Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

8,91 €

Soul - Paru le 23 octobre 1972 | Fat Possum

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,99 €
14,49 €
3+3

Funk - Paru le 21 août 1973 | Epic - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1973, les Isley Brothers embarquent leur label T-Neck chez Epic et bénéficient du savoir-faire inégalable du label dans la distribution et le marketing de la musique noire en général et du funk en particulier. Grâce à Ernie, guitariste intenable jusqu’ici bridé par ses aînés, les Isley sautent pieds joints dans le funk explosif avec ce fabuleux 3 + 3 et son single That Lady. N°2 des charts R&B et n°6 des charts pop, c’est un feu d’artifice où les solos fous furieux d’Ernie enveloppent un groove digne des premiers Kool & The Gang. Aides de camp de Stevie Wonder, Robert Margouleff et Malcolm Cecil sont derrière la console pour donner à 3 + 3 un son en phase avec l’avènement du tout électronique. © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Funk - Paru le 15 mars 1975 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Première formation à vêtir le funk d’habits de soie, Earth, Wind & Fire synthétise à la perfection la transe groove et le sucre de la pop sur son sixième album, partition d’un obscur nanar avec Harvey Keitel. La bande de Maurice White innove en mouchetant ses compositions de gospel, de jazz et de rythmes latinos. L’instrumentation, véritable Rolls du genre, atteint une perfection formelle qui se love dans des chœurs d’une sensualité redoutable. Une telle richesse aurait aisément pu donner une pièce montée indigeste mais White est le pâtissier génial d’un funk cinq étoiles jamais vulgaire. © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Funk - Paru le 11 novembre 1975 | Columbia - Legacy

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1975, lorsque le vaisseau spatial piloté par Maurice White se pose sur scène avec ce double album aux mensurations hollywoodiennes, l’orgie funk d’Earth Wind & Fire est à son apogée. Profusion des arrangements, des harmonies vocales et de la richesse instrumentale, Gratitude est le feu d’artifice de funk collant à la perfection à cette formation bigger than life, offrant aussi bien d’ébouriffantes improvisations instrumentales que des hymnes pop juste sucrés comme il faut. Génial dans son exubérance assumée, ce conte de fée tout plein de paillettes trouve surtout ici une énergie décuplée, propre à la scène. Tu danses ? © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Funk - Paru le 21 novembre 1977 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1976, avec l’album Spirit, Maurice White, en bon gérant de secte, déballe son karma écolo-mystico-égypto-possitiviste. Sa pop gospel cultive le mythe de la symphonie afro-américaine. Tout est huilé à la perfection et les harmonies vocales enveloppées dans la basse de son frère Verdine transportent les fans d’Earth Wind & Fire au septième ciel. Empreint de spiritualité (étonnant, non ?), l’enregistrement de Spirit fut toutefois marqué par la mort de Charles Stepney, mentor, compositeur et surtout arrangeur hors pair du groupe. Les pyramides apparaissent sur la pochette de l’album comme elles envahiront, un an plus tard, celle de ce All’n’All, nouveau sommet de funk pop emmené par les tubesques Fantasy, Serpentine Fire, Jupiter et quelques autres perles bien brillantes typiques de ce Earth, Wind & Fire du milieu des seventies. Mais une grande partie du public noir commence à distinguer la part funk de celle plus pop. Ainsi, Serpentine Fire, dernier grand titre funk, se placera à la première place des charts R&B, ce qui n’arrivera pas au très sucré Boogie Wonderland… Quoi qu’il en soit, avec All’n’All, Earth Wind & Fire loge toujours au premier étage des charts (à la même époque La Fièvre du samedi soir est sur tous les écrans) et les Grammy Awards pleuvent sur les étagères de Maurice White. © MZ/Qobuz
5,99 €

Funk - Paru le 1 janvier 1980 | Warner Bros.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Durant les années 80, une génération entière sautera des deux pieds dans le funk électronique et minimaliste des premiers enregistrements de Prince. Mais seul un artiste fera vraiment avancer les choses. Avec son groupe Zapp, Roger Troutman est l’un des rares à utiliser les rythmes électroniques tout en conservant une approche funky et rhythm’n’blues. Une philosophie qui éclate dès ce premier disque de Zapp (produit par le grand bassiste funk Bootsy Collins) et son hit de l’été 80 More Bounce To The Ounce, single le plus samplé de l’histoire du rap : la talk box, le petit riff de guitare haut perché, la basse maousse et ces mêmes notes égrainées durant plus de neuf minutes dans un râga électronique digne des marathons du funky drummer de James Brown. Un beat répétitif passé par le tuyau des nouvelles technologies (synthés, vocoder, talk box) qui alimentera des kilomètres de bandes du rap East Coast et surtout West Coast : Coolio, Snoop Dogg, Wu-Tang Clan, Ice Cube, Notorious B.I.G., Redman, Public Enemy, EPMD, Digital Underground, etc. Roger Troutman est un musicien complet, contrôlant parfaitement les techniques modernes et apportant à ses compositions une solide base de R&B presque traditionnel, et ce premier Zapp le rappelle brillamment. © MZ/Qobuz
8,99 €
TP

R&B - Paru le 25 juillet 1980 | Legacy Recordings

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec Teddy Pendergrass, le tandem de producteurs Kenneth Gamble et Leon Huff aura trouvé le plus bel ambassadeur de leur soul sucrée plus connue sous le sobriquet de Philly Soul. La sublime sérénade de Pendergrass, portée par sa voix de crooner soul, est une lente et superbe montée vers les paradis érotiques… Derrière lui, Marvin Gaye et Barry White, devant lui, Luther Vandross, Keith Sweat et R Kelly. Mais Teddy Pendergrass, qui n’imposa jamais réellement sa magie de ce côté-ci de l’Atlantique, interprétait les clichés romantiques du genre avec une classe inégalée. La preuve avec ce cinquième album sobrement baptisé TP et renfermant deux slows imparables : Can't We Try et Love T.K.O.. Avec ce disque, Teddy Bear, comme ses fans le surnommaient, pulvérise les clichés kitsch et sirupeux pour faire de ce luxe auditif du grand art. Tu danses ? © MD/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 30 novembre 1982 | Epic

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Évidemment, s'il ne fallait en garder qu'un, beaucoup hurleraient en chœur : Thriller ! Michael Jackson fait à nouveau équipe avec Quincy Jones pour ce qui deviendra l'album le plus vendu de tous les temps ! L'ère est à l'apogée de MTV et Bambi rêve aussi bien de toucher les fans de funk que de rock et de pop. Véritable superproduction, le feu d'artifice de groove est total et les compositions tubesques à souhait : Billie Jean, The Girl Is Mine (où il s'offre un duo avec Paul McCartney), Thriller ou Beat It, Michael excelle à dompter ce funk rock emblématique des 80's. À l'assouplir quand il le faut. Ou l'enflammer si nécessaire. Dans tous ses excès, Thriller, qui sort le 30 novembre 1982, touche au génie. © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 4 juillet 1983 | Epic

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Après une longue bataille juridique entre le père des frères Jackson et Berry Gordy, patron de Motown, les Jackson 5 quittent l’écurie de Detroit pour signer chez Epic. C’est sur ce label que Michael sort Off The Wall, son premier chef d’œuvre, en août 1979. Avec ce disque, le chanteur qui n'a que 20 ans lance ici sa seconde vie ! Michael Jackson n’est plus l’enfant prodige de la Motown encadré par ses frères. Cet opus, visionnaire au possible, démontre tous les potentiels du futur Roi de la Pop. Ecriture exemplaire, souplesse vocale, maîtrise des sons, Off The Wall est aussi un traité d’éclectisme précurseur dans la diversité des styles abordés (funk, disco, pop, rock…). Sa production possède même une chaleur supérieure à Thriller qui suivra trois ans plus tard. Entre les mains de Bambi et de Quincy Jones, ce funk torride, cette soul de dancefloor, ce disco champagne et cette pop vaporeuse fusionnent d’un bout à l’autre de cet album précurseur comme jamais. © MZ/Qobuz
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 29 avril 1985 | Arista

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 6 juillet 1987 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme Prince et autres Lenny Kravitz, Terence Trent d’Arby sait tout faire : chant, guitare, piano, basse, saxo et percussions, peu de choses échappent à ce jeune New-yorkais installé à Londres et qui débarque de nulle part sur la scène musicale, en 1987, avec sa soul music matinée de funk, de soul, de pop et de jazz. Avec son premier album baptisé Introducing The Hardline According To Terence Trent D'Arby et porté par son single sensuel Wishing Well, le chanteur devient une star en France. Et si les comparaisons vont bon train (certains en font le fils spirituel de Prince, Michael Jackson, Stevie Wonder et Marvin Gaye réunis !), TTDA impose son originalité et le grain bien à lui de sa voix. © CM/Qobuz
14,99 €

R&B - Paru le 7 juin 1988 | Elektra Asylum

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Deuxième album du Paul Butterfield Blues Band, East-West qui parait sur le label Elektra durant l’été 1966 enquille avec génie les reprises, essentiellement blues : Walkin' Blues de Robert Johnson, Get Out Of My Life, Woman de Lee Dorsey et Allen Toussaint, les traditionnels I Got A Mind To Give Up Living, All These Blues et Never Say No et Two Trains Running de Muddy Waters (écrit sous le titre Still A Fool). Et pour mieux s’imprégner de l’esprit d’un tel répertoire, Butterfield et ses hommes ont enregistré la chose dans les fameux studios Chess, au 2120 South Michigan Avenue, à Chicago… Evidemment, le tandem des guitaristes, Mike Bloomfield/Elvin Bishop, fait des merveilles et leur pyrotechnie est toujours juste et de bon goût. Sorte de longue improvisation, la chanson East-West (plus de 13 minutes !) fusionne blues, jazz et musique indienne, un alliage inédit qui en fait un des premiers morceaux d'acid rock ! Ce génial opus est également bien particulier pour le PBBB puisqu’il s’agira du dernier avec Bloomfield et Jerome Arnold. © CM/Qobuz
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 16 septembre 1988 | Epic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 28 décembre 1988 | Epic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Funk - Paru le 10 avril 1989 | Epic

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Soul - Paru le 9 juin 1991 | Legacy - Epic Associated

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 1976 | Universal Music

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
16,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 15 octobre 1993 | Maverick

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Plus qu’une simple virtuose de la basse électrique, Me’Shell Ndegeocello est l’artiste totale dynamitant les frontières du funk et de ses satellites. Lorsque parait ce premier album en 1993, c’est la stupeur : est-ce du funk ? Du jazz ? Du rap ? De la soul ? Du rock ? Du R’n’B ? Evidemment, tout ça et plus encore suintent de ses Plantation Lullabies. Me’Shell est surtout bien plus qu’une Prince en jupon. L’esprit de Miles Davis, Gil Scott-Heron, Nina Simone, Jimi Hendrix, Weather Report et Sly Stone est en elle. Mais ce funk de velours gorgé de jazz fusion, que sa voix grave, presque parlée, porte vers des cieux conscients est insaisissable. Même les fans de jazz restent bouche bée ! Et d’un bout à l’autre de cet opus se dégage une sensation puissante de liberté. Ce qui est assez logique puisque Ndegeocello signifie libre comme un oiseau en swahili… © MZ/Qobuz
14,99 €

R&B - Paru le 1 janvier 1991 | Island Def Jam

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1971 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz