Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Blaze - Territory EP

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Territory EP

The Blaze

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Un nuage, de la fumée voire de la vapeur, peut-être. Et des images. Beaucoup d’images même… C’est la sensation qui se dégage de la musique de The Blaze. Derrière ce mystérieux sobriquet, deux cousins, Guillaume et Jonathan Alric, ayant conçu leur binôme comme une fusion entre musique et clip. C’est d’ailleurs par la diffusion de celui de la chanson Virile en janvier 2016 que ce nom de The Blaze commence à agiter la buzzosphère. Le titre parait même sur la très hype compilation Homieland, Vol. 2 de Bromance, le label de Brodinski et Manu Barron. Une identité visuelle marquante et décalée (l’appartement d’une cité pour Virile, Alger pour Territory) et un mystère sur leur état-civil qui en font les PNL de l’électro en moins de deux ! Mais ce qui aurait pu n’être qu’un coup marketing (plus d’1.200.000 vues sur YouTube, blablabla) s’est vite avéré musicalement assez fascinant. Pour les oreilles, The Blaze conçoit des trips électro planants et lancinants. En interview, les cousins Alric sont on ne peut plus clairs : « Notre kif, c’est d’être en studio, faire du son et réfléchir à des clips. » Des clips mêlant violence, romantisme et ambiguïté et dont ce EP est la B.O. parfaite. En à peine vingt minutes, ses six titres définissent un paysage en apesanteur. Une production urbaine, sombre et avançant au ralenti. Comme de la house décomposée, floutée et empreinte d’une certaine poésie. L’étrangeté de The Blaze est assez unique. Et si on connait la charge émotionnelle et le potentiel narratif des instrumentaux électro en général, The Blaze jongle avec comme nul autre. Vivement l’album ! © MZ/Qobuz

Plus d'informations

Territory EP

The Blaze

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Prelude
00:01:53

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer - Jonathan Alric, Composer

Animal 63

2
Territory
00:04:36

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer, Writer - Jonathan Alric, Composer, Writer

Animal 63

3
Virile
00:05:22

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer, Writer - Jonathan Alric, Composer, Writer

Animal 63

4
Interlude
00:01:24

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer, Writer - Jonathan Alric, Composer, Writer

Animal 63

5
Juvenile
00:03:24

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer, Writer - Jonathan Alric, Composer, Writer

Animal 63

6
Sparks & Ashes
00:03:04

The Blaze, Performer - Guillaume Alric, Composer, Writer - Jonathan Alric, Composer, Writer

Animal 63

Descriptif de l'album

Un nuage, de la fumée voire de la vapeur, peut-être. Et des images. Beaucoup d’images même… C’est la sensation qui se dégage de la musique de The Blaze. Derrière ce mystérieux sobriquet, deux cousins, Guillaume et Jonathan Alric, ayant conçu leur binôme comme une fusion entre musique et clip. C’est d’ailleurs par la diffusion de celui de la chanson Virile en janvier 2016 que ce nom de The Blaze commence à agiter la buzzosphère. Le titre parait même sur la très hype compilation Homieland, Vol. 2 de Bromance, le label de Brodinski et Manu Barron. Une identité visuelle marquante et décalée (l’appartement d’une cité pour Virile, Alger pour Territory) et un mystère sur leur état-civil qui en font les PNL de l’électro en moins de deux ! Mais ce qui aurait pu n’être qu’un coup marketing (plus d’1.200.000 vues sur YouTube, blablabla) s’est vite avéré musicalement assez fascinant. Pour les oreilles, The Blaze conçoit des trips électro planants et lancinants. En interview, les cousins Alric sont on ne peut plus clairs : « Notre kif, c’est d’être en studio, faire du son et réfléchir à des clips. » Des clips mêlant violence, romantisme et ambiguïté et dont ce EP est la B.O. parfaite. En à peine vingt minutes, ses six titres définissent un paysage en apesanteur. Une production urbaine, sombre et avançant au ralenti. Comme de la house décomposée, floutée et empreinte d’une certaine poésie. L’étrangeté de The Blaze est assez unique. Et si on connait la charge émotionnelle et le potentiel narratif des instrumentaux électro en général, The Blaze jongle avec comme nul autre. Vivement l’album ! © MZ/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
Chopin : Piano Concertos Benjamin Grosvenor
Live In Europe Melody Gardot
À découvrir également
Par The Blaze
Dancehall The Blaze

Playlists

Dans la même thématique...
Róisín Machine (Deluxe) Róisín Murphy
Mixing Colours Roger Eno & Brian Eno
Equinoxe Jean Michel Jarre
Heaven The Avener
Les Grands Angles...
Le trip hop en 10 albums

A l’aube des années 90, la vague trip hop submerge la Grande-Bretagne avec une électro influencée par la musique jamaïcaine et les beats rap. Rythmiques chloroformées et ambiances oppressantes, Massive Attack, Portishead, Tricky, Morcheeba et quelques autres inventent une sorte de soul music sombre, futuriste et parfois très cinématographique. Coup de zoom en 10 albums sur un genre aux frontières floues mais à l’influence nette.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Bossa-nova, la vague éternelle

Depuis sa création à la fin des années 1950, la bossa-nova est devenue un ingrédient indispensable à la riche palette musicale brésilienne. Cette musique au fort pouvoir évocateur a conquis des artistes du monde entier et révélé des musiciens de premier ordre dont les compositions sont devenues des classiques.

Dans l'actualité...