Dans chaque genre, les experts de Qobuz rassemblent tous les indispensables. Ces albums qui ont marqué l’histoire de la musique et constituent des dates majeures.

Avec la Discothèque Idéale, vous (re)découvrez des enregistrements mythiques, tout en construisant votre culture musicale.

Les albums

7,99 €
5,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Enregistré en 1963 et publié l’année suivante, Evolution est l’entrée au disque d’un géant bien trop discret. Grachan Moncur III se fait enfin leader, lui dont le nom apparait déjà sur des enregistrements signés Herbie Hancock, Benny Golson, Jackie McLean ou bien encore Art Farmer, alors qu’il n’a pas 25 ans… Ici, le tromboniste new-yorkais a réuni à ses côtés de nombreux sociétaires du label d’Alfred Lion : le trompettiste Lee Morgan, le saxophoniste Jackie McLean, le vibraphoniste Bobby Hutcherson, le bassiste Bob Cranshaw et le batteur Tony Williams. Ensemble, ils récitent une incroyable partition de néo-hard bop très avant-gardiste et totalement fascinante. Une musique entièrement composée par Moncur lui-même, ambitieuse, souvent mystérieuse et assez sombre. Au cœur de ces échanges où règne une grande liberté, le jeune tromboniste n’oublie jamais d’immiscer beaucoup d’espace. Assez de singularité et de caractère à l’arrivée pour que dans la vaste discographie du label Blue Note, Evolution occupe une place de premier ordre. © MZ/Qobuz
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le Coltrane de Blue Train s’apprête enfin à couper de nombreux cordons pour être lui-même. Enregistré le 15 septembre 1957 par Rudy Van Gelder et produit par Alfred Lion, il sera le seul disque du saxophoniste en tant que leader sur le prestigieux label Blue Note. Déjà, Trane a choisi seul les musiciens qui l’entourent : Lee Morgan à la trompette, Curtis Fuller au trombone, Kenny Drew au piano, Paul Chambers à la contrebasse et Philly Joe Jones à la batterie. Stylistiquement, on nage ici en plein hard bop classique et le son totalement coltranien qui entrera dans la postérité n’est pas encore en place. Reste un disque magnifique, d’une classe folle, renfermant des thèmes de toute beauté (tous signés Coltrane à l’exception de I’m Old Fashioned de Mercer & Kern) et interprétés par six musiciens conversant comme jamais entre eux. Sans parler de la modernité formelle des improvisations ! © MD/Qobuz
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2014 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Parler d’Herbie Hancock sur Blue Note débouche dans 90 % des cas sur Maiden Voyage, album publié en 1965 certes essentiel pour la beauté de ses cinq thèmes (Maiden Voyage, The Eye of the Hurricane, Little One, Survival of the Fittest et Dolphin Dance) et le jeu très original de son auteur. Mais avec le temps, Inventions & Dimensions ne serait-il pas devenu l’un de ses disques les plus sous-estimés ? Après Takin' Off (1962) et My Point of View (1963), le pianiste alors âgé de seulement 23 ans opte pour une configuration atypique au cœur de laquelle les percussions sont volontairement mises en exergue. Paul Chambers est à la contrebasse, Willie Bobo à la batterie et aux timbales et Osvaldo "Chihuahua" Martinez aux percussions pour une embardée de jazz expérimental, afro-cubain et assez avant-gardiste pour l’époque. Sur cet enregistrement du 30 août 1963, son troisième pour la Note Bleue, son piano y est impressionnant, entre virtuosité et épure. Avec ses effluves latinos singulièrement traités, ses rythmes complexes savamment distillés et ses motifs répétitifs placés çà et là, Inventions & Dimensions était on ne peut plus en avance sur son époque. © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pochette ! Casting ! Compositions ! Enregistré le jour du réveillon de Noël 1964, Speak No Evil, sixième album de Wayne Shorter, est un sommet d’alliage entre hard bop et jazz modal. Membre depuis peu du fameux second quintet de Miles Davis, le saxophoniste en embarque ici deux éléments clés : Herbie Hancock au piano et Ron Carter à la contrebasse. Les deux autres malfrats de ce casse du siècle ? Le batteur Elvin Jones et le trompettiste Freddie Hubbard. Pour cette session, Shorter a écrit six nouvelles pièces dont il dévoile l’inspiration dans les notes de pochette, expliquant avoir pensé « à des paysages brumeux avec des fleurs sauvages et étranges, le genre d’endroit où naissent les folklores et les légendes. Et j’ai également pensé à des choses comme des sorcières brûlées ». Six thèmes qui rappellent qu’il est sans doute l’un des compositeurs de jazz les plus doués de la seconde moitié du XXe siècle… Les échanges entre les cinq hommes, les changements de rythme ou tout simplement le phrasé du maître de cérémonie rendent Speak No Evil génial ! Plutôt singulier pour un disque qui ne fut pas tant loué que cela à sa sortie… © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Au chapitre Horace Silver, le grand livre d’or du jazz a toujours aimé retenir principalement Song for My Father, un bel hommage rendu à son père photographié sur la pochette du disque. Le grand pianiste influencé par le blues, le gospel et le rhythm’n’blues livre dans cette musique enregistrée lors de trois séances (octobre 1963, janvier 1964 et octobre 1964) un jazz d’essence funky, blues et même bossa. Logique puisque c’est au retour d’un voyage au Brésil qu’il entamera ce projet. Horace Silver adosse ici son style contre de solides rythmiques, élément clé de son art, qui donnent à cette merveille un groove des plus précurseurs. Son piano, physique à souhait, embarque la musique dans le torrent d’un swing redoutable. Et dans les instants plus en retenue (Calcutta Cutie), Silver devient félin, agissant avec subtilité. Song for My Father aligne surtout les compositions mythiques, des mélodies accrocheuses qui influenceront des hordes de musiciens. Dans une interview accordée à NPR en 2008, le contrebassiste Christian McBride expliqua les raisons de sa vénération pour cette musique. « La musique d’Horace Silver a toujours représenté ce que prêchent les musiciens de jazz mais ne pratiquent pas forcément : la simplicité. Ça reste gravé dans la mémoire, c’est facile à chanter. Ça rentre facilement dans votre sang. C’est aisément compréhensible. Et c’est très enraciné et gorgé de soul. » © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Parmi les artistes qui marquèrent de leurs empreintes le label Blue Note, Hank Mobley fut l'un des plus réguliers. Be bopper, bluesy, churchy, à l'image des goûts artistiques de la marque, le saxophoniste enfila une série fort réussie d'albums dont aucun ne remporta un succès suffisant pour passer à la postérité. Reste des disques excellents, classieux, dont ce Soul Station pourrait aujourd'hui se distinguer comme l'archétype. Excellent, un modèle toujours actuel pour la nouvelle génération qui se cherche des "pères". © JMP/Qobuz
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Durant l’été 1964, Lee Morgan publie The Sidewinder, l’une des plus grosses ventes de l’histoire de Blue Note. Cinq mois avant ce must de pur hard bop mâtiné de soul, le trompettiste avait mis en boîte une session bien plus osée et avant-gardiste que le label gardera dans ses tiroirs jusqu’en juillet 1966. Sous le nom Search for the New Land, Morgan se lançait dans des compositions aventureuses. Ne serait-ce que sur le long thème – de plus de quinze minutes – qui donne son titre à l‘album, il étire les canons du hard bop et propose une trame narrative plus abstraite et plus riche. Pour colorer davantage son affaire, il laisse agir ses cinq complices (le saxophoniste Wayne Shorter, le pianiste Herbie Hancock, le guitariste Grant Green, le contrebassiste Reggie Workman et le batteur Billy Higgins) qui s’en donnent à cœur joie. Une merveille. © Marc Zisman/Qobuz
12,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Enregistré au mythique Van Gelder Studio à New Jersey le 9 Mars 1958, Somethin' Else est sans aucun doute l'un des albums majeurs du Jazz. Il incarne la parfaite cristallisation de la rencontre entre deux musiciens géants qui ont marqué à jamais le monde musical, Julian "Cannonball" Adderley et le révolutionnaire Miles Davis. Album de "croisée de chemins", Somethin' Else est enregistré entre la dissolution du groupe de Cannonball et son adhésion à l'équipe de Miles Davis qui transforme son quintette en sextuor. Bien qu'invité, Miles Davis ne joue pas simplement le sideman au sens conventionnel du terme, il imprègne profondément l'album de son «univers sonore» en y apportant une élégance et une modernité toutes personnelles. On y trouve un avant-goût de l'univers modal qui constituera un an plus tard le fondement de Kind of Blue.
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2012 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Pour son entrée chez Blue Note, McCoy Tyner frappe fort. Et des deux poings ! Avec déjà six albums personnels sous le coude, le pianiste de Philadelphie se décide à quitter le quartet de John Coltrane. Pour enregistrer ce disque, le 21 avril 1967, il s’entoure de trois épées : Joe Henderson, Ron Carter et Elvin Jones. The Real McCoy est surtout un train lancé à 2 000 à l’heure. Une embardée de jazz sans concession commerciale, ni enluminures gratuites. A 29 ans, McCoy semble en cavale et dévale la pente sans que rien ne puisse l’arrêter. Ses complices, solidement à ses côtés, tiennent non seulement la cadence mais sont, eux aussi, comme galvanisés par la fougue de leur patron d’un jour. On imagine Alfred Lion, scotché derrière sa console, plaqué au fond de son fauteuil par tant de vitalité, par ce piano percussif mais intelligent et dont les improvisations restent parmi les plus impressionnantes du jazz de son temps. © Marc Zisman/Qobuz
9,99 €
6,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Le 25 février 1964, Eric Dolphy signe sa seule séance pour Blue Note en tant que leader mais aussi une quarantaine de minutes propulsant le jazz sur des sentiers avant-gardistes inédits ; les prémisses du free en quelque sorte… Avec sa clarinette basse, sa flûte et son saxophone alto, le musicien secoue le hard bop alors régnant, aidé dans son entreprise de déstabilisation par le trompettiste Freddie Hubbard, le vibraphoniste Bobby Hutcherson, le contrebassiste Richard Davis et le batteur Tony Williams qui n’a que 18 ans ! Les motivations de Dolphy sont on ne peut plus claires sur Straight Up and Down, thème bien imbibé, pour ne pas dire carrément vacillant. Comme sur Hat and Beard, un clin d’œil à Thelonious Monk, lancé lui aussi dans un grand ravalement de façade du genre… Le public est alors peu habitué à l’esthétique souvent atonale du souffleur comme à ses changements de rythme inattendus. Mais Eric Dolphy n’est jamais un poseur cérébral juste là pour choquer la galerie. Et aucune seconde d’Out to Lunch! n’est gratuite. Quatre mois après cette session, son auteur mourra d’une crise cardiaque, à seulement 36 ans… © Marc Zisman/Qobuz
11,99 €
8,49 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2013 | Blue Note Records

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Si le vibraphone connu ses lettres de noblesse dans le jazz par le génie de Lionel Hampton qui le découvrit, Milt Jackson qui l'imposa comme l'un des instruments du be-bop, c'est sans aucun doute Bobby Hutcherson qui prolongea son aura dans les années 60. Total Eclipse fut enregistré en 1968 pour Blue Note qui cherchait à cette époque à ouvrir son label aux nouveaux sons du jazz. Cet enregistrement est aussi le premier avec le saxophoniste Harold Land, avec lequel Hutcherson enregistrera régulièrement en cette fin des années 60. Quatre des cinq morceaux sont des compositions du leader, à l'exception de Matrix, composition du pianiste de la séance : Chick Corea. Un grand disque. © JMP/Qobuz
8,49 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 2008 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Patricia Barber, voix, piano & melodica - Neal Alger, guitare acoustique & électrique - Nate Smith, batterie & percussion - Michael Arnopol, basse - Eric Montzka, batterie & percussion - Chris Potter, saxophone ténor
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2006 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un des héros incontournables du label Blue Note (de 1961 à 1965, Dexter Gordon a signé huit albums pour le label Blue Note), ici en grande forme, avec un line up digne des grands disques (le même que l'album Go, enregistré deux jours plus tôt en 1962), une pochette inoubliable, une prise de son signée Rudy Van Gelder, A Swingin' Tenor se doit de trôner dans votre discothèque idéale. Le saxophoniste y est accompagné de Sonny Clark au piano, Butch Warren à la basse et Billy Higgins à la batterie. Sur les six morceaux qui nous sont donnés à entendre, trois sont des standards et trois des compositions originales, deux signées Gordon et la troisième Warren. On retiendra en particulier le très émouvant Don't Explain, tiré du répertoire de Billie Holiday.
13,49 €
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1957 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2002 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Les quelques chanceux présents au studio Sound Makers de New York le 17 septembre 1962 doivent se souvenir encore aujourd’hui de leur journée… Réunis autour des micros, trois des plus grands génies de la planète jazz : Duke Ellington au piano, Charles Mingus à la contrebasse et Max Roach à la batterie. A l’arrivée un disque d’une modernité impressionnante (50 ans plus tard, l’effet est assez bluffant !) où les trois hommes s’écoutent, se parlent, s’affrontent, s’enlacent… Le jazz qui nait de ce trio est un sommet qui doit trôner dans toute discothèque idéale digne de ce nom. © MZ/Qobuz
13,99 €

Jazz vocal - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Deux voix pour n’en faire qu’une. Celle de (la trompette de) Miles Davis. Celle de Cassandra Wilson. Avec ce bien nommé Traveling Miles qu’elle publie chez Blue Note en 1999, la chanteuse du Mississippi revisite le répertoire du trompettiste où les thèmes qu’il a souvent joués. Son organe splendide et grave s’abandonne avec la même retenue, la même épure que celles auquel elle rend hommage. Le saxophoniste Steve Coleman, le guitariste Pat Metheny, la chanteuse Angélique Kidjo, le percussionniste Mino Cinelu et quelques autres sont à ses côtés pour rendre cet hommage encore plus intense. Là où Cassandra Wilson impressionne le plus restant dans sa capacité à s’approprier des compositions maintes fois enregistrées et entendues, compositions qu’elle fait siennes. Impressionnant et beau. © MZ/Qobuz
15,49 €
10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1964 | Blue Note Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Andrew Hill n’a jamais été le pianiste le plus médiatisé de l’histoire du jazz. Il n’en demeure pas moins un acteur essentiel mais surtout original. Sommet de la discographie de ce natif de Chicago, une session Blue Note captée le 21 mars 1964 qui rend parfaitement compte de son style, de ses prises de risque et de sa faculté à communiquer avec ses complices. Les complices en question sont ici Kenny Dorham à la trompette, Eric Dolphy au saxophone alto, à la clarinette basse et à la flûte, Joe Henderson au saxophone ténor et à la flûte, Richard Davis à la contrebasse et Tony Williams à la batterie. Comme en avance sur son temps, le jazz qui brille tout au long des cinq thèmes, complexes et beaux, ne se repose jamais sur les lauriers d’un swing facile et rassurant ou d’un hard bop à papa. Le feu d’artifice est total. Dans l’écriture des pièces de ce quatrième album pour l’écurie d’Alfred Lion et Francis Wolff, dans les solos, dans les échanges. Plus d’un demi-siècle après son enregistrement, Point of Departure est un appel d’air assez avant-gardiste. Le défrichage (flagrant sur Departure qui conclut le disque) de nouveaux territoires encore plus approfondis l’année suivante sur Compulsion!!!!! qu’Andrew Hill publiera également sur Blue Note. © Marc Zisman/Qobuz
9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Héros incontournable de la trompette hard bop des meilleures années Blue Note, révélé après la mort du génial Clifford Brown, Lee Morgan en poursuit la démarche. Sa musique, stabilisée par des thèmes et des harmonies simples proches du blues, trouve un échos auprès d'amateurs en recherche d'une authenticité, aimant le blues, le bebop et les thèmes populaires. Paru en 1964, ce disque est le premier que Morgan signa sous son nom (il venait d'avoir 25 ans) pour le label d'Alfred Lion et Francis Wolff, après deux années d'errance (dû à l'abus de substances illicites). Son quintet est ici constitué du saxophoniste Joe Henderson, du pianiste Barry Harris, du contrebassiste Bob Cranshaw et du batteur Billy Higgins. Le répertoire est issu de la plume du leader, dans une veine hard bop conventionnelle avec pour exception le titre éponyme, plus soul. Cet album, parmi les 25 qu'il enregistrera en tant que leader, sera son plus important succès populaire. © Qobuz
10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1999 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 2005 | Blue Note Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz