifie de « trait d'union entre Tracy Chapman et Michael Kiwanuka » (facile mais pas faux) y va donc de son petit essai personnel. En 2013, Ondara jette l’ancre chez sa tante à Minneapolis. Les bars, les clubs et même la rue, celui qui n’avait jusqu’ici connu que son Nairobi natal promène ses chansons portées par une simple guitare acoustique dans l’espoir de devenir un Bob Dylan du troisième millénaire peut-être. Le Dylan de The Freewheelin’, son disque fétiche ; avec Nebraska de Springsteen… Mais se limiter à cloner de tels géants n’aurait pas grand intérêt. Et Tales of America évite cela. Déjà, J.S. Ondara a sa propre voix. Ce ton plaintif un brin androgyne qui marque sa différence. Côté instrumentarium, il ose quelques ajouts de goût avec l’aide notamment du grand Andrew Bird, de Griffin Goldsmith de Dawes ou encore de Joey Ryan du duo Milk Carton Kids. Dans une Amérique divisée et un monde secoué comme jamais, les chansons de J.S. Ondara sont plus que de simples pansements. Plutôt de puissants baumes qui pénètrent la peau et réchauffent le cœur. Un Qobuzissime nécessaire en quelque sorte… © Marc Zisman/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Folk - Paru le 22 février 2019 | Naive

Hi-Res
17,49 €
14,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Parlophone France

Hi-Res
2,99 €
2,29 €

Folk - Paru le 12 février 2019 | Acony Records

Hi-Res
9,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Nettwerk Records

11,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Bella Union

En février 1968, Bobbie Gentry publie son deuxième album, The Delta Sweete. Six mois plus tôt, son tubesque Ode to Billie Joe avait fait d’elle une star mondiale à seulement 25 ans. C’est ce Delta Sweete, superbe concept-album mêlant soul, country et blues, où la jeune songwriter sudiste racontait son enfance dans le Mississippi, que le groupe Mercury Rev a choisi de revisiter de fond en comble. Pour ce projet ambitieux, la bande de Jonathan Donahue s’offre les services d’un éclectique casting de chanteuses totalement délirant : Norah Jones, Lucinda Williams, Hope Sandoval de Mazzy Star, Marissa Nadler, Beth Orton, Vashti Bunyan, Laetitia Sadier de Stereolab, Margo Price, Rachel Goswell de Slowdive, Susanne Sundfør, Phoebe Bridgers, Kaela Sinclair et Carice van Houten. Tendant des ponts entre soul moderne et Nashville Sound, l’album de 68 est une merveille aux arrangements impressionnants. Un enchevêtrement de cordes et de cuivres le faisant slalomer entre les genres. La relecture qu’en propose Mercury Rev s’appuie sur un décor sonore assez différent. Très travaillé lui aussi, il reprend les codes propres au groupe américain, cette sensation d’être en permanence en apesanteur, comme dans une pop lente et progressive, alternant entre le sublime, le dépressif et le grandiloquent. Chaque chanson de Bobbie Gentry's The Delta Sweete Revisited est évidemment portée par la voix de son invitée. Et certaines font de belles étincelles. Comme Laetitia Sadier qui se sort impeccablement de sa reprise de la plus belle et sensuelle chanson du disque, Mornin’ Glory ; ou Hope Sandoval qui abat la carte de l’hypnose sur Big Boss Man. Dans un registre plus punchy, la cow-girl qui monte, Margo Price, donne à Sermon une gouaille inédite. Emouvant enfin d’entendre l’organe frêle et touchant de la pionnière folk Vashti Bunyan sur Penduli Pendulum. Mercury Rev triche un peu – c’est pour la bonne cause – en refermant ce beau disque par une reprise de la plus célèbre chanson de Bobbie Gentry, pourtant absente de The Delta Sweete : Ode to Billie Joe. Là aussi, la reine de l’americana, Lucinda Williams, aborde ce standard avec la rage qu’on lui connaît, loin de l’épure feutrée et mystérieuse de la version originale. © Marc Zisman/Qobuz
13,49 €
8,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Paradise of Bachelors

Hi-Res
11,99 €

Folk - Paru le 8 mars 2019 | Bella Union

9,99 €

Folk - Paru le 15 février 2019 | Axster Bingham Records

Depuis 2007 et son album Mescalito, Ryan Bingham est un attachant troubadour de l’americana. Un songwriter mêlant les influences de Steve Earle, du rock sudiste, des cow-boys du mouvement Outlaw, sans oublier, en vrac, Bob Dylan, John Hiatt, les Stones et Jerry Jeff Walker… En 2009, en décrochant un Oscar et un Golden Globe pour The Weary Kind, sa chanson pour le film Crazy Heart avec Jeff Bridges, il attirait quelques projecteurs sur sa belle gueule de cow-boy hype du Nouveau-Mexique mais n’abusait pas de ces statuettes pour viser le très grand public et couper sa néo-country à la flotte ou au lait. Pas le genre du bonhomme… Puis la mouise a assombri le décor. L’alcool a eu raison de sa mère et son père s’est suicidé. Avec l’aide de sa dulcinée et de ses fans hardcore, Bingham a refait progressivement surface, donnant de ses nouvelles régulièrement. Celles d’American Love Song sont plutôt excellentes. Un sixième album studio pour lequel il reste droit dans ses boots. Coproduit par le grand Charlie Sexton, guitariste de Dylan les jours pairs, rocker invétéré made in Austin les jours impairs, American Love Song possède la chaleur d’un disque de country très rock des 70's sans jamais sonner rétro. Quelques effluves blues ou soul viennent envelopper une production efficace et assez classique qui fait la part belle aux guitares. Dans les ballades comme dans les chansons uptempo, Bingham parle avec sincérité de lui, de ceux qui zonent sur la bande d’arrêt d’urgence et esquisse à l’arrivée un beau portrait éclectique de l’Amérique contemporaine de plus d’une heure. Aussi classe que sa pochette. © Marc Zisman/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Folk - Paru le 15 mars 2019 | Pure Records (Yorkshire) Ltd

Hi-Res
7,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Reveal Records

Distinctions Songlines Five-star review
14,99 €
9,99 €

Folk - Paru le 8 mars 2019 | Nø Førmat! - Tôt ou tard

Hi-Res Distinctions Songlines Five-star review
9,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Akira Records

14,99 €
9,99 €

Folk - Paru le 8 février 2019 | Sage Arts

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Folk - Paru le 13 février 2019 | Naive

Hi-Res
14,99 €

Folk - Paru le 15 mars 2019 | Universal-Island Records Ltd.

6,49 €
5,49 €

Folk - Paru le 8 mars 2019 | ORG Music

Hi-Res
6,99 €

Folk - Paru le 22 février 2019 | KRUNK

2,99 €
2,29 €

Folk - Paru le 20 mars 2019 | Nonesuch

Hi-Res

Le genre

Folk dans le magazine