Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

3603 albums triés par Meilleures ventes
A partir de :
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 4 juin 2021 | ECM New Series

Hi-Res Livret
Ce nouvel enregistrement des Concertos pour piano de Brahms a bien des chances de faire date pour toutes sortes de (bonnes) raisons parmi lesquelles se détachent les personnalités des interprètes et l’entrée d’un répertoire inhabituel au catalogue de ECM, le prestigieux label fondé en 1969 par Manfred Eicher pour promouvoir la musique de notre temps. D’autres critères entrent en jeu comme le fait que le pianiste est également le chef d’orchestre pour des œuvres qui exigent pourtant un grand travail de mise en place pour l’un comme pour l’autre. Enfin, et ce n’est pas le moindre attrait de cet enregistrement captivant, le fait de jouer cette musique sur instruments d’époque. Ici, The Orchestra Of The Age Of Enlightenment (Orchestre de l'Age des Lumières) se mêle aux sonorités d’un superbe piano Blüthner construit autour de 1859 à Leipzig, la date restant incertaine à la suite de la destruction de presque toutes les archives du fabricant pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fluidité du jeu inspiré d’András Schiff répond la mécanique légère du piano aux sonorités parfois cristallines, mais avec toute la force (spécialement dans le registre des basses et des aigus) du vénérable instrument dont Brahms lui-même aurait pu jouer. Enregistrés en décembre 2019 dans les studios d’Abbey Road à Londres, ces deux concertos bénéficient d’une prise de son mettant particulièrement en valeur le dialogue du pianiste et de l’orchestre, ce dernier brillant des feux de la passion dès le puissant tutti d’entrée du Concerto en ré mineur, jusqu’aux joyeuses dernières mesures du Concerto en si bémol majeur. Ils ne sont pas nombreux les enregistrements qui viennent remettre les pendules à l’heure. Splendide ! © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES8,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Des nuances bien choisies et une excellente coordination avec un orchestre à l'éloquence structurée peaufinent cette version de grande classe du Concerto pour violon, qu'un soupçon de pudeur dans l'Adagio aurait hissée au premier rang. [...] Soutenus par un chef précis et inspiré, les deux solistes s'unissent dans un dialogue captivant. La cohésion des archets et des vibratos, comme celle des âmes qui rivalisent de passion, autant que l'équilibre entre solistes et orchestre sont un modèle du genre. Superbe.» (Diapason, octobre 2019 / Jean-Michel Molkhou)
A partir de :
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2003 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Year - Gramophone Record of the Month - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Une opération marketing réussie puisque la sortie de cette nouvelle intégrale coïncide avec la tournée de Riccardo Chailly et l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dont il est le directeur musical depuis 2005, à Londres, Paris et Vienne dans le même programme. Voilà une intégrale qui a fière allure et avec laquelle il faudra désormais compter. Avec des tempi vifs, un lyrisme très généreux et une joie de jouer évidente, ce nouvel enregistrement des Symphonies de Brahms représente parfaitement l'attrait, voir la fascination, que l'homme du nord éprouve pour le sud et, particulièrement, pour cette Italie nourricière, pourvoyeuse de beauté et de lumière telle qu'on la ressentait à la fin du XIXème siècle. FH
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 23 avril 2021 | PentaTone

Hi-Res Livret
Il y a quelque chose de magique dans cette interprétation de la Deuxième Symphonie de Brahms par Herbert Blomstedt à la tête du Gewandhausorchester (Gewandhaus, Leipzig, Octobre 2019). D’une direction infiniment tranquille, imperturbablement fluide, éclate une prodigieuse science des phrasés. Les lignes infinies, avec des cordes qui phrasent long, la respiration naturelle de cet orchestre, d’un lyrisme tendre et le plus souvent bouleversant, comme sa balance intrinsèque, toujours parfaite (Adagio non troppo, absolument sublime !), exhaussent surtout – en fin de compte – la vertu cardinale de l’écriture brahmsienne : la polyphonie, et ses multiples ramifications. Il est rare d’entendre dans cet univers très joué un aussi subtil équilibre entre le son naturellement profond, dense, de la texture et la clarté des voix, notamment dans les registres médians qui restent pourtant l’épicentre émotionnel chez Brahms. À ceux qui en trouveront naturellement le tactus, cette nouvelle proposition d’ores et déjà historique dispensera des beautés infernales et entêtantes. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
A partir de :
HI-RES11,99 €17,49 €(31%)
CD8,49 €12,49 €(32%)

Classique - Paru le 15 mars 1999 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
L'une des grandes réussites d'Emil Gilels. Dans les Concertos de Brahms, avec l'incomparable Eugen Jochum à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Berlin, Emil Gilels c'est d'abord une matière sonore, une force de conviction qui témoigne d'un sens architectural et d'une intensité dans le toucher proprement inouïs. Une vision ample et nostalgique de l'univers de Brahms tout à fait bouleversante et qui semble défier le temps. © François Hudry
A partir de :
HI-RES31,29 €
CD22,29 €

Musique de chambre - Paru le 19 février 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Clôturant magistralement l’un des corpus de musique de chambre les plus remarquables du XIXe siècle, les deux Sonates Op. 120 de Brahms requièrent une virtuosité totalement dédiée à leur extraordinaire lyrisme. Tout comme dans la célèbre Berceuse, la ligne mélodique s’y développe avec un naturel quasi organique, à immédiate proximité du chant humain. Pas étonnant dans ce contexte de découvrir deux Lieder où baryton et alto évoluent d’égal à égal, portés par trois musiciens d’exception ! © harmonia mundi
A partir de :
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 21 avril 2017 | BSO Classics

Hi-Res Distinctions Gramophone Editor's Choice
A partir de :
HI-RES26,24 €37,49 €(30%)
CD18,89 €26,99 €(30%)

Piano solo - Paru le 18 mars 2016 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Pianiste Maestro - Choc de Classica - Choc Classica de l'année - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Et pourquoi donc, demanderez-vous, acquérir l’intégrale des œuvres pour piano solo de Brahms par le jeune pianiste français Geoffroy Couteau alors qu’il existe déjà tant d’intégrales ou de quasi-intégrales par tant de stars plus anciennes ? Plusieurs réponses : il serait bien dommage de ne pas se laisser tenter par les nouveaux, ce qui n’enlève rien aux anciens. Par ailleurs, Couteau a, faut-il le rappeler, remporté le Premier prix du très convoité Concours International Johannes Brahms en Autriche, cuvée 2005. Et puis, tout simplement, il joue magnifiquement ce répertoire qui lui va comme un gant. Il a choisi de présenter cette intégrale, couvrant quelque quarante ans de la vie du compositeur, selon le monde chronologique, du Scherzo en mi bémol de 1851 jusqu’aux quatre ultimes grands chefs-d’œuvre de la fin de la vie que sont les Opp. 116, 117, 118 et 119, des moments crépusculaires dénués de toute virtuosité. En passant en particulier par les très virtuoses grands cycles de Variations (sur des thèmes de Schumann, Haendel, Paganini ou lui-même) représentatifs de l’ébullition du milieu de son existence et les tiraillements amoureux avec Clara. Tout cela est magnifiquement exprimé par Couteau qui rappelle que les grands ouvrages de Brahms sont sur son agenda personnel depuis l’âge de treize ans, une époque de la vie d’un pianiste où tant d’entre eux s’intéressent plutôt à Chopin, Liszt et Rachmaninov pour mieux épater les petits copains… Enregistré en avril, juillet et août 2015 au Théâtre des Quatre Saisons à Gradignan. © SM/Qobuz« Cette intégrale de la musique pour piano seul de Brahms par Geoffroy Couteau est l'une des grandes réalisations pianistiques de l'année. [...] Que l'expression soit tourmentée ou bien recueillie, rien, dans cette somme, n'apparaît forcé ou empreint de maniérisme. Le sentiment d'évidence ne se produit généralement qu'en concert et si rarement dans une intégrale. C'est l'esprit de la confession qui prévaut ici (le cheminement d'une vie jusqu'à la résignation), mais à une échelle telle que nous redécouvrons, à la fin de l'écoute, la valeur humaine et musicale de cette musique.» (Classica, avril 2016 / Stéphane Friédérich)« Geoffroy Couteau organise les six CD selon la chronologie. [...] Le coffret se referme donc avec les fascinants Opus 116 à 119 [...] Dans toutes ces confessions ultimes, le pianiste français se montre exceptionnel. [...] Une intégrale absolument remarquable – dotée d'une notice très soignée. Le sens de l'atmosphère, le soin extrême accordé à la réalisation, l’évident travail en profondeur, la richesse de la pâte sonore, le lyrisme généreux et simple, sont la marque d’un musicien exceptionnel.» (Diapason, mai 2016 / Bertrand Boissard) 
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 août 2016 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month - 5 Sterne Fono Forum Klassik
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD12,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 juillet 2021 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Pour fêter les 20 ans de leur collaboration et leur 15e album enregistré ensemble, Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel poursuivent leur exploration de l'œuvre de Johannes Brahms, compositeur auquel ils ont déja consacré plusieurs enregistrements. Les deux Sonates – n° 1, Op. 38 et n° 2, Op. 99 – dans lesquelles on peut reconnaître de subtiles références à l'écriture de Schubert, nous laissent voir l'admiration portée par Brahms à son aîné. Le violoncelle s'y déploie avec une grande douceur, à l'aise dans les graves autant que dans les aigus, pour un résultat d'une discrète sensualité. Les très belles transcriptions des Liebeslieder (Chants d'amour), réalisées par les interprêtes eux-mêmes, placent cet enregistrement sous le signe de l'intimité. Ces six Liebeslieder furent inspirés par des épisodes de la vie personnelle de Brahms : le Wiegenlied fut ainsi offert à des amis personnels du compositeur pour la naissance de leur second fils ; et Wie Melodien zieht es mir leise durch den Sinn fut composé sur un poème de Klaus Groth, ami personnel de Brahms. Quant aux Danses hongroises n° 1 et 5, leurs transcriptions pour piano et violoncelle augmentent leur force frémissante et leur lyrisme, sans les déposséder de leur dimension folklorique. © Pierre Lamy / Qobuz
A partir de :
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2020 | PentaTone

Hi-Res Livret
Chef honoraire de l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig dont il fut le directeur musical pendant six ans, Herbert Blomstedt est toujours en activité à l’âge canonique de quatre-vingt-treize ans. Enregistrée en 2019, cette nouvelle version de la Symphonie n° 1 de Brahms est conçue par Blomstedt, profondément croyant, comme une bouteille à la mer. « Rarement – écrit-il en frontispice de ce premier jalon d’une nouvelle intégrale – avons-nous eu besoin de cette lumière plus désespérément qu’aujourd’hui, quand le monde entier risque de perdre son âme ». De fait, le grand chef américain d’origine suédoise a placé son interprétation dans une perspective humaniste faisant de Brahms le petit frère de Schubert. Tout est calme, apaisé et d’un lyrisme proche du lied. L’Orchestre du Gewandhaus joue à la manière d’un immense ensemble de chambre, donnant un ton inusité à cette oeuvre dont toutes les révoltes semblent gommées. Dans une telle perspective, Brahms rejoint aussi Beethoven, particulièrement dans le traitement de l’Andante sostenuto qui devient un grand chant d’amour voulant réunir tous les hommes, dans un climat expressif proche de l’Adagio de la Neuvième Symphonie du grand aîné. Un très grand moment de musique live capté sans aucun effet par l’excellente équipe technique de Pentatone. L’Ouverture tragique, un des sommets de l’œuvre symphonique de Brahms, prend curieusement ici des allures de noblesse et de classicisme comme pour apaiser les tensions de ce monde tant redouté par Herbert Blomstedt. © François Hudry/Qobuz
A partir de :
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Trios - Paru le 15 septembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
Il ne faut surtout pas imaginer que des trois trios avec piano de Brahms, le « premier op. 8 » soit effectivement le premier. Car le compositeur le réécrivit du tout au tout en 1889, donc deux années après le Troisième Trio de 1887, ne gardant de l’initial ouvrage de 1854 que des fondements, des idées. On comprend donc pourquoi Emanuel Ax, Yo-Yo Ma et Leonidas Kavakos (une superbe brochette non seulement de stars, mais avant tout de magnifiques musiciens) proposent l’ordre 2-3-1 pour leur nouvel enregistrement, réalisé dans une somptueuse salle de concert perdue dans une petite ville à 40km à l’ouest de Boston, la Mechanics Hall de Worcester, célèbre pour son acoustique impeccable. Fougue, modestie et devant la partition, dévotion au propos du compositeur, dans une lecture rigoureuse et transparente, voilà un enregistrement qui fera date. © SM/Qobuz« Le "nouveau" trio, au sein duquel Emanuel Ax et Yo-Yo Ma ont convié Leonidas Kavakos, réveille chez Brahms le mythe Stern-Istomin-Rose. Il m'a longtemps semblé qu'aucune intégrale des trios de Brahms ne pourrait égaler dans mon cœur celle qu'Isaac Stern, Leonard Rose et Eugene Istomin enregistraient il y a déjà plus d'un demi-siècle (Sony). [...] Et voici que paraît celle-ci, dans sa directe lignée, envoûtante depuis la première note de l'Ut majeur, comme si les trois musiciens se voulaient les passeurs des traditions stylistiques héritées de leurs illustres aînés. [...] » (Diapason, novembre 2017 / Jean-Michel Molkhou)
A partir de :
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 septembre 2014 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4F de Télérama - Prise de Son d'Exception
Ce n’est qu’à la toute fin de sa vie que Brahms se penchera sur la clarinette solo dans sa musique de chambre : heureux hasard de la rencontre avec un soliste exceptionnel, Richard Mühlfeld, qui lui inspirera quelques-unes de ses plus fulgurantes pages du crépuscule. On connaît sur le bout des doigts le déchirant Quintette avec clarinette, sans doute l’auditeur connaît-il un peu moins le Trio avec clarinette, violoncelle et piano, une œuvre assez grave — dans tous les sens du terme puisque la clarinette elle-même n’est jamais vraiment poussée dans ses aigus — et sombre de la plus belle facture. Ensuite, les deux Sonates pour clarinette et piano, trop souvent entendues dans la version pour alto et piano, certes de la plume du maître lui-même, viennent achever l’incursion dans le monde de la clarinette ; peu après avoir publié ces deux œuvres (ses ultimes publications), Brahms s’enferme dans le silence qu’il s’est imposé à la mort de Clara Schumann. Le clarinettiste Romain Sévère, bardé de mille et un prix internationaux dès sa jeunesse, sait magistralement trouver dans ces partitions le ton juste. Rien d’étonnant que l’enregistrement ait récolté de belles distinctions.« Quand un poète rencontre un autre poète, que se racontent-ils ? Des histoires de poètes. [..] Pendue aux lèvres de Raphaël Sévère, dont le jeu captive par son hypersensibilité, l'oreille se délecte de la variété avec laquelle le jeune homme modèle chaque phrase, chaque motif. Nul instant où la magie n'opère pas. Bref, quel ravissement ! [...] Abordé de la même manière, le Trio fonctionne un peu moins bien. [...] Prenons-le pour un bonus, et accordons à l'album, au couplage généreux, le Diapason d'or que les sonates appellent.» (Diapason, novembre 2014)
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 février 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Recordings of Brahms' two serenades from the late 1850s are sparse compared with those of the symphonies, perhaps because they're sometimes depicted as preparatory exercises for the mighty four. But they're really not that; they're light works that stand on their own, imbued with the spirit of Classicism, especially that of Haydn, and anyone who loves Brahms knows that his light works are no less profound than his weighty ones. The Serenade No. 1 in D major, Op. 11, is in six movements; the Serenade No. 2 in A major, Op. 16, in five, with each containing both a scherzo and a minuet. That little contrast is key to both the elegance of craft in these works and to the beauty of the readings here by conductor Riccardo Chailly, leading the venerable Gewandhaus Orchestra of Leipzig. Nowhere does Chailly try to push these works toward the Symphony No. 1 in C minor, Op. 68, or even the contemporaneous Piano Concerto No. 1 in D minor, Op. 15. Instead he takes them as they are, making them as transparent as possible, letting them breathe and giving them a relaxed, almost joyous quality that does not foreclose the discovery of small details. It may seem surprising to some that musicians as established as Chailly and the Gewandhaus players, who must have performed these works since their teen years, can manage such seemingly spontaneous readings, but there you have it. This is superior early Brahms. © TiVo
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | Ondine

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Seul le Concerto n°2 Op.83, enregistré au Musikverein de Vienne, est disponible en Studio Master. Le Concerto n°1 n'est disponible qu'en lossless (Voir la page du double disque en version lossless).
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 novembre 2019 | Ondine

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Piano solo - Paru le 7 avril 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4F de Télérama - Gramophone Award - Gramophone Record of the Month - Le Choix de France Musique - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] Ces nuances infinitésimales, dont Volodos fait son miel, il faudrait des heures pour tenter d’en décrire toute la richesse, la diversité, la beauté, la manière dont elles s’accrochent aux feutres du piano, jusqu’à l’épuisement. Rien de désincarné, d’austère ni d’étriqué, pas de tempos fatigués, contrairement à tant de lectures [...] Ce disque est une fête rare pour les oreilles. Sa réalisation tient du miracle : un instrument royal, parfaitement réglé, une prise de son ne laissant rien passer des quadruples piano et un alchimiste au clavier. Et derrière cette maîtrise de chaque souffle, chaque détail, l’évidence d’un cœur simple, chaleureux et si proche. Un envoûtement.» (Diapason, mai 2017 / Bertrand Boissard)
A partir de :
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Symphonies - Paru le 1 mars 1965 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz

Le compositeur

Johannes Brahms dans le magazine
  • Les concerts Cantabile investissent le Théatre Aydar, à Paris !
    Les concerts Cantabile investissent le Théatre Aydar, à Paris ! Les concerts Cantabile ont préparé 4 soirées exceptionnelles sur des thèmes différents, les 8 et 9 février, puis les 22 et 23 mars. Opéra, ciné concert, A Capella… il y en aura pour tous les gouts ...
  • L'Orchestre National de Lille fête ses 35 ans
    L'Orchestre National de Lille fête ses 35 ans L’Orchestre National de Lille soufflera ses 35 bougies en janvier 2011. L’occasion de revenir sur une saison actuelle particulièrement riche, rondement menée par Jean-Claude Casadesus.
  • Gardiner à Pleyel, ou Brahms dans tous ses états
    Gardiner à Pleyel, ou Brahms dans tous ses états Le 27 et 28 septembre à Pleyel, Sir John Eliot Gardiner dirigera deux concerts conçus comme une mise en miroir de l’œuvre symphonique et de la musique chorale de Brahms face aux compositions qui l’...
  • Paire d’as
    Paire d’as David Oïstrakh et Sviatoslav Richter. Deux noms qui ne nécessitent aucune présentation à ralonge… Les deux mythes/légendes/stars (ou plus si affinités…) s’amusent ici avec la Sonate pour violon et ...
  • La Troisième Symphonie de Brahms
    La Troisième Symphonie de Brahms Fort d’une copieuse discographie, l’Opus 90, au-delà des versions de référence, regorge de trésors méconnus.
  • Une intégrale… Brahms !
    Une intégrale… Brahms ! Après les incontournables Mozart, Bach, Chopin et Beethoven, Brilliant Classics et Abeille Musique annoncent une intégrale discographique Brahms pour le mois de mars.