Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

14,49 €

Soul - Paru le 10 février 2010 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'ancien membre du groupe Tony! Toni! Toné! Raphael Saadiq a prouvé qu'il pouvait pousser sa musique vers de nouvelles voies fascinantes sur des albums solo tels que Instant Vintage, mélangeant soul, gospel, et fioritures contemporaines. Raphael Saadiq s'ancre plus fermement dans le passé sur son album de 2008, The Way I See It, pour offrir un son qui rappelle les classiques de la Motown et autre Northern soul des années 1960. La mélodie et le groove dominent ces chansons, faisant de chacune une petite pépite soul-pop complétée par des arrangements old-school (on dirait que Raphael Saadiq est accompagné par les Funk Brothers de la Motown). Pour couronner le tout, le chanteur a invité Stevie Wonder, Jay-Z, Joss Stone, et le Rebirth Brass Band. ~ Anthony Tognazzini
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 3 mars 1996 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,49 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 6 juillet 1987 | Columbia

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Comme Prince et autres Lenny Kravitz, Terence Trent d’Arby sait tout faire : chant, guitare, piano, basse, saxo et percussions, peu de choses échappent à ce jeune New-yorkais installé à Londres et qui débarque de nulle part sur la scène musicale, en 1987, avec sa soul music matinée de funk, de soul, de pop et de jazz. Avec son premier album baptisé Introducing The Hardline According To Terence Trent D'Arby et porté par son single sensuel Wishing Well, le chanteur devient une star en France. Et si les comparaisons vont bon train (certains en font le fils spirituel de Prince, Michael Jackson, Stevie Wonder et Marvin Gaye réunis !), TTDA impose son originalité et le grain bien à lui de sa voix. © CM/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Funk - Paru le 21 novembre 1977 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1976, avec l’album Spirit, Maurice White, en bon gérant de secte, déballe son karma écolo-mystico-égypto-possitiviste. Sa pop gospel cultive le mythe de la symphonie afro-américaine. Tout est huilé à la perfection et les harmonies vocales enveloppées dans la basse de son frère Verdine transportent les fans d’Earth Wind & Fire au septième ciel. Empreint de spiritualité (étonnant, non ?), l’enregistrement de Spirit fut toutefois marqué par la mort de Charles Stepney, mentor, compositeur et surtout arrangeur hors pair du groupe. Les pyramides apparaissent sur la pochette de l’album comme elles envahiront, un an plus tard, celle de ce All’n’All, nouveau sommet de funk pop emmené par les tubesques Fantasy, Serpentine Fire, Jupiter et quelques autres perles bien brillantes typiques de ce Earth, Wind & Fire du milieu des seventies. Mais une grande partie du public noir commence à distinguer la part funk de celle plus pop. Ainsi, Serpentine Fire, dernier grand titre funk, se placera à la première place des charts R&B, ce qui n’arrivera pas au très sucré Boogie Wonderland… Quoi qu’il en soit, avec All’n’All, Earth Wind & Fire loge toujours au premier étage des charts (à la même époque La Fièvre du samedi soir est sur tous les écrans) et les Grammy Awards pleuvent sur les étagères de Maurice White. © MZ/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Funk - Paru le 15 mars 1975 | Columbia

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Première formation à vêtir le funk d’habits de soie, Earth, Wind & Fire synthétise à la perfection la transe groove et le sucre de la pop sur son sixième album, partition d’un obscur nanar avec Harvey Keitel. La bande de Maurice White innove en mouchetant ses compositions de gospel, de jazz et de rythmes latinos. L’instrumentation, véritable Rolls du genre, atteint une perfection formelle qui se love dans des chœurs d’une sensualité redoutable. Une telle richesse aurait aisément pu donner une pièce montée indigeste mais White est le pâtissier génial d’un funk cinq étoiles jamais vulgaire. © MZ/Qobuz