Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

23,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1992 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1994 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1996 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
23,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1997 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au rayon des héros injustement oubliés de l’histoire du jazz, Herbie Nichols occupe une place de choix. Ce virtuose emporté par une leucémie à seulement 44 ans restera comme un pianiste novateur, signant des canevas mélodiques mais aussi rythmiques très originaux pour leur époque. Fasciné par Thelonious Monk, il trouvera sa propre sémantique pianistique en mêlant des influences aussi disparates que celles du Dixieland, de la musique caribéenne mais surtout de compositeurs classiques comme Bartók ou Satie. Son passage chez Blue Note se matérialisera par trois albums en trio : The Prophetic Herbie Nichols Vol. 1 et Vol. 2 (enregistrés en mai 1955 avec Al McKibbon à la contrebasse et Art Blakey à la batterie) et Herbie Nichols Trio (enregistré en août 1955 et avril 1956 avec Teddy Kotick et Al McKibbon à la contrebasse et Max Roach à la batterie). Ce coffret réunit toute cette somme avec en prime de nombreuses alternative takes. Les improvisations, comme les échanges avec ses différentes rythmiques mais aussi la teneur de ses compositions personnelles font de cette intégrale Blue Note la meilleure porte d’entrée à l’art d’un jazzman différent. En 1957, Herbie Nichols gravera son ultime disque pour Bethlehem Records, le tout aussi indispensable Love, Gloom, Cash, Love avec George Duvivier à la contrebasse et Dannie Richmond à la batterie, avant de tomber dans l’oubli et d’être rongé par la maladie qui aura raison de lui en avril 1963… Par la suite, des musiciens essentiellement avant-gardistes comme Misha Mengelberg, Roswell Rudd ou Steve Lacy aideront à sa réhabilitation. © Marc Zisman/Qobuz
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Deux voix pour n’en faire qu’une. Celle de (la trompette de) Miles Davis. Celle de Cassandra Wilson. Avec ce bien nommé Traveling Miles qu’elle publie chez Blue Note en 1999, la chanteuse du Mississippi revisite le répertoire du trompettiste où les thèmes qu’il a souvent joués. Son organe splendide et grave s’abandonne avec la même retenue, la même épure que celles auquel elle rend hommage. Le saxophoniste Steve Coleman, le guitariste Pat Metheny, la chanteuse Angélique Kidjo, le percussionniste Mino Cinelu et quelques autres sont à ses côtés pour rendre cet hommage encore plus intense. Là où Cassandra Wilson impressionne le plus restant dans sa capacité à s’approprier des compositions maintes fois enregistrées et entendues, compositions qu’elle fait siennes. Impressionnant et beau. © MZ/Qobuz
10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
12,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Enregistré au mythique Van Gelder Studio à New Jersey le 9 Mars 1958, Somethin' Else est sans aucun doute l'un des albums majeurs du Jazz. Il incarne la parfaite cristallisation de la rencontre entre deux musiciens géants qui ont marqué à jamais le monde musical, Julian "Cannonball" Adderley et le révolutionnaire Miles Davis. Album de "croisée de chemins", Somethin' Else est enregistré entre la dissolution du groupe de Cannonball et son adhésion à l'équipe de Miles Davis qui transforme son quintette en sextuor. Bien qu'invité, Miles Davis ne joue pas simplement le sideman au sens conventionnel du terme, il imprègne profondément l'album de son «univers sonore» en y apportant une élégance et une modernité toutes personnelles. On y trouve un avant-goût de l'univers modal qui constituera un an plus tard le fondement de Kind of Blue.
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Héros incontournable de la trompette hard bop des meilleures années Blue Note, révélé après la mort du génial Clifford Brown, Lee Morgan en poursuit la démarche. Sa musique, stabilisée par des thèmes et des harmonies simples proches du blues, trouve un échos auprès d'amateurs en recherche d'une authenticité, aimant le blues, le bebop et les thèmes populaires. Paru en 1964, ce disque est le premier que Morgan signa sous son nom (il venait d'avoir 25 ans) pour le label d'Alfred Lion et Francis Wolff, après deux années d'errance (dû à l'abus de substances illicites). Son quintet est ici constitué du saxophoniste Joe Henderson, du pianiste Barry Harris, du contrebassiste Bob Cranshaw et du batteur Billy Higgins. Le répertoire est issu de la plume du leader, dans une veine hard bop conventionnelle avec pour exception le titre éponyme, plus soul. Cet album, parmi les 25 qu'il enregistrera en tant que leader, sera son plus important succès populaire. © Qobuz
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au chapitre Horace Silver, le grand livre d’or du jazz a toujours aimé retenir principalement Song for My Father, un bel hommage rendu à son père photographié sur la pochette du disque. Le grand pianiste influencé par le blues, le gospel et le rhythm’n’blues livre dans cette musique enregistrée lors de trois séances (octobre 1963, janvier 1964 et octobre 1964) un jazz d’essence funky, blues et même bossa. Logique puisque c’est au retour d’un voyage au Brésil qu’il entamera ce projet. Horace Silver adosse ici son style contre de solides rythmiques, élément clé de son art, qui donnent à cette merveille un groove des plus précurseurs. Son piano, physique à souhait, embarque la musique dans le torrent d’un swing redoutable. Et dans les instants plus en retenue (Calcutta Cutie), Silver devient félin, agissant avec subtilité. Song for My Father aligne surtout les compositions mythiques, des mélodies accrocheuses qui influenceront des hordes de musiciens. Dans une interview accordée à NPR en 2008, le contrebassiste Christian McBride expliqua les raisons de sa vénération pour cette musique. « La musique d’Horace Silver a toujours représenté ce que prêchent les musiciens de jazz mais ne pratiquent pas forcément : la simplicité. Ça reste gravé dans la mémoire, c’est facile à chanter. Ça rentre facilement dans votre sang. C’est aisément compréhensible. Et c’est très enraciné et gorgé de soul. » © Marc Zisman/Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré le 3 juin 1963 par Rudy Van Gelder dans son studio d'Englewood Cliffs, la première page écrite par Joe Henderson se nomme logiquement Page One. Comme le chapitre liminaire d’un long et beau livre qui durera jusqu’en juin 2001, à la mort du musicien… Pour ce premier opus qui parait sur l’incontournable label Blue Note, le saxophoniste ténor alors âgé de 26 ans est entouré d’un casting de rêve : McCoy Tyner, Butch Warren, Pete La Roca et Kenny Dorham qui signe les deux premiers thèmes du disque, deux joyaux, Blue Bossa et La Mesha. Henderson impose ici non seulement son son mais aussi sa plume en signant d’impressionnantes compositions comme Homestretch, Recorda Me, Jinrikisha et Out Of The Night. Un grand classique du hard bop. © MZ/Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il n’est pas risqué d’affirmer que Idle Moment, publié en 1965, constitue le meilleur album de jazz du guitariste Grant Green. Toute l’élégance et la pureté de son style atteint ici son apogée, que ce soit sur des tempos lents (Idle Moments, Django) ou des rythmes plus rapides (Nomad, Jean de Fleur), Green n’éprouve aucune difficulté à faire preuve de son sens de la mélodie et à délivrer des improvisations pleines de feeling et de groove. C’est sous la forme d’un sextet que le disque est enregistré, donnant naissance à un son plus riche et plus complet que les autres disques du genre. Le pianiste Duke Pearson et le saxophoniste Joe Henderson étaient particulièrement en forme lors de la conception de Idle Moments et constituent un support de rêve pour le jeu irréprochable de Grant Green. © LG/Qobuz
12,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Le disque est incontournable avec sa pochette tant de fois reproduite, copiée, recopiée. Trompettiste renommé du label Blue Note, pour de nombreuses participations aux disques de ses collègues mais aussi pour les siens en tant que leader, pour la plupart dans un format traditionnel des années marquées par le hard bop, en quintet, Donald Byrd s'est vu offrir la possibilité de proposer un projet plus ambitieux, ce qu'il fit avec ces « nouvelles perspectives ». Tout en restant dans ce qui restera sa marque de fabrique, un habile mixage entre son langage bebop d'improvisateur et le gospel de son enfance, le trompettiste propose ici un format inhabituel, très écrit (Donald venait d'étudier l'orchestration avec Nadia Boulanger à Paris), avec un chour de gospel. Un disque magnifiquement bien enregistré par le fidèle (on a envie d'écrire le « haut fidèle ») Rudy Van Gelder avec, parmi les sidemen, Hank Mobley, Herbie Hancock, Kenny Burrell, entre autres. De cet album, il dira : « J'ai pris cette aventure au sérieux. Compte tenu de mon parcours personnel, j'ai toujours souhaité écrire un album entier consacré à des pièces inspirées par le gospel, comme un recueil de cantiques modernes. Les jazzmen, à la Nouvelle-Orleans, ont souvent improvisé sur les airs traditionnels du gospel, mais j'ai souhaité aller au delà en écrivant des airs spécifiques, modernes, afin d'aborder cette tradition autrement, tout en la respectant. »
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2001 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Keep the Customer Satisfied est un album live enregistré au Tropicana Resort & Casino de Las Vegas. Il démontre parfaitement l'art et la manière du grand orchestre de Buddy Rich, dernière version. En 1970, le batteur-héros (qui fit l'admiration de tous, y compris des amateurs de hard-rock, pour sa puissance et sa virtuosité) dirigeait un big band au répertoire affirmé, original, et qui le distinguait nettement de ceux de Count Basie, Duke Ellington, Thad Jones Mel Lewis, encore en activité. Tout était en place pour mettre son jeu de batterie en perspective. Le formidable Groovin' Hard de Don Menza s'y retrouve par deux fois et dans leurs versions complètes, contrairement aux diffusions 33trs précédentes. Les solistes ont pour noms, les saxophonistes Richie Cole et Jimmy Mosher, le trombone Rick Stepton. Le ténor Pat Labarbera est mis en avant sur cet arrangement inédit de Don Menza sur Body and Soul. Le son est très bien remasterisé, donnant parfaitement le rendu du « live », cette version "en public" de Midnight Cowboy Medley est même supérieure à celle enregistrée en studio. Un bonheur pour les amateurs de big bands plein feu.
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Les quelques chanceux présents au studio Sound Makers de New York le 17 septembre 1962 doivent se souvenir encore aujourd’hui de leur journée… Réunis autour des micros, trois des plus grands génies de la planète jazz : Duke Ellington au piano, Charles Mingus à la contrebasse et Max Roach à la batterie. A l’arrivée un disque d’une modernité impressionnante (50 ans plus tard, l’effet est assez bluffant !) où les trois hommes s’écoutent, se parlent, s’affrontent, s’enlacent… Le jazz qui nait de ce trio est un sommet qui doit trôner dans toute discothèque idéale digne de ce nom. © MZ/Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Sur la planète jazz, le trio piano-basse-batterie est une sorte de mythologie dans la mythologie… En 1968, le pianiste Chick Corea, le batteur Roy Haynes et le contrebassiste Miroslav Vitous en chamboulent l’esthétique dans un sommet de virtuosité limpide à la beauté harmonique des plus inédite. Intitulé Now He Sings, Now He Sobs, cet enregistrement paru sur le label Blue Note est le premier publié sous le nom de Corea. Derrière ses futs en quadrichromie, le sage et impérial Roy Haynes, de vingt ans l’aîné de ses complices, ne tire jamais la couverture à lui, solidifiant juste ce tourbillon de swing… © MZ/Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2003 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2003 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Adam's Apple est le dixième album réalisé par le saxophoniste en 1966 pour le label Blue Note. C'est dans ce disque qu'on trouve la toute première version enregistrée de Footprints (la suivante sera celle avec le quintet de Miles Davis dans Miles Smiles). Ce Adam's Apple intervient à l'apogée créative du saxophoniste avant qu'il ne s'embarque dans l'aventure du Miles Davis Quintet pour lequel il sera directeur artistique (et compositeur majoritaire). Comment ne pas craquer dès les premières mesures de ce disque. La rondeur, l'enveloppe très particulière du son de saxophone de Wayne Shorter, son aura sont palpables. Son entente exceptionnelle avec les membres de son orchestre est évidente. La place qu'il laisse à chacun, l'interaction engendrée, autant de qualités qui seront la marque de fabrique de ses aventures ultérieures. À ses côtés, le jeune Herbie Hancock trouve pleinement sa place, tout comme Reggie Workman à la contrebasse et Joe Chambers à la batterie. Un très grand disque !
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2004 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Mari et femme au moment de cet enregistrement, le saxophoniste Stanley Turrentine et l'organiste Shirley Scott présente ici une formation tout feu tout flamme. Enregistré en 1961, le saxophonist est à son sommet, son jeu bluesy, soul a souhait est brillant, soutenu, en dehors de l'orgue par deux pairs rythmiques : Major Holley à la contrebasse et Al Harewood à la batterie ou Sam Jones à la contrebasse et Clarence Johnston à la batterie. Le conguero Ray Barretto apparait sur la première séance. C'est sans conteste l'un des plus grands disques du saxophoniste sous son nom et l'un des disques les plus accompli dans cette formation sax-orgue si chère aux années 50 et 60. JMP©Qobuz
19,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2004 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Premier disque réalisé sous le nom des Jazz Messengers (le batteur du groupe, Art Blakey, devenu leader, jouera toute sa vie sous ce nom), cet album signé Horace Silver est symbolique d'une nouvelle école, celle que le jazz retient sous le nom de "funk" ou encore "hard bop". Ce son marque d’une empreinte indélébile l'esthétique dominante du label Blue Note sur lequel Horace Silver restera trente ans (celui-ci étant le deuxième sous son nom). Pianiste accompli, son style particulier, très rythmique, à la fois sophistiqué et très accessible, puise son inspiration dans le blues, le gospel et le rhythm’n blues. C'est sans doute cet enregistrement qui le positionne comme leader de sa génération. Avec dans le répertoire, deux titres vont devenir des standards : Doodlin' et The Preacher. Pour l'anecdote, ce dernier titre est, dans un premier temps, rejeté par le producteur, Alfred Lion, qui le trouve trop "old time y" (ringard). C'est sur l'insistance d'Horace Silver et Art Blakey, qui menacent d'annuler la séance, que ce titre est finalement inclus. Horace Silver & The Jazz Messengers impose également la formule du quintet trompette-saxophone + rythmique piano-contrebasse-batterie, désormais emblématique du hard bop. En dehors des deux co-leaders (Art Blakey non crédité comme co-leaders est très présent), on distingue les excellents : Kenny Dorham à la trompette, Hank Mobley au saxophone tenor et Doug Watkins à la contrebasse. JMP©Qobuz