Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

734 albums triés par Date : du plus récent au moins récent
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD13,99 €

Haydn 2032, Vol. 13: Horn Signal

Giovanni Antonini

Musique symphonique - Paru le 27 janvier 2023 | Alpha Classics

Hi-Res Livret
Chaque nouvelle livraison de cette intégrale des Symphonies de Haydn, dont la parution finale est prévue en 2032 pour les 300 ans de la naissance du compositeur, est attendue avec impatience tant la direction généreuse et dynamique de Giovanni Antonini vient donner un souffle nouveau aux œuvres du « père de la symphonie ». Ce volume 13 démarre sur les chapeaux de roues  avec la fanfare initiale de la Symphonie N° 31 en ré majeur, « mit dem Hornsignal » (avec le signal du cor) employant quatre cors, un effectif rarissime avant la Symphonie N° 25 que Mozart écrira huit ans plus tard, et, bien sûr, la Neuvième de Beethoven. Probablement conçue comme musique de scène pour un singspiel de marionnettes, la Symphonie N° 59, en la majeur « Der Feuer » (le feu) est particulièrement tonique avec son premier thème joyeux et presque grotesque qui annonce la couleur joyeuse de la pièce entière.La Symphonie N° 48 en ut majeur « Maria Theresia » (l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, mère de la reine Marie-Antoinette de France) a été longtemps confondue avec la Symphonie N° 50 qui, elle, fut réellement écrite à l’occasion d’une visite de la souveraine au château des Esterhazy où travaillait Haydn. La postérité a cependant conservé ce titre et cette confusion à l’œuvre présentée ici. C’est une des symphonies les plus originales et des plus représentatives de la période Sturm und Drang, ce mouvement politique et littéraire allemand qui a traversé tous les arts à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Comme pour tous les volumes de cette collection qui placent en miroir des œuvres du corpus de Haydn pour mieux l’éclairer, c’est le Concerto pour flûte à bec, cor & continuo de Georg Philipp Telemann que Giovanni Antonini a choisi en écho à la symphonie de chasse qui ouvre le programme. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES15,74 €
CD12,59 €

Mozart : String Quartets K. 387 & K. 458

Hagen Quartett

Quatuors - Paru le 7 décembre 2022 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
« [...] Est-ce leur génial cycle Beethoven, en 2013, qui a montré aux Hagen la voie d'un Mozart aussi expérimental ? Est-ce d'avoir à leur disposition depuis deux ans le "quatuor Paganini" ? Il faut croire que ce lot de Stradivarius, longtemps joué par le Quatuor de Tokyo, a stimulé jusqu'aux racines de leur imagination et ouvert de nouvelles possibilités sous leurs doigts. On devine partout, sous l'évidente sophistication, une tendresse plus épanouie qu'hier. Et la couleur s'émancipe. [...] La domination intellectuelle et technique du propos a de quoi sidérer, et pourtant elle se fait oublier derrière sa force magnétique de séduction. » (Diapason, février 2016 / Gaëtan Naulleau) « Le Quatuor Hagen semble avoir appris son Mozart auprès du compositeur. Il en révèle la singularité et la modernité dans cette interprétation aboutie au raffinement sonore inouï. » (Classica, février 2016 / Antoine Mignon)
A partir de :
HI-RES42,49 €
CD28,29 €

Haydn: L'isola disabitata, Hob. XXVIII:9

Bernhard Forck

Opéra - Paru le 6 août 2021 | PentaTone

Hi-Res Livret
On compte assez peu d’enregistrements de l'opéra de Haydn, L'Isola disabitata (1779), racontant l'histoire de deux sœurs naufragées sur une île déserte et finalement sauvées respectivement par leur mari et leur amant. Cela n’est toutefois pas tellement surprenant si l'on considère le contexte chaotique dans lequel l’œuvre a été créée. Conçu pour la fête du prince Nicolas d'Esterházy, L’Isola disabitata aurait dû bénéficier d'une première mise en scène somptueuse. Mais un mois avant la première, l'opéra d'Esterháza a brûlé, si bien que la représentation a été transférée d’urgence au palais, probablement sans décor. Par ailleurs, Haydn lui-même n'était pas entièrement convaincu par sa composition, et a fait remarquer plus tard qu'il fallait raccourcir l'œuvre, notamment à cause du tempo lent d'une grande partie de la musique. Rappelons tout de même que les opéras qui fonctionnent brillamment sur scène ne se traduisent pas toujours aussi bien en version audio dans le salon. A l’inverse, les œuvres lyriques qui peinent à décoller au théâtre peuvent soudainement se sublimer depuis notre fauteuil, quand l'intrigue et le rythme deviennent moins importants que la qualité générale de la musique et des interprétations.Heureusement, cet enregistrement particulier de L'Isola disabitata s'inscrit parfaitement dans cette dernière catégorie. En effet, c'est le seul opéra de Haydn pour lequel les récitatifs bénéficient d’un accompagnement orchestral. Et alors que Haydn a fini par supprimer volontairement de sa partition un grand nombre de sections instrumentales, craignant qu'elles ne soient trop exigeantes pour les musiciens et le public, Bernhard Forck et l'Akademie für Alte Music Berlin les ont toutes réintégrées, en utilisant une édition récente de Thomas Busse. Ils les présentent ici dans des lectures toujours aussi nettes, chaleureuses, engagées et éminemment convaincantes. Cette interprétation aurait probablement amené Haydn lui-même à redécouvrir les plaisirs de son opéra.Quant aux solistes vocaux, il s'agit d'Anett Fritsch (Costanza), André Morsch (Enrico), Sunhae Im (Silvia) et Krystian Adam (Gernando) : tous les quatre sont si talentueux qu'il serait vain d'en distinguer un. Cela dit, si vous cherchez des moments forts, passez directement au Fra un dolce deliro de Sunhae Im, qui tient absolument ses promesses, la voix brillante et souple de la soprano sonnant de manière délicieusement douce et vive, complétée par une couleur de bois tout aussi charmante. A noter aussi, l'élégant et persuasif Non turbar quand'io mi lagno du ténor Krystian Adam. © Charlotte Gardner/Qobuz
A partir de :
HI-RES42,49 €
CD28,29 €

Beethoven: Fidelio, Op. 72

Marek Janowski

Opéra - Paru le 16 juillet 2021 | PentaTone

Hi-Res Livret
A partir de :
CD14,69 €

The Mozart Recordings

Alfred Burkner

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Andromeda

Livret
A partir de :
CD14,19 €

Fidelio

Wolfgang Glashof

Opéra - Paru le 13 septembre 1999 | Naxos

Inga Nielsen soprano - Gosta Winbergh, ténor - Nicolaus Esterhazy Sinfonia - Michael Halász, direction / Enregistré en 1998
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.12 (Live - K.537 & 595)

Cyprien Katsaris

Classique - Paru le 20 novembre 2020 | Piano 21

Hi-Res
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.11 (K.491, 503 - Live)

Cyprien Katsaris

Concertos pour clavier - Paru le 13 novembre 2020 | Piano 21

Hi-Res
Voici l’avant-dernier volet de l’intégrale la plus exhaustive des Concertos de Mozart, réalisée au cours de différents concerts à Salzburg, dans le milieu des années 1990. La particularité de cette ambitieuse entreprise du pianiste franco-chypriote est de proposer l'intégralité des cadences et points d'orgue écrits par Mozart pour ses concertos, ce qui nous vaut plusieurs versions différentes des dits passages. Pour les concertos pour lesquels il n'existe pas de cadences du compositeur, Katsaris propose volontiers la ou les sienne(s), une dans le style de Mozart (Cadenza A), une plus originale et moderne (Cadenza B). C'est le cas ici des deux concertos K. 491 et K. 503, où pour chacun des deux mouvements, Katsaris propose deux cadences. Le Concerto No. 24 en ut mineur, K. 491, d’un caractère majestueux rayonnant, demeure l’un des plus célèbres du compositeur, il anticipe par plusieurs points sur le Concerto No. 3 de Beethoven, écrit dans la même tonalité, et reste empreint par moments d’un lyrisme similaire. Comme le Concerto No. 23, il a été écrit en mars 1786. Il demeure un exemple rare d’équilibre expressif, véritable méditation sur les moments de bonheur qui peuvent prendre le dessus lorsque le désespoir et la souffrance apparaissent. Le contraste est surprenant entre la densité impressionnante de l’orchestre et la réponse fragile du soliste. Avec le Concerto K. 503 (décembre 1786), Mozart est en pleine possession de ses moyens ; une invitation de Prague le remplit de bonheur, il sait qu’il sera accueilli triomphalement en Bohême. Il vient de terminer ce concerto et la Symphonie No. 38 K. 504 « Prague », mais il n’a pas inclus de clarinette [instrument récemment inventé] probablement parce qu’il n’était pas sûr d’en trouver à Prague. Le premier mouvement, un Allegro majestueux, semble être un portrait de Mozart-le-Victorieux, Mozart-le-Héros, et l’on y trouve non seulement le fameux motif à quatre notes de la Cinquième Symphonie de Beethoven mais aussi les sept premières notes de La Marseillaise (25 avril 1792), sans oublier, dans la fanfare finale, un emprunt à l’Alleluia du Messie de Haendel. L’Andante s’écoule de manière tranquille et continue comme pourrait l’être une existence sereine, dénuée de tristesse. L’Allegretto final ne contient plus d’accents héroïques mais une certaine passion, inexistante dans le premier mouvement, s’y trouve. Son thème provient d’une gavotte du ballet d’Idoménée. © Piano 21
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.10 (Live - K.482 & 488)

Cyprien Katsaris

Concertos pour clavier - Paru le 23 octobre 2020 | Piano 21

Hi-Res
Ce nouveau volet de l'intégrale des concertos pour piano de Mozart, réalisée à Salzbourg par le pianiste Cyprien Katsaris, met en exergue deux grands concertos de la maturité, deux des plus aimés aussi, les K. 482 et K. 488 – comment ne pas être ébloui à chaque écoute par la poésie céleste de l’Adagio du 23e Concerto ! Le K. 482 a plusieurs correspondaces avec le Jeunehomme, de neuf ans antérieurs. Même tonalité, mais teintée d’une dose d’amertume plus prononcée. Comme dans son précédent cousin en mi bémol majeur, il comporte non seulement un intermède en la bémol majeur dans son troisième mouvement mais également des thèmes qui seront repris dans de futurs opéras, ici Le Nozze di Figaro et Cosi fan tutte (premier et troisième mouvements). A propos du Concerto K. 488, une certaine amabilité imprégnée de mélancolie caractérise le premier mouvement. Suit une sublime sicilienne lente, à l’insoutenable tristesse, dans la rarissime tonalité de fa dièse mineur, avant que ne résonne la gaieté du Finale, mais une gaieté qui se veut contenue ! La particularité de la présente et ambitieuse entreprise du pianiste franco-chypriote est de proposer l'intégralité des cadences et points d'orgue écrits par Mozart pour ses concertos, ce qui nous vaut plusieurs versions différentes des dits passages, tout au long des volumes. Pour les concertos pour lesquels il n'existe pas de cadences du compositeur, Katsaris propose volontiers la ou les sienne(s), une dans le style de Mozart (Cadenza A), une plus originale et moderne (Cadenza B). © Piano 21
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.9 (Live - K.466 & 467)

Cyprien Katsaris

Classique - Paru le 16 octobre 2020 | Piano 21

Hi-Res
A partir de :
HI-RES25,99 €
CD19,99 €

Haydn : Die Schöpfung

Chor des Bayerischen Rundfunks

Classique - Paru le 9 octobre 2020 | Alpha Classics

Hi-Res Livret
Voilà plusieurs années que Giovanni Antonini et le label Alpha Classics ont entamé une passionnante intégrale des cent-quatre symphonies de Haydn mises en miroir avec des compositeurs d’époques différentes pour mieux souligner leur actualité. Cette monumentale édition devrait s’achever en 2032, à l’occasion du tricentenaire de la naissance du compositeur austro-hongrois. Le projet s’enrichit au fur et à mesure par d’autres productions rendant hommage au génie de Haydn. Au sein de son catalogue, l’oratorio Die Schöpfung (La Création) prend une place majeure. Haydn en avait eu l’inspiration après avoir entendu un oratorio de Haendel à Londres lors d’un grand concert commémoratif. L’évènement était d’importance car on ne jouait guère d’œuvres anciennes à l’époque, et les quelque mille interprètes avaient fait une grande impression sur Haydn peu habitué à de tels effectifs. Il en résulta La Création, oratorio composé avec fébrilité, lui demandant un travail préparatoire colossal qui fit chanceler sa santé. Le jeu en valait la chandelle, car l’œuvre obtint un immense succès qui ne s’est jamais démenti depuis. Giovanni Antonini en donne une version chambriste très vivante avec un excellent ensemble instrumental, un trio vocal d’un équilibre parfait avec la soprano Anna Lucia Richter, le ténor Maximilian Schmitt et le baryton Florian Boesch sans oublier la participation du merveilleux Chœur de la Radio de Bavière. Ce nouvel enregistrement se place au plus haut niveau d’une longue série de belles réalisations du chef-d’œuvre de Haydn par son interprétation radieuse où l’amour de la musique se mêle à la contemplation simple et naïve de la nature. Une parfaite réussite. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.8 (Live - K.456 & 459)

Cyprien Katsaris

Classique - Paru le 25 septembre 2020 | Piano 21

Hi-Res
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.7 (Live - K.449, 450, 451)

Cyprien Katsaris

Concertos pour clavier - Paru le 18 septembre 2020 | Piano 21

Hi-Res
A partir de :
HI-RES10,29 €
CD6,89 €

Mozart: Complete Piano Concertos, Vol.6 (Live - K.414 & 453)

Cyprien Katsaris

Classique - Paru le 11 septembre 2020 | Piano 21

Hi-Res
A partir de :
CD9,79 €

Mozart's Pupils (Storace, Attwood, Süssmayr, Freystädtler)

Paul Angerer

Musique de chambre - Paru le 24 juillet 2020 | Christophorus

A partir de :
CD19,49 €

Mozart: Così fan tutte, K. 588 (Live)

La Petite Bande

Opéra - Paru le 18 mars 2008 | Accent

Opéra en 2 actes / Soile Isokoski (Fiordiligi), Monica Groop (Dorabella), Nancy Argenta (Despina), Markus Schäfer (Ferrando)... - Chœur & Orchestre de La Petite Bande, dir. Sigiswald Kuijken
A partir de :
HI-RES21,59 €
CD18,79 €

Beethoven : Symphonies Nos. 1-3 (Arr. by Ries & Ebers)

Compagnia di Punto

Classique - Paru le 28 février 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD15,49 €

Cherubini : Discoveries

Riccardo Chailly

Classique - Paru le 7 février 2020 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
Les véritables « raretés » annoncées par le titre de cet album sont de petites pièces de circonstance, des marches pour la plupart, écrites par Luigi Cherubini durant son installation à Paris où il était directeur du Conservatoire. Mais le plat de résistance de ce programme, dirigé par Riccardo Chailly à la tête de la Philharmonie de la Scala de Milan, est bien sûr l’unique symphonie écrite par le compositeur d’origine italienne à la demande de Londres qui attendait vainement de pouvoir présenter la Neuvième Symphonie de Beethoven pas disponible dans les délais. Malgré la grande admiration du compositeur allemand pour son collègue italien, Cherubini n’est pas Beethoven, loin s’en faut. Sa Symphonie en ré majeur, ardemment défendue autrefois par Arturo Toscanini, est bien troussée mais ne saurait prétendre à une comparaison avec celles de Beethoven. Chailly lui influe une belle énergie qui ne suffit pas à en faire un chef-d’œuvre. L’intérêt de cet album publié dans le cadre de l’anniversaire Beethoven 2020 avant tout de découvrir un compositeur très estimé du géant allemand. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Haydn : Missa Cellensis, Hob. XXII:5

Doyle Justin

Classique - Paru le 15 novembre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Joseph Haydn a laissé une quinzaine de messes composées entre 1748 et 1802. La Missa Cellensis in honorem Beatissimae Virginis Mariae, présentée sur cette nouvelle production de l’Akademie für Alte Musik et de l’excellent RIAS-Kammerchor Berlin et dirigée par Justin Doyle, est plus connue sous le nom de Missa Sanctae Caeciliae (« Messe à Sainte-Cécile ») qui lui fut donné ultérieurement. C’est la plus vaste des messes de Haydn et sa seule messe-cantate solennelle à la napolitaine, avec des numéros alternant airs, ensembles et chœurs. On dirait que Haydn a décidé de frapper un grand coup en composant cette messe qui mélange adroitement l’écriture « moderne » de son temps et l’écriture « baroque » de ses prédécesseurs. Dans sa monumentale biographie consacrée au compositeur, Marc Vignal rappelle avec justesse combien les messes de Haydn sont au premier rang non seulement de sa production, à l’égal de ses quatuors ou de ses symphonies, mais également de la production religieuse de son époque. Le présent enregistrement, réalisé lors d’un concert donné en juin 2018 au Konzerthaus de Berlin, vient compléter une discographie du RIAS-Kammerchor déjà riche d’œuvres chorales mais qui n’avait pas encore abordé les chefs-d’œuvre de Haydn. © François Hudry/Qobuz

L'époque

Musique Classique dans le magazine