Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Jonas Vitaud|Tchaikovsky : Les Saisons

Tchaikovsky : Les Saisons

Jonas Vitaud

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

On n’entend pas bien souvent la Sonate pour piano de Tchaïkovski. Est-ce parce que l’on accorde trop d’importance à ses propres déclarations, selon lesquelles « je travaille sur une sonate pour piano ; sa composition ne me vient pas facilement ; j’ai travaillé sans succès, progressant peu. Je dois sortir de moi-même des idées faibles, et ruminer sur chaque mesure ; mais je m’y attelle, espérant que l’inspiration viendra subitement » (ainsi qu’il l’écrivait à son frère Modeste) ? C’est un fait qu’à la même époque, en 1878, il accordait toute son énergie à la composition du Concerto pour violon. Pourtant la création de la Sonate par Nicolas Rubinstein semble avoir ravi Tchaïkovski… il n’en reste pas moins que le piano est presque trop « étroit » pour contenir le débordement d’idées et de sonorités de cette sonate, et il ne serait pas vain d’en établir une orchestration pour obtenir une sorte de symphonie supplémentaire. Tout autre chose sont les douze délicieuses miniatures rassemblées sous le titre Les Saisons, écrites entre 1875 et 76 sur demande d’un éditeur de journal musical qui offrit à ses lecteurs un morceau par mois tout au long de l’année 1876. En fait de saisons, ce sont plutôt des tableaux des spécificités qu’offre chaque mois de l’année, du Carnaval aux moissons en passant par la chasse, la course en troïka ou Noël. Ces Saisons font partie du répertoire de tout pianiste qui se respecte, même si elles n’ont rien de la virtuosité de la Sonate, mais on pourrait les mettre en parallèle avec les Scènes d’enfants de Schumann, par exemple. Au piano, Jonas Vitaud (* 1980), un disciple de Christian Ivaldi et de Brigitte Engerer (à la mémoire de laquelle ce volume est dédié) : Vitaud poursuit tranquillement une brillante carrière internationale, autant en tant que soliste qu’en musicien de chambre et accompagnateur – il enseigne d’ailleurs la classe d’accompagnement et de lecture à vue du Conservatoire National Supérieur de Paris – ; et autant à l’aise dans le répertoire romantique, puisqu’on lui doit déjà un disque Brahms, que dans la sphère contemporaine : Dutilleux, Escaich, Hersant ou Kurtág sont parmi ses rencontres fondatrices. © SM/Qobuz


« [...] Vitaud a une tête, des doigts et une capacité singulière à tenir le discours tout en lui imprimant une allure farouche et conquérante. Plus vif que Nikolayeva dans la sonate (Relief), aussi contrasté et naturel que Moog (Onyx), il ne relâche jamais la pression au long des 12’ 20’’ du très symphonique Moderato e risoluto initial tout en lui donnant une large respiration. Grandiose ! Il trouve aussi le ton idéal dans les mouvements suivants [...] : interprétation magistrale [...] Les Saisons sont à la fois jouées et rêvées, tendres, nostalgiques, colorées, et là encore sans une once de sentimentalité.» (Diapason, mai 2016 / Alain Lompech)

Plus d'informations

Tchaikovsky : Les Saisons

Jonas Vitaud

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

The Seasons, Op. 37a

1
I. January - By the Hearth
00:05:20

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

2
II. February - The Carnival
00:02:34

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

3
III. March - Song of the Lark
00:02:17

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

4
IV. April - Snowdrop
00:02:46

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

5
V. May - White Nights
00:03:50

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

6
VI. June - Barcarolle
00:04:46

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

7
VII. July - Reaper’s Song
00:01:54

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

8
VIII. August - The Harvest
00:03:15

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

9
IX. September - The Hunt
00:03:05

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

10
X. October - Autumn Song
00:04:31

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

11
XI. November - On the Troika
00:03:00

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

12
XII. December - Christmas
00:04:20

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Grande Sonate in G Major, Op. 37

13
I. Moderato e risoluto
00:12:20

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

14
II. Andante non troppo quasi Moderato
00:10:03

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

15
III. Scherzo. Allegro giocoso
00:03:08

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

16
IV. Finale. Allegro vivace
00:07:00

Jonas Vitaud, Piano - Piotr Ilyich Tchaikovsky, Composer

2016 Mirare Mirare 2016

Descriptif de l'album

On n’entend pas bien souvent la Sonate pour piano de Tchaïkovski. Est-ce parce que l’on accorde trop d’importance à ses propres déclarations, selon lesquelles « je travaille sur une sonate pour piano ; sa composition ne me vient pas facilement ; j’ai travaillé sans succès, progressant peu. Je dois sortir de moi-même des idées faibles, et ruminer sur chaque mesure ; mais je m’y attelle, espérant que l’inspiration viendra subitement » (ainsi qu’il l’écrivait à son frère Modeste) ? C’est un fait qu’à la même époque, en 1878, il accordait toute son énergie à la composition du Concerto pour violon. Pourtant la création de la Sonate par Nicolas Rubinstein semble avoir ravi Tchaïkovski… il n’en reste pas moins que le piano est presque trop « étroit » pour contenir le débordement d’idées et de sonorités de cette sonate, et il ne serait pas vain d’en établir une orchestration pour obtenir une sorte de symphonie supplémentaire. Tout autre chose sont les douze délicieuses miniatures rassemblées sous le titre Les Saisons, écrites entre 1875 et 76 sur demande d’un éditeur de journal musical qui offrit à ses lecteurs un morceau par mois tout au long de l’année 1876. En fait de saisons, ce sont plutôt des tableaux des spécificités qu’offre chaque mois de l’année, du Carnaval aux moissons en passant par la chasse, la course en troïka ou Noël. Ces Saisons font partie du répertoire de tout pianiste qui se respecte, même si elles n’ont rien de la virtuosité de la Sonate, mais on pourrait les mettre en parallèle avec les Scènes d’enfants de Schumann, par exemple. Au piano, Jonas Vitaud (* 1980), un disciple de Christian Ivaldi et de Brigitte Engerer (à la mémoire de laquelle ce volume est dédié) : Vitaud poursuit tranquillement une brillante carrière internationale, autant en tant que soliste qu’en musicien de chambre et accompagnateur – il enseigne d’ailleurs la classe d’accompagnement et de lecture à vue du Conservatoire National Supérieur de Paris – ; et autant à l’aise dans le répertoire romantique, puisqu’on lui doit déjà un disque Brahms, que dans la sphère contemporaine : Dutilleux, Escaich, Hersant ou Kurtág sont parmi ses rencontres fondatrices. © SM/Qobuz


« [...] Vitaud a une tête, des doigts et une capacité singulière à tenir le discours tout en lui imprimant une allure farouche et conquérante. Plus vif que Nikolayeva dans la sonate (Relief), aussi contrasté et naturel que Moog (Onyx), il ne relâche jamais la pression au long des 12’ 20’’ du très symphonique Moderato e risoluto initial tout en lui donnant une large respiration. Grandiose ! Il trouve aussi le ton idéal dans les mouvements suivants [...] : interprétation magistrale [...] Les Saisons sont à la fois jouées et rêvées, tendres, nostalgiques, colorées, et là encore sans une once de sentimentalité.» (Diapason, mai 2016 / Alain Lompech)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Nevermind

Nirvana

Nevermind Nirvana

Back To Black

Amy Winehouse

Back To Black Amy Winehouse

Songs From The Big Chair

Tears For Fears

Songs From The Big Chair Tears For Fears

Eliminator

ZZ Top

Eliminator ZZ Top
À découvrir également
Par Jonas Vitaud

Beethoven 1802, Heiligenstadt

Jonas Vitaud

Debussy : Jeunes Années

Jonas Vitaud

Miroirs

Jonas Vitaud

Miroirs Jonas Vitaud

Brahms: Rhapsodies - Intermezzi - Klavierstucke

Jonas Vitaud

Miroirs

Jonas Vitaud

Miroirs Jonas Vitaud
Dans la même thématique...

Field : Nocturnes

Florent Albrecht

Field : Nocturnes Florent Albrecht

Bach: The Goldberg Variations (1981) - Gould Remastered

Glenn Gould

Chopin : Nocturnes

Fazil Say

Chopin : Nocturnes Fazil Say

Johann Sebastian Bach

Víkingur Ólafsson

Johann Sebastian Bach Víkingur Ólafsson

Johann Sebastian Bach : Partitas, BWV 825-830

Igor Levit

Les Grands Angles...
Wilhelm Kempff, le plus humain des pianistes

Artiste d’un autre temps, Wilhelm Kempff (1895-1991) croyait à l’inspiration : il était entré en musique comme on entre en religion, avec une ferveur respectueuse pour les vieux maîtres qu’il servait. Avec son toucher de velours, son sens du phrasé et sa diction de conteur, l’art de Wilhelm Kempff était celui d’un rêveur éveillé, mi-poète, mi-devin, dans une époque où l’expression du sentiment primait sur tout. Il a souvent enregistré à plusieurs reprises ses compositeurs préférés, en particulier son dieu Beethoven, avec lequel on l’a si souvent identifié, laissant trois intégrales des sonates au fur et à mesure de sa propre maturation et de l’évolution des techniques d’enregistrement.

Nelson Freire, un virtuose très discret

Enfant prodige dans son pays natal, le pianiste brésilien, disparu en novembre 2021, est resté loin des bruyantes trompettes de la renommée. Ses mains de géant, sa technique aisée et virtuose étaient toujours au service d’une sonorité puissante, pleine et moelleuse. Qobuz revient sur le parcours de celui qui fut longtemps le « secret le mieux gardé du piano ».

Hélène Grimaud, Élue farouche

Petit tour d’horizon de la discographie d’Hélène Grimaud, à l’occasion de son cinquantième anniversaire et de ses trente ans d’activité discographique. De Denon à Deutsche Grammophon, en passant par Erato puis Teldec, retour sur un parcours incontestablement personnel, sincère et glorieux.

Dans l'actualité...