Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Strokes - The New Abnormal

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

The New Abnormal

The Strokes

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Enfin ! Les Strokes n’ont jamais été aussi droits dans leurs Converse qu’à leurs débuts juvéniles, vingt ans plus tôt. C’est dire la traversée du désert. En 2001, leur premier album Is This It excavait un rock une fois encore mis en bière. Influencés par le Velvet Underground et Television mais aussi, plus étonnamment, par Pearl Jam et Nirvana, cités à l’époque par Albert Hammond Jr., les cinq garçons, menés par Julian Casablancas, fils du patron d’Elite et de Miss Danemark saison 1965, ont le son rock lo-fi parfait et l’attitude punk nonchalante qui va avec. Bien sûr, tout est réfléchi. « Faut que ça sonne vieux, mais vieux comme de 2001 », expliquait Casablancas. A bas l’électronique et retour aux guitares, basse et batteries débraillées pour des titres fucked up. Mais la formule miracle s’érode à mesure des sorties, duels d’ego et expérimentations aux synthés absconses, pour finir, avec le pâle Comedown Machine (2013), par reléguer les New-Yorkais au rang de souvenirs.

Seulement voilà, The New Abnormal et son titre prophétique sont inspirés. Avec son visuel reprenant Bird on Money, exquis hommage de Basquiat à Charlie Parker, les Strokes évoluent sur cette mince frontière entre underground et populaire, sel des années 80. Dans la Big Apple, avec Blondie. Mais aussi au royaume d’Elisabeth. Impossible de ne pas penser au Don’t You Want Me de Human League sur Brooklyn Bridge Circus. Ou au lyrisme exacerbé de Billy Idol et Morrissey sur Bad Decisions. Dès l’ouverture et pendant 45 minutes, tout sera mouvant. Du gimmick implacable de The Adults Are Talking, collé au falsetto déglingué de Casablancas, au groovy Eternal Summer, qui évoque Roger Waters sur Pigs, en passant par ce plaintif Selfless façon Chris Martin, la voix de Casablancas épate ; elle a enfin des choses à dire. Pour puiser la fraîcheur dans leur maturité, remettre de l’huile dans le moteur en panne, le quintet a appelé à la rescousse le “sauveur” Rick Rubin, fondateur de Def Jam. Et forcément, ils ont tapé dans le mille. Les mélodies sont calculées sans en avoir l'air, travaillées avec des textures synthétiques au charme suranné et des guitares économes aux riffs simples. Tout s'ébranle puis se reconstruit mais tout fonctionne. Une œuvre à la beauté cassée mais raffinée, aussi solaire que lunaire, qui restera. © Charlotte Saintoin/Qobuz

Plus d'informations

The New Abnormal

The Strokes

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
The Adults Are Talking
00:05:09

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Ben Baptie, Mixing Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

2
Selfless
00:03:42

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer, Mixing Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

3
Brooklyn Bridge To Chorus
00:03:55

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Ben Baptie, Mixing Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

4
Bad Decisions
00:04:53

Julian Casablancas, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Billy Idol, Composer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Tony James, Composer - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Ben Baptie, Mixing Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

5
Eternal Summer
00:06:15

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Timothy Butler, Composer - Richard Lofthouse Butler, Composer - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer, Mixing Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

6
At The Door
00:05:10

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer, Mixing Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer - Paul Vassallo, Composer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

7
Why Are Sundays So Depressing
00:04:35

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer, Mixing Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

8
Not The Same Anymore
00:05:37

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Ben Baptie, Mixing Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

9
Ode To The Mets
00:05:51

Julian Casablancas, Lyricist, Vocal - Rick Rubin, Producer - Stephen Marcussen, Mastering Engineer - Albert Hammond Jr., Guitar - Jason Lader, Engineer, Mixing Engineer - Stewart Whitmore, Mastering Engineer - Pete Min, Engineer - Nick Valensi, Drums - Nikolai Fraiture, Guitar - KEVIN SMITH, Assistant Engineer - Fabrizio Moretti, Bass - The Strokes, Composer, MainArtist, AssociatedPerformer - Rob Bisel, Assistant Engineer - Dylan Neustadter, Assistant Engineer

(P) 2020 RCA Records, a division of Sony Music Entertainment

Descriptif de l'album

Enfin ! Les Strokes n’ont jamais été aussi droits dans leurs Converse qu’à leurs débuts juvéniles, vingt ans plus tôt. C’est dire la traversée du désert. En 2001, leur premier album Is This It excavait un rock une fois encore mis en bière. Influencés par le Velvet Underground et Television mais aussi, plus étonnamment, par Pearl Jam et Nirvana, cités à l’époque par Albert Hammond Jr., les cinq garçons, menés par Julian Casablancas, fils du patron d’Elite et de Miss Danemark saison 1965, ont le son rock lo-fi parfait et l’attitude punk nonchalante qui va avec. Bien sûr, tout est réfléchi. « Faut que ça sonne vieux, mais vieux comme de 2001 », expliquait Casablancas. A bas l’électronique et retour aux guitares, basse et batteries débraillées pour des titres fucked up. Mais la formule miracle s’érode à mesure des sorties, duels d’ego et expérimentations aux synthés absconses, pour finir, avec le pâle Comedown Machine (2013), par reléguer les New-Yorkais au rang de souvenirs.

Seulement voilà, The New Abnormal et son titre prophétique sont inspirés. Avec son visuel reprenant Bird on Money, exquis hommage de Basquiat à Charlie Parker, les Strokes évoluent sur cette mince frontière entre underground et populaire, sel des années 80. Dans la Big Apple, avec Blondie. Mais aussi au royaume d’Elisabeth. Impossible de ne pas penser au Don’t You Want Me de Human League sur Brooklyn Bridge Circus. Ou au lyrisme exacerbé de Billy Idol et Morrissey sur Bad Decisions. Dès l’ouverture et pendant 45 minutes, tout sera mouvant. Du gimmick implacable de The Adults Are Talking, collé au falsetto déglingué de Casablancas, au groovy Eternal Summer, qui évoque Roger Waters sur Pigs, en passant par ce plaintif Selfless façon Chris Martin, la voix de Casablancas épate ; elle a enfin des choses à dire. Pour puiser la fraîcheur dans leur maturité, remettre de l’huile dans le moteur en panne, le quintet a appelé à la rescousse le “sauveur” Rick Rubin, fondateur de Def Jam. Et forcément, ils ont tapé dans le mille. Les mélodies sont calculées sans en avoir l'air, travaillées avec des textures synthétiques au charme suranné et des guitares économes aux riffs simples. Tout s'ébranle puis se reconstruit mais tout fonctionne. Une œuvre à la beauté cassée mais raffinée, aussi solaire que lunaire, qui restera. © Charlotte Saintoin/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par The Strokes

Is This It

The Strokes

Is This It The Strokes

The Collection

The Strokes

The Collection The Strokes

Room On Fire

The Strokes

Room On Fire The Strokes

Angles

The Strokes

Angles The Strokes

Comedown Machine

The Strokes

Comedown Machine The Strokes

Playlists

Dans la même thématique...

Solar Power

Lorde

Solar Power Lorde

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
Blues touareg, l’oasis du rock

Depuis la sortie en 2002 du premier album officiel du groupe touareg Tinariwen, “The Radio Tisdas Sessions”, leur musique électrique dominée par les guitares est devenue une catégorie de rock, reconnue et respectée de Bamako à Los Angeles. Ce succès international a permis à de nombreux musiciens originaires du Sahara de se faire connaître. Ces poètes électriques des dunes de sable et des étendues rocailleuses ne cessent d’attirer les rockers occidentaux en quête d’authenticité rebelle.

Le jazz nordique en 10 albums

Hiver, grands espaces, nature en majesté… On réduit vite la Scandinavie aux éternels mêmes clichés. Le jazz n’échappe pas à la règle. Pourtant, le Danemark marche sur les brisées de la tradition nord-américaine, la Norvège est attirée par l’expérimentation et la Suède préfère ne pas trancher en s’immisçant entre les deux. Malgré ces différences, on parle invariablement de jazz scandinave comme d’une grande famille. Depuis le début des années 70, les musiciens venus du froid ont imposé une singularité perpétuée par la génération actuelle. Coup de zoom sur cette vraie fausse famille en 10 albums choisis avec subjectivité dans une discographie vaste comme un fjord.

Et Nirvana tua le rock

Il y a trente-quatre ans naissait Nirvana, l’embardée punk la plus inattendue de la fin du XXe siècle. Carrière éclair, tubes éternels, engouement planétaire et épilogue tragique : et si la bande de Kurt Cobain n’était autre que le dernier grand groupe de l’histoire du rock ? Retour sur l’histoire d’un phénomène générationnel sans pareil.

Dans l'actualité...