Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

H-Burns - Kid We Own The Summer

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Kid We Own The Summer

H-Burns

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Deux ans après Night Moves, ballade dans un Los Angeles nocturne et inquiet, Renaud Brustlein alias H-Burns refait surface avec un album entre chien et loup intitulé Kid We Own The Summer. Un disque qui trace son chemin entre des boussoles ayant pour nom la Californie de David Lynch et de son compositeur fétiche Angelo Badalamenti, le Springsteen intime de Darkness On The Edge Of Town, le Suicide presque calme du second album ou la mélancolie toujours élégante de The National… Pour le composer, Brustlein a une fois de plus décidé de remettre en question sa méthode. Pas de configuration live ici, comme il l’avait fait en 2013 sur Off The Map, enregistré à Chicago en groupe et en une semaine chez le légendaire Steve Albini en format « orage électrique ». Pour Kid We Own The Summer, il a d’abord procédé dans son home studio en suivant le principe que c’est chez soi qu’on est soi. D’où est née une promenade mélancolique et presque cinématographique autour de ces histoires de couples qui se ratent, de ces non-dits qui finissent par bousiller la vie des gens, de cette recherche systématique de situations dangereuses, comme une élégie à l’adolescence qui s’en va… Nées autour d’un clavier, d’un piano et d’une boîte à rythme, les chansons de Kid We Own The Summer ont ensuite été mises en lumière par des invités-amis impeccables – les cordes de Bertrand Belin et les claviers vaporeux de Denis Clavaizolle – avant d’être mixées par Rob Schnapf (Elliott Smith, Beck) et masterisées par Greg Calbi (Springsteen, Dylan, Paul Simon). Une nouvelle preuve qu’album après album, H-Burns impose un peu plus son intelligence, son envie de ne jamais stagner et tout simplement son talent. © CM/Qobuz

Plus d'informations

Kid We Own The Summer

H-Burns

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
We Could Be Strangers
00:03:27

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

2
I Wasn’t Trying to Be Your Man
00:03:29

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

3
This Kind of Fire
00:03:33

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

4
Kid We Own The Summer
00:04:03

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

5
Naked
00:03:52

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

6
White Tornado
00:03:47

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

7
Minor Days
00:04:00

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

8
I Sail In Troubled Waters
00:03:36

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

9
Turn On the Party Lights
00:04:13

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

10
Linger On
00:04:21

H-Burns, Performer - Renaud Brustlein, Composer

Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186 Vietnam under exclusive licence to Because Music LC33186

Descriptif de l'album

Deux ans après Night Moves, ballade dans un Los Angeles nocturne et inquiet, Renaud Brustlein alias H-Burns refait surface avec un album entre chien et loup intitulé Kid We Own The Summer. Un disque qui trace son chemin entre des boussoles ayant pour nom la Californie de David Lynch et de son compositeur fétiche Angelo Badalamenti, le Springsteen intime de Darkness On The Edge Of Town, le Suicide presque calme du second album ou la mélancolie toujours élégante de The National… Pour le composer, Brustlein a une fois de plus décidé de remettre en question sa méthode. Pas de configuration live ici, comme il l’avait fait en 2013 sur Off The Map, enregistré à Chicago en groupe et en une semaine chez le légendaire Steve Albini en format « orage électrique ». Pour Kid We Own The Summer, il a d’abord procédé dans son home studio en suivant le principe que c’est chez soi qu’on est soi. D’où est née une promenade mélancolique et presque cinématographique autour de ces histoires de couples qui se ratent, de ces non-dits qui finissent par bousiller la vie des gens, de cette recherche systématique de situations dangereuses, comme une élégie à l’adolescence qui s’en va… Nées autour d’un clavier, d’un piano et d’une boîte à rythme, les chansons de Kid We Own The Summer ont ensuite été mises en lumière par des invités-amis impeccables – les cordes de Bertrand Belin et les claviers vaporeux de Denis Clavaizolle – avant d’être mixées par Rob Schnapf (Elliott Smith, Beck) et masterisées par Greg Calbi (Springsteen, Dylan, Paul Simon). Une nouvelle preuve qu’album après album, H-Burns impose un peu plus son intelligence, son envie de ne jamais stagner et tout simplement son talent. © CM/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

À découvrir également
Par H-Burns

Burns on the Wire

H-Burns

Night Moves

H-Burns

Night Moves H-Burns

Midlife

H-Burns

Midlife H-Burns

Off The Map

H-Burns

Off The Map H-Burns

Goodbye

H-Burns

Goodbye H-Burns
Dans la même thématique...

Solar Power

Lorde

Solar Power Lorde

Happier Than Ever (Explicit)

Billie Eilish

evermore (Explicit)

Taylor Swift

evermore (Explicit) Taylor Swift

WHEN WE ALL FALL ASLEEP, WHERE DO WE GO?

Billie Eilish

Terra Firma

Tash Sultana

Terra Firma Tash Sultana
Les Grands Angles...
Objectif Lune : The Dark Side of the Moon

Album phare dans la discographie de Pink Floyd, “The Dark Side of the Moon” est le fruit d’une élaboration relativement lente qui remonte pratiquement à 1968. “A Saucerful of Secrets” (le morceau phare de l’album éponyme) en est, pour Nick Mason, le point de départ. Derrière, “Ummagumma” laissait s’exprimer des personnalités qu’il allait falloir amalgamer pour décrocher la timbale. Pink Floyd poursuivit sa quête du disque idéal avec “Meddle”, sur lequel le groupe accentuait sa maîtrise du travail du studio, et “Atom Heart Mother”, avant d’atteindre le nirvana avec “The Dark Side of the Moon”, dont la perfection ne s’est jamais érodée.

Le jazz nordique en 10 albums

Hiver, grands espaces, nature en majesté… On réduit vite la Scandinavie aux éternels mêmes clichés. Le jazz n’échappe pas à la règle. Pourtant, le Danemark marche sur les brisées de la tradition nord-américaine, la Norvège est attirée par l’expérimentation et la Suède préfère ne pas trancher en s’immisçant entre les deux. Malgré ces différences, on parle invariablement de jazz scandinave comme d’une grande famille. Depuis le début des années 70, les musiciens venus du froid ont imposé une singularité perpétuée par la génération actuelle. Coup de zoom sur cette vraie fausse famille en 10 albums choisis avec subjectivité dans une discographie vaste comme un fjord.

Norah Jones en 10 chansons

Même si ses albums paraissent sur le label Blue Note, Norah Jones n’a jamais été vraiment jazz. Comme elle n’a jamais vraiment été pop, ni folk, country ou soul… Depuis le début des années 2000, la chanteuse et pianiste américaine a toujours tout fait pour flouter, voire éradiquer, les frontières stylistiques au profit de sa propre musique apatride, qu’elle adore partager avec d’autres musiciens venus d’horizons divers. Petit tour de son monde en 10 titres.

Dans l'actualité...