Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Simon Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela - Mahler: Symphony No.7

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Mahler: Symphony No.7

Gustavo Dudamel

Livret numérique

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Les symphonies de Mahler ne souffrent pas la médiocrité. À l'instar de celles de son lointain aïeul Beethoven, peu de chefs d'orchestre ont touché à la quintessence d'un corpus minutieusement écrit, au timbre près, mais aussi difficilement accessible que visionnaire. La symphonie n°7 en mi mineur, achevée en 1905 et créée trois ans plus tard, possède pour intitulé « Chant de la nuit ».

Volumineuse par l'effectif orchestral requis, moderne par son approche en cinq mouvements, elle n'est apparue au disque qu'en 1953 et a été tour à tour célébrée par Otto Klemperer, Rafael Kubelik, Vaclav Neumann, Leonard Bernstein, Bernard Haitink et Claudio Abbado, pour les plus mémorables. Inscrit dans cette belle lignée, le chef vénézuélien apporte sa vision à la direction du Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela.

Alors à l'apogée de son modernisme, le compositeur offre avec sa « septième » une symphonie indéchiffrable, insaisissable, mystérieuse, resistant à toute analyse comme à toute interprétation. L'incohérence qu'elle présente entre l'Adagio - Allegro ouvert par un saxhorn baryton, la lutte incessante des tonalités, les deux « Nachtmusik » séparées par un Scherzo lugubre et un Rondo-Finale explosif a de quoi surprendre et décontenancer.

Gustavo Dudamel tire son épingle du jeu en utilisant les sonorités de l'orchestre à bon escient, accentuant le contraste des timbales et des contrebasses dans le Scherzo, rendant à la « Nachtmusik II » son caractère de sérénade où s'invitent harpe, guitare et mandoline, et faisant du Rondo-Finale une fête à la fois joyeuse et sarcastique. C'est dans ce dernier tableau et la première « Nachtmusik », des plus exotique, qu'il demeure le plus convaincant. Il prodigue avec la « Septième » l'une des plus belles réalisations du cycle symphonique mahlérien commencé en 2007.
© ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017

Plus d'informations

Mahler: Symphony No.7

Simon Bolivar Symphony Orchestra of Venezuela

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No.7 in E minor (Gustav Mahler)

1
1. Langsam (Adagio)
00:22:11

Gustav Mahler, Composer - Gustavo Dudamel, Conductor, MainArtist - Christopher Alder, Producer, Recording Producer - Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela, Orchestra, MainArtist - Matthias Spindler, Producer, Associate Producer - Rainer Maillard, Balance Engineer, StudioPersonnel - Philip Krause, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Ute Fesquet, Producer - Misha Aster, Producer, Associate Producer

℗ 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

2
2. Nachtmusik (Allegro moderato)
00:16:14

Gustav Mahler, Composer - Gustavo Dudamel, Conductor, MainArtist - Christopher Alder, Producer, Recording Producer - Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela, Orchestra, MainArtist - Matthias Spindler, Producer, Associate Producer - Rainer Maillard, Balance Engineer, StudioPersonnel - Philip Krause, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Ute Fesquet, Producer - Misha Aster, Producer, Associate Producer

℗ 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

3
3. Scherzo
00:09:29

Gustav Mahler, Composer - Gustavo Dudamel, Conductor, MainArtist - Christopher Alder, Producer, Recording Producer - Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela, Orchestra, MainArtist - Matthias Spindler, Producer, Associate Producer - Rainer Maillard, Balance Engineer, StudioPersonnel - Philip Krause, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Ute Fesquet, Producer - Misha Aster, Producer, Associate Producer

℗ 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

4
4. Nachtmusik (Andante amoroso)
00:12:59

Gustav Mahler, Composer - Gustavo Dudamel, Conductor, MainArtist - Christopher Alder, Producer, Recording Producer - Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela, Orchestra, MainArtist - Matthias Spindler, Producer, Associate Producer - Rainer Maillard, Balance Engineer, StudioPersonnel - Philip Krause, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Ute Fesquet, Producer - Misha Aster, Producer, Associate Producer

℗ 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

5
5. Rondo - Finale (Allegro ordinario - Allegro moderato ma energico)
00:17:54

Gustav Mahler, Composer - Gustavo Dudamel, Conductor, MainArtist - Christopher Alder, Producer, Recording Producer - Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela, Orchestra, MainArtist - Matthias Spindler, Producer, Associate Producer - Rainer Maillard, Balance Engineer, StudioPersonnel - Philip Krause, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Ute Fesquet, Producer - Misha Aster, Producer, Associate Producer

℗ 2014 Deutsche Grammophon GmbH, Berlin

Descriptif de l'album

Les symphonies de Mahler ne souffrent pas la médiocrité. À l'instar de celles de son lointain aïeul Beethoven, peu de chefs d'orchestre ont touché à la quintessence d'un corpus minutieusement écrit, au timbre près, mais aussi difficilement accessible que visionnaire. La symphonie n°7 en mi mineur, achevée en 1905 et créée trois ans plus tard, possède pour intitulé « Chant de la nuit ».

Volumineuse par l'effectif orchestral requis, moderne par son approche en cinq mouvements, elle n'est apparue au disque qu'en 1953 et a été tour à tour célébrée par Otto Klemperer, Rafael Kubelik, Vaclav Neumann, Leonard Bernstein, Bernard Haitink et Claudio Abbado, pour les plus mémorables. Inscrit dans cette belle lignée, le chef vénézuélien apporte sa vision à la direction du Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela.

Alors à l'apogée de son modernisme, le compositeur offre avec sa « septième » une symphonie indéchiffrable, insaisissable, mystérieuse, resistant à toute analyse comme à toute interprétation. L'incohérence qu'elle présente entre l'Adagio - Allegro ouvert par un saxhorn baryton, la lutte incessante des tonalités, les deux « Nachtmusik » séparées par un Scherzo lugubre et un Rondo-Finale explosif a de quoi surprendre et décontenancer.

Gustavo Dudamel tire son épingle du jeu en utilisant les sonorités de l'orchestre à bon escient, accentuant le contraste des timbales et des contrebasses dans le Scherzo, rendant à la « Nachtmusik II » son caractère de sérénade où s'invitent harpe, guitare et mandoline, et faisant du Rondo-Finale une fête à la fois joyeuse et sarcastique. C'est dans ce dernier tableau et la première « Nachtmusik », des plus exotique, qu'il demeure le plus convaincant. Il prodigue avec la « Septième » l'une des plus belles réalisations du cycle symphonique mahlérien commencé en 2007.
© ©Copyright Music Story Loïc Picaud 2017

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?