Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Smiths - Strangeways, Here We Come

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Strangeways, Here We Come

The Smiths

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Parfaitement adapté à cet album posthume, le titre est déjà un éloge funèbre : ce lieu où les Smiths annoncent leur arrivée, c’est tout simplement la prison de Manchester. En 1987, Morrissey, plus martyre que jamais, déclarera d’ailleurs : « Au train où vont les choses, je ne serai pas surpris de me retrouver en prison d’ici un an ». Les Smiths étaient-ils devenus une prison ? La séparation du groupe peu avant était-elle en réalité une évasion ? Comme s’il voulait briser un carcan, Morrissey change en tout cas ses habitudes.

Deux des morceaux les plus réussis du disque rompent ainsi avec le style habituel des Smiths : les guitares se taisent complètement sur l’introductif « A rush and a push and the land is ours » , tandis que le sublime « Last night I dreamt that somebody loved me » affiche un lyrisme à la Scott Walker, nouvelle influence de Johnny Marr. Et il y a tout le reste, bien sûr. Tout ce qui fait la beauté d’un disque des Smiths : textes torturés ( « Girlfriend in a coma » , « Unhappy birthday » ), critiques acerbes (contre les journalistes de la presse musicale sur « Stop me if you think that you’ve heard this one before » , contre l’industrie du disque - une fois de plus - sur « Paint a vulgar picture » ) et mélodies parfaites.

Quasiment l’état de grâce, une fois de plus, à peine tempéré par « Death at one’s elbow » , chanson symptomatique de l’influence rockabilly du groupe, qui ne lui a pas donné ses meilleures compositions. Et, pour finir sur une bonne note, un somptueux constat de divorce adressé par Morrissey à Johnny Marr : « I won’t share you » . Et ces derniers mots, « This is my time », qui annoncent quinze années d’une riche carrière solo. Ses trois collègues, eux, sombreront dans un semi-anonymat. Mais qu’importe : ils avaient dit l’essentiel.

   

 
© ©Copyright Music Story Jean-Marie Pottier 2017

Plus d'informations

Strangeways, Here We Come

The Smiths

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
A Rush And A Push And The Land Is Ours 2011 Remastered Version
00:03:03

Johnny Marr, Guitar, Keyboards, Writer, Remastering Engineer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums, Percussion

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

2
I Started Something I Couldn't Finish 2011 Remastered Version
00:03:47

Johnny Marr, Guitar, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Drum Programmer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums, Percussion

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

3
Death Of A Disco Dancer 2011 Remastered Version
00:05:26

Johnny Marr, Producer, Arranger, Guitar, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Piano, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums - Orchestrazia Ardwick, Orchestra

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

4
Girlfriend In A Coma 2011 Remastered Version
00:02:02

Johnny Marr, Producer, String Arranger, Guitar, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, String Arranger - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums, Percussion

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

5
Stop Me If You Think You've Heard This One Before 2011 Remastered Version
00:03:35

Johnny Marr, Producer, Guitar, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums, Percussion

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

6
Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me 2011 Remastered Version
00:05:05

Johnny Marr, Producer, Guitar, Keyboards, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Sound Effects (SFX) - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

7
Unhappy Birthday 2011 Remastered Version
00:02:45

Johnny Marr, Producer, Guitar, Writer, Remastering Engineer, Harmonium - STEPHEN STREET, Producer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

8
Paint A Vulgar Picture 2011 Remastered Version
00:05:36

Johnny Marr, Producer, Guitar, Writer, Remastering Engineer, Hand Clap - STEPHEN STREET, Producer, Programmer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer, Hand Clap - Andy Rourke, Bass Guitar, Hand Clap - Mike Joyce, Drums, Percussion, Hand Clap

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

9
Death At One's Elbow 2011 Remastered Version
00:01:59

Johnny Marr, Producer, Guitar, Additional Vocals, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer, Programmer, Sound Effects (SFX) - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

10
I Won't Share You 2011 Remastered Version
00:02:53

Johnny Marr, Producer, Guitar, Writer, Remastering Engineer - STEPHEN STREET, Producer - The Smiths, MainArtist - MORRISSEY, Producer, Vocals, Writer - Andy Rourke, Bass Guitar - Mike Joyce, Drums

© 1987 Warner Music UK Ltd ℗ 1987 Warner Music UK Ltd.

Descriptif de l'album

Parfaitement adapté à cet album posthume, le titre est déjà un éloge funèbre : ce lieu où les Smiths annoncent leur arrivée, c’est tout simplement la prison de Manchester. En 1987, Morrissey, plus martyre que jamais, déclarera d’ailleurs : « Au train où vont les choses, je ne serai pas surpris de me retrouver en prison d’ici un an ». Les Smiths étaient-ils devenus une prison ? La séparation du groupe peu avant était-elle en réalité une évasion ? Comme s’il voulait briser un carcan, Morrissey change en tout cas ses habitudes.

Deux des morceaux les plus réussis du disque rompent ainsi avec le style habituel des Smiths : les guitares se taisent complètement sur l’introductif « A rush and a push and the land is ours » , tandis que le sublime « Last night I dreamt that somebody loved me » affiche un lyrisme à la Scott Walker, nouvelle influence de Johnny Marr. Et il y a tout le reste, bien sûr. Tout ce qui fait la beauté d’un disque des Smiths : textes torturés ( « Girlfriend in a coma » , « Unhappy birthday » ), critiques acerbes (contre les journalistes de la presse musicale sur « Stop me if you think that you’ve heard this one before » , contre l’industrie du disque - une fois de plus - sur « Paint a vulgar picture » ) et mélodies parfaites.

Quasiment l’état de grâce, une fois de plus, à peine tempéré par « Death at one’s elbow » , chanson symptomatique de l’influence rockabilly du groupe, qui ne lui a pas donné ses meilleures compositions. Et, pour finir sur une bonne note, un somptueux constat de divorce adressé par Morrissey à Johnny Marr : « I won’t share you » . Et ces derniers mots, « This is my time », qui annoncent quinze années d’une riche carrière solo. Ses trois collègues, eux, sombreront dans un semi-anonymat. Mais qu’importe : ils avaient dit l’essentiel.

   

 
© ©Copyright Music Story Jean-Marie Pottier 2017

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
Tickets To My Downfall Machine Gun Kelly
À découvrir également
Par The Smiths

Playlists

Dans la même thématique...
evermore (Explicit) Taylor Swift
Myopia Agnes Obel
What Kinda Music Tom Misch
Folklore (Explicit) Taylor Swift
Les Grands Angles...
La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Le grunge en 10 albums

Il y a trente ans, Seattle devenait la capitale du rock. La faute au grunge. Cet esprit “sale” et je-m’en-foutiste né sur les cendres du punk, du heavy metal et du rock alternatif passa en un éclair de l’underground au succès mondial. Trop vite récupéré par un système qu’il reniait, le genre s’étouffa dans sa propre caricature à la fin des 90’s. Retour sur 10 albums qui ont marqué le mouvement.

The Smiths, une histoire anglaise

Cinq années à peine et quatre albums suffiront aux Smiths pour laisser une trace indélébile dans l’histoire du rock britannique. Le tandem Morrissey / Johnny Marr fut un îlot salvateur au cœur des synthétiques années 80. L’un de ces groupes qui ne pouvait venir QUE de l’autre côté du Channel…

Dans l'actualité...