Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Supergrass - Road To Rouen

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Road To Rouen

Supergrass

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Comme son nom l’indique le cinquième album de Supergrass, Road To Rouen , est une invitation au voyage, ou plutôt au road-trip musical. Après la sortie de leur best-of Supergrass Is Ten en 2004, Gaz Coombes annonce qu’il est temps pour le groupe d’ouvrir une nouvelle page, abandonner les schémas pop-rock du passé pour se tourner vers des compositions plus profondes et plus variées. Sans parler d’album de la maturité, Supergrass s’est assagi et regarde le monde d’un oeil plus posé. 





Comme pour marquer ce tournant musical, le groupe ouvre l’album par un morceau en contre-pied. « Tales of endurance (parts 4,5&6) » fait l’objet d’une superbe orchestration, mêlant cordes, cuivres et claviers. Supergrass se fait ici sculpteur de sons, s’appuyant sur des mélodies soignées et la voix chaleureuse de Gaz Coombes. Le groupe enrichi sa musique d'une diversité culturelle se traduisant par des choix d’instruments habituellement éloignés du rock. C’est le nom d’une ville riche en histoire qui est choisi comme deuxième titre et single de cet album, « St Petersburg » . Au son d’une guitare acoustique, le morceau swingue sur la mélancolie du temps qui passe.



Le rythme d’un clavier  scande l'arrivée du précieux et subtil « Sad girl » , certainement l’un des plus beaux titres de l'album. Le chant naviguant de manière précise tout au long du titre jusqu’à lui donner un côté aérien, bien appuyé il est vrai par Mick Quinn. « Roxy » poursuit l'épique voyage, les arrangements de cordes du titre insufflant quelque chose de nouveau dans la musique de Supergrass. Le choix d’un thème que l’on décline avec l’idée d’une montée en puissance. Si l’on peut parler de pop progressive, on note aussi que le groupe garde les influences de leurs débuts qu'il continue à livrer par petites touches. S’il y a bien une règle qui ne change pas, c’est bien celle du titre-interlude, cette fois le groupe joue une note d’humour dans un « Coffee in the pot » placé au centre du disque, en forme d’escale. A l’écoute on pense à Ennio Morricone ou à Calexico.



Passé cette accalmie le disque repart avec « Road To Rouen » qui balance sur une rythmique rock de Danny Goffey, très efficace et très propre comme à son habitude. Le titre est ciselé dans une ambiance eighties, évoquant parfois Police, avec un  léger côté funk, la basse de Mick Quinn aux accents disco étant juxtaposée au formidable son clair des guitares. Le chorus des claviers est tourbillonnant, au bord du psychédélique, avec une créativité remarquable dans les mélodies. « Kick in the teeth » réconcilie Supergrass avec le format radio qui a fait sa force. D’une efficacité redoutable, les nappes de claviers en prolongement du titre précédent y introduisent une certaine modernité, tout en refusant de céder aux sirènes de la mode électronique. Dans la dernière ligne droite les anglais nous proposent une ballade folk très fraîche chantée dans une chambre d’écho, ce qui n’est pas sans nous rappeler John Lennon. Quel autre titre que celui de « Fin » pour achever le voyage ? Supergrass joue ce dernier morceau emprunt d’une profonde mélancolie pour, peut être, immortaliser les événements tragiques survenus avant l’enregistrement. Notamment le décès de la mère de Gaz et Robert Coombes. L’idée de le jouer sur une boîte à rythmes très basique, dépouille le morceau de tout artifice et atteste une fois de plus que le trio d’Oxford aime les expérimentations qui permettent l’ouverture vers d’autres univers.



Road to Rouen   n’est certainement pas un disque pour surprise-party. Tout au long de ces 9 titres et 35 minutes de musique, Supergrass nous prend par la main et nous fait effectuer une la visite guidée d’un nouvel univers post-pop. Quelque part sur la route de Rouen.  








© ©Copyright Music Story Mikl Leroy 2021

Plus d'informations

Road To Rouen

Supergrass

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Tales of Endurance, Pt. 4, 5 & 6
Danny Goffey
00:05:31

Simon Hale, Conductor, Arranger, Horn, Arrangement Horn - Owen Slade, Tuba - Mike Thompson, Horn - Michael Ilbert, Mixer - John Barclay, Trumpet - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Mixer, Arranger, Vocals, Arrangement Horn, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Andrew Crowley, Trumpet - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals - Peter Beachil, Euphonium

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

2
St. Petersburg
Danny Goffey
00:03:09

Simon Hale, Conductor, Arranger, Strings - David Daniels, Cello - Perry Montague-Mason, Violin - Peter Lale, Viola - Gavin Wright, Violin, Orchestra Leader - Michael Ilbert, Mixer - Patrick Kiernan, Violin - Bruce White, Viola - John Barclay, Trumpet - Jackie Shave, Violin - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

3
Sad Girl
Danny Goffey
00:03:36

Michael Ilbert, Mixer - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

4
Roxy
Danny Goffey
00:06:17

Simon Hale, Conductor, Arranger, Strings - Richard Watkins, Horn - David Daniels, Cello - Perry Montague-Mason, Violin - Peter Lale, Viola - Gavin Wright, Violin, Orchestra Leader - Michael Ilbert, Mixer - Caroline Dale, Cello - Patrick Kiernan, Violin - Bruce White, Viola - John Barclay, Trumpet - Jackie Shave, Violin - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Arranger, Vocals, Strings, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

5
Coffee In The Pot
Danny Goffey
00:01:50

Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Mixer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Mixer, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

6
Road To Rouen
Danny Goffey
00:03:51

Michael Ilbert, Mixer - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

7
Kick In The Teeth
Danny Goffey
00:03:36

Michael Ilbert, Mixer - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

8
Low C
Andy Lovegrove
00:04:18

Michael Ilbert, Mixer - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Andy Lovegrove, Arranger, Vocals, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals - Jules Francis, Vocals, Backing Vocals - Laura Capillaire, Vocals, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

9
Fin
Danny Goffey
00:03:11

Michael Ilbert, Mixer - Gareth Coombes, Performance - Michael Quinn, Performance - Daniel Goffey, Performance - Supergrass, Composer, Producer, Vocals, Produced by, MainArtist - Pierre-Olivier Margerand, Engineer - Rob Coombes, Composer, Keyboards - Danny Goffey, Composer, Drums, Backing Vocals - Gaz Coombes, Composer, Guitar, Vocals - Mick Quinn, Composer, Bass Guitar, Backing Vocals

© 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO ℗ 2005 The Echo Label Limited, a BMG Company trading as ECHO

Descriptif de l'album

Comme son nom l’indique le cinquième album de Supergrass, Road To Rouen , est une invitation au voyage, ou plutôt au road-trip musical. Après la sortie de leur best-of Supergrass Is Ten en 2004, Gaz Coombes annonce qu’il est temps pour le groupe d’ouvrir une nouvelle page, abandonner les schémas pop-rock du passé pour se tourner vers des compositions plus profondes et plus variées. Sans parler d’album de la maturité, Supergrass s’est assagi et regarde le monde d’un oeil plus posé. 





Comme pour marquer ce tournant musical, le groupe ouvre l’album par un morceau en contre-pied. « Tales of endurance (parts 4,5&6) » fait l’objet d’une superbe orchestration, mêlant cordes, cuivres et claviers. Supergrass se fait ici sculpteur de sons, s’appuyant sur des mélodies soignées et la voix chaleureuse de Gaz Coombes. Le groupe enrichi sa musique d'une diversité culturelle se traduisant par des choix d’instruments habituellement éloignés du rock. C’est le nom d’une ville riche en histoire qui est choisi comme deuxième titre et single de cet album, « St Petersburg » . Au son d’une guitare acoustique, le morceau swingue sur la mélancolie du temps qui passe.



Le rythme d’un clavier  scande l'arrivée du précieux et subtil « Sad girl » , certainement l’un des plus beaux titres de l'album. Le chant naviguant de manière précise tout au long du titre jusqu’à lui donner un côté aérien, bien appuyé il est vrai par Mick Quinn. « Roxy » poursuit l'épique voyage, les arrangements de cordes du titre insufflant quelque chose de nouveau dans la musique de Supergrass. Le choix d’un thème que l’on décline avec l’idée d’une montée en puissance. Si l’on peut parler de pop progressive, on note aussi que le groupe garde les influences de leurs débuts qu'il continue à livrer par petites touches. S’il y a bien une règle qui ne change pas, c’est bien celle du titre-interlude, cette fois le groupe joue une note d’humour dans un « Coffee in the pot » placé au centre du disque, en forme d’escale. A l’écoute on pense à Ennio Morricone ou à Calexico.



Passé cette accalmie le disque repart avec « Road To Rouen » qui balance sur une rythmique rock de Danny Goffey, très efficace et très propre comme à son habitude. Le titre est ciselé dans une ambiance eighties, évoquant parfois Police, avec un  léger côté funk, la basse de Mick Quinn aux accents disco étant juxtaposée au formidable son clair des guitares. Le chorus des claviers est tourbillonnant, au bord du psychédélique, avec une créativité remarquable dans les mélodies. « Kick in the teeth » réconcilie Supergrass avec le format radio qui a fait sa force. D’une efficacité redoutable, les nappes de claviers en prolongement du titre précédent y introduisent une certaine modernité, tout en refusant de céder aux sirènes de la mode électronique. Dans la dernière ligne droite les anglais nous proposent une ballade folk très fraîche chantée dans une chambre d’écho, ce qui n’est pas sans nous rappeler John Lennon. Quel autre titre que celui de « Fin » pour achever le voyage ? Supergrass joue ce dernier morceau emprunt d’une profonde mélancolie pour, peut être, immortaliser les événements tragiques survenus avant l’enregistrement. Notamment le décès de la mère de Gaz et Robert Coombes. L’idée de le jouer sur une boîte à rythmes très basique, dépouille le morceau de tout artifice et atteste une fois de plus que le trio d’Oxford aime les expérimentations qui permettent l’ouverture vers d’autres univers.



Road to Rouen   n’est certainement pas un disque pour surprise-party. Tout au long de ces 9 titres et 35 minutes de musique, Supergrass nous prend par la main et nous fait effectuer une la visite guidée d’un nouvel univers post-pop. Quelque part sur la route de Rouen.  








© ©Copyright Music Story Mikl Leroy 2021

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Tubular Bells

Mike Oldfield

Tubular Bells Mike Oldfield

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par Supergrass

It's Not Me

Supergrass

It's Not Me Supergrass

Live on Other Planets

Supergrass

I Should Coco

Supergrass

I Should Coco Supergrass

In It for the Money

Supergrass

I Should Coco (20th Anniversary Collector's Edition)

Supergrass

Playlists

Dans la même thématique...

Springtime in New York: The Bootleg Series, Vol. 16 / 1980-1985 (Deluxe Edition)

Bob Dylan

Letter To You

Bruce Springsteen

Letter To You Bruce Springsteen

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road (Super Deluxe Edition)

The Beatles

Les Grands Angles...
La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Et Nirvana tua le rock

Il y a trente-quatre ans naissait Nirvana, l’embardée punk la plus inattendue de la fin du XXe siècle. Carrière éclair, tubes éternels, engouement planétaire et épilogue tragique : et si la bande de Kurt Cobain n’était autre que le dernier grand groupe de l’histoire du rock ? Retour sur l’histoire d’un phénomène générationnel sans pareil.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

Dans l'actualité...