Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Renaud Capuçon|Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Renaud Capuçon

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

On ne peut pas dire que le grand répertoire français déborde de concertos pour violon ; grâce éternelle soit donc rendue à Edouard Lalo qui a étoffé le genre avec sa Symphonie espagnole de 1874 qui, si elle ne porte pas officiellement le titre de « concerto », n’en est pas moins une œuvre totalement concertante pour violon solo. C’est ici Renaud Capuçon qui prête les accents de son Guarnerius, accompagné par le toujours impeccable Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris. En complément de programme, les deux musiciens proposent le Premier concerto de Bruch, écrit à la même époque que la Symphonie espagnole – 1866, pour être précis – dans un style résolument romantique à l’ancienne, Bruch n’étant pas connu pour être un véritable révolutionnaire. Mais devant le succès toujours très vif de l’ouvrage cent cinquante ans plus tard, on ne peut que dire : chapeau, Meister Max. Capuçon nous offre également un petit bonbon entre les deux grands ouvrages, Zigeunerweisen de Sarasate. Même époque ici encore – 1878 – mais pas du tout les mêmes influences ibériques, puisque Sarasate emprunte au genre tzigane-viennois, en particulier un thème repris dès 1847 par Liszt dans sa treizième Rhapsodie hongroise. © SM/Qobuz

Plus d'informations

Lalo: Symphonie espagnole - Bruch: Violin Concerto

Renaud Capuçon

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: I. Allegro non troppo
00:07:47

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

2
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: II. Scherzando - Allegro molto
00:04:18

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

3
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: III. Intermezzo - Allegretto non troppo
00:06:33

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

4
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: IV. Andante
00:06:11

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

5
Symphonie espagnole in D minor, Op. 21: V. Rondo - Allegro
00:08:01

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Edouard Lalo, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

6
Zigeunerweisen, Op. 20
00:07:52

Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist - Pablo de Sarasate, Composer

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

7
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: I. Vorspiele - Allegro moderato
00:07:58

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

8
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: II. Adagio
00:08:11

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

9
Violin Concerto No. 1 in G Minor, Op. 26: III. Finale - Allegro energico
00:06:57

Max Bruch, Composer - Paavo Jarvi, Conductor - Orchestre De Paris, Orchestra - Renaud Capucon, Violin, MainArtist

© 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company ℗ 2016 Parlophone Records Limited, a Warner Music Group Company

Descriptif de l'album

On ne peut pas dire que le grand répertoire français déborde de concertos pour violon ; grâce éternelle soit donc rendue à Edouard Lalo qui a étoffé le genre avec sa Symphonie espagnole de 1874 qui, si elle ne porte pas officiellement le titre de « concerto », n’en est pas moins une œuvre totalement concertante pour violon solo. C’est ici Renaud Capuçon qui prête les accents de son Guarnerius, accompagné par le toujours impeccable Paavo Järvi à la tête de l’Orchestre de Paris. En complément de programme, les deux musiciens proposent le Premier concerto de Bruch, écrit à la même époque que la Symphonie espagnole – 1866, pour être précis – dans un style résolument romantique à l’ancienne, Bruch n’étant pas connu pour être un véritable révolutionnaire. Mais devant le succès toujours très vif de l’ouvrage cent cinquante ans plus tard, on ne peut que dire : chapeau, Meister Max. Capuçon nous offre également un petit bonbon entre les deux grands ouvrages, Zigeunerweisen de Sarasate. Même époque ici encore – 1878 – mais pas du tout les mêmes influences ibériques, puisque Sarasate emprunte au genre tzigane-viennois, en particulier un thème repris dès 1847 par Liszt dans sa treizième Rhapsodie hongroise. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

À découvrir également
Par Renaud Capuçon

Un violon à Paris

Renaud Capuçon

Un violon à Paris Renaud Capuçon

Pärt: Tabula Rasa

Renaud Capuçon

Pärt: Tabula Rasa Renaud Capuçon

Saint-Saëns: Violin Sonata No. 1, Cello Sonata No. 1 & Piano Trio No. 2

Renaud Capuçon

Elgar: Violin Concerto & Violin Sonata

Renaud Capuçon

Cinema

Renaud Capuçon

Cinema Renaud Capuçon

Playlists

Dans la même thématique...

BACH: The Art of Life

Daniil Trifonov

BACH: The Art of Life Daniil Trifonov

Schubert: Winterreise

Mark Padmore

Schubert: Winterreise Mark Padmore

Souvenirs d'Italie

Maurice Steger

Souvenirs d'Italie Maurice Steger

Exiles

Max Richter

Exiles Max Richter

Recomposed By Max Richter: Vivaldi, The Four Seasons

Max Richter

Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cette artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Marian Anderson, cantatrice de combats

La magnifique carrière de la cantatrice contralto afro-américaine Marian Anderson se confond avec sa lutte incessante contre le racisme. Elle a 94 ans lorsqu’elle reçoit enfin, en 1991, le Grammy Lifetime Achievement Award en reconnaissance de toute une vie de musique. Mais combien le chemin menant à cette tardive reconnaissance fut long et semé d’épines…

Berlioz, la Fantastique en 10 versions

Véritable manifeste de l’émergence du romantisme français, la “Symphonie fantastique” de Berlioz aura marqué le XIXe siècle comme le “Sacre du printemps” de Stravinsky marquera le suivant. Créés à Paris, autrefois creuset mondial de l’effervescence artistique, ces deux chefs-d’œuvre ont fait basculer durablement le langage musical dans une autre dimension. Le 5 décembre 1830, l’œuvre révolutionnaire d’un Hector Berlioz de 27 ans émeut les musiciens présents dans la petite salle de l’ancien conservatoire, parmi lesquels Meyerbeer et Liszt, vivement impressionnés par l’extraordinaire audace de cet ouvrage présenté trois ans seulement après la mort de Beethoven.

Dans l'actualité...