Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Berliner Philharmoniker|Mahler: Symphony No. 1

Mahler: Symphony No. 1

Berliner Philharmoniker, Daniel Harding

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Dans un élan de créativité volcanique, Gustav Mahler, alors âgé de 27 ans, a écrit sa première symphonie en quelques semaines seulement. Il a ensuite lutté beaucoup plus longtemps pour trouver une forme définitive à cette œuvre d'une nouveauté sans précédent, qui a secoué le public musical comme un tremblement de terre et consommé le divorce entre défenseurs et détracteurs de Mahler. Personne n'est resté indifférent au son écrasant de cette œuvre qu'il a d'abord intitulée Titan (d'après le roman de Jean Paul). Elle commence par un frémissement ("Wie ein Naturlaut" - "Comme un son de la nature") d'où émergent des idées motiviques - fanfare et fragments de cris d'oiseaux proches et lointains, y compris un coucou obstiné - jusqu'à ce qu'une mélodie s'articule, dérivée des Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d'un voyageur), où elle est chantée sur les mots "Ging heut Morgen übers Feld... Wird's nicht eine schöne Welt ? ("Ce matin, j'ai traversé les champs... Le monde n'est-il pas beau ?"). Dans les indications de jeu, qu'il a retirées par la suite, Mahler décrit le mouvement comme "le réveil de la nature après un long sommeil d'hiver". Le ländler-scherzo terreux est suivi d'une parodie de marche funèbre fantaisiste basée sur une version en mode mineur du canon de la chanson populaire Bruder Jakob (Frère Jacques). L'humour naïf et la tragédie obscure s'affrontent comme dans les écrits de Jean Paul. Le "cri d'horreur" qui lance le finale met définitivement à nu l'ambiguïté du "beau monde". La violence de ce dernier mouvement ouvre un abîme rugissant. Selon Mahler, dans les masses sonores tumultueuses, le "héros" - est-ce le compositeur lui-même ? - est engagé dans une terrible bataille "avec toutes les douleurs de ce monde". Puis, presque imperceptiblement, à partir d'une réminiscence des sons chatoyants de la nature qui ont ouvert la symphonie, un "choral de la victoire" prend forme et, avec la mobilisation de toutes les forces, s'élève en une apothéose gigantesque. La Première Symphonie de Mahler : une vie de héros - ou bien une commedia humana ? © 2020 Berlin Phil Media GmbH


 

Plus d'informations

Mahler: Symphony No. 1

Berliner Philharmoniker

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Symphony No. 1 (Gustav Mahler)

1
I. Langsam. Schleppend – Immer sehr gemächlich
00:16:18

Berliner Philharmoniker - Daniel Harding, Conductor - Gustav Mahler, Composer

2020 Berlin Phil Media GmbH 2020 Berlin Phil Media GmbH

2
II. Kräftig bewegt, doch nicht zu schnell – Trio. Recht gemächlich
00:07:58

Berliner Philharmoniker - Daniel Harding, Conductor - Gustav Mahler, Composer

2020 Berlin Phil Media GmbH 2020 Berlin Phil Media GmbH

3
III. Feierlich und gemessen, ohne zu schleppen
00:11:03

Berliner Philharmoniker - Daniel Harding, Conductor - Gustav Mahler, Composer

2020 Berlin Phil Media GmbH 2020 Berlin Phil Media GmbH

4
IV. Stürmisch bewegt
00:20:23

Berliner Philharmoniker - Daniel Harding, Conductor - Gustav Mahler, Composer

2020 Berlin Phil Media GmbH 2020 Berlin Phil Media GmbH

Descriptif de l'album

Dans un élan de créativité volcanique, Gustav Mahler, alors âgé de 27 ans, a écrit sa première symphonie en quelques semaines seulement. Il a ensuite lutté beaucoup plus longtemps pour trouver une forme définitive à cette œuvre d'une nouveauté sans précédent, qui a secoué le public musical comme un tremblement de terre et consommé le divorce entre défenseurs et détracteurs de Mahler. Personne n'est resté indifférent au son écrasant de cette œuvre qu'il a d'abord intitulée Titan (d'après le roman de Jean Paul). Elle commence par un frémissement ("Wie ein Naturlaut" - "Comme un son de la nature") d'où émergent des idées motiviques - fanfare et fragments de cris d'oiseaux proches et lointains, y compris un coucou obstiné - jusqu'à ce qu'une mélodie s'articule, dérivée des Lieder eines fahrenden Gesellen (Chants d'un voyageur), où elle est chantée sur les mots "Ging heut Morgen übers Feld... Wird's nicht eine schöne Welt ? ("Ce matin, j'ai traversé les champs... Le monde n'est-il pas beau ?"). Dans les indications de jeu, qu'il a retirées par la suite, Mahler décrit le mouvement comme "le réveil de la nature après un long sommeil d'hiver". Le ländler-scherzo terreux est suivi d'une parodie de marche funèbre fantaisiste basée sur une version en mode mineur du canon de la chanson populaire Bruder Jakob (Frère Jacques). L'humour naïf et la tragédie obscure s'affrontent comme dans les écrits de Jean Paul. Le "cri d'horreur" qui lance le finale met définitivement à nu l'ambiguïté du "beau monde". La violence de ce dernier mouvement ouvre un abîme rugissant. Selon Mahler, dans les masses sonores tumultueuses, le "héros" - est-ce le compositeur lui-même ? - est engagé dans une terrible bataille "avec toutes les douleurs de ce monde". Puis, presque imperceptiblement, à partir d'une réminiscence des sons chatoyants de la nature qui ont ouvert la symphonie, un "choral de la victoire" prend forme et, avec la mobilisation de toutes les forces, s'élève en une apothéose gigantesque. La Première Symphonie de Mahler : une vie de héros - ou bien une commedia humana ? © 2020 Berlin Phil Media GmbH


 

Détails de l'enregistrement original : Recorded : 29 March 2019, Philharmonie Berlin (Germany)

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Abba Gold Anniversary Edition

ABBA

Super Trouper

ABBA

The Essential Collection

ABBA

Abba

ABBA

Abba ABBA
À découvrir également
Par Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 8

Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 8 Berliner Philharmoniker

Beethoven: Symphony No. 9

Berliner Philharmoniker

Beethoven: Symphony No. 9 Berliner Philharmoniker

Beethoven: Symphonies Nos. 1 - 9

Berliner Philharmoniker

Beethoven: Symphonies Nos. 1 - 9 Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 4

Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 4 Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 9

Berliner Philharmoniker

Mahler: Symphony No. 9 Berliner Philharmoniker
Dans la même thématique...

Mahler: Symphonie No. 6 in A Minor

Ádám Fischer

Mozart: Symphonies Nos.35 "Haffner", 36 "Linzer", 38 "Prager", 39, 40, 41 "Jupiter"

Karl Böhm

Shostakovich: Symphonies Nos. 5, 8 & 9; Suite From "Hamlet"

Andris Nelsons

Haydn: The Complete Symphonies

Antal Doráti

Schubert: Symphony No. 5 - Haydn: Symphony No. 99

Concentus Musicus Wien

Les Grands Angles...
Bernard Haitink, prophète en son pays

Le grand chef d’orchestre néerlandais nous a quittés le 21 octobre 2021 à l’âge vénérable de 92 ans. Reconnu par ses pairs et dans son pays dès sa jeunesse, Bernard Haitink accomplira la majeure partie de son immense carrière aux Pays-Bas, d’abord à la tête de l’Orchestre de la Radio néerlandaise puis du prestigieux Concertgebouw d’Amsterdam pendant vingt-sept ans, avec lequel il enregistrera de nombreux disques devenus légendaires.

Sibelius : 10 moments clés de la discographie

La discographie du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957) est d’une grande richesse, et surtout d’une exceptionnelle qualité et diversité. Qobuz vous en propose un tour d’horizon en mettant l’accent sur 10 moments particulièrement significatifs.

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...