Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

The Verona Quartet|Diffusion

Diffusion

The Verona Quartet

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

On ne saura pas grand-chose du Verona Quartet en consultant le livret de cette parution assortie d’un intitulé bref, « Diffusion ». La biographie présente sur le site de l’ensemble ne donne guère plus d’éléments réellement significatifs. Les quatre musiciens (Jonathan Ong, Dorothy Ro, violons – Abigail Rojansky, alto – Jonathan Dormand, violoncelle) de ce quatuor nord-américain, en résidence depuis août 2020 au sein du prestigieux Oberlin College and Conservatory, entretiendraient-ils quelque peu le mystère ?

Il faudra donc se plonger dans la musique, et quelle magnifique surprise ! Plaisir de sons, de textures, de timbres. Ce qui frappe immédiatement à l’écoute de ce programme original, couplant trois quatuors envoûtants et captivants du début du XXe siècle, en forme de résumé des esthétiques les plus marquantes de l’époque en Europe, c’est la balance inhérente à l’ensemble. La polyphonie est d’une clarté inouïe ; les attaques se distinguent par leur captivante netteté, exempte de sécheresse ; les textures se parent de teintes constamment renouvelées, qui tiennent en haleine l’auditeur – écoutez le très bel Allegro moderato du Quatuor de Ravel (1903), véritablement « très doux », dans les phrasés autant que dans les respirations, et les intentions expressives. La douceur ravélienne est assurément – aussi – une histoire de tendresse. Impressionnant !

Le désir de précision des quatre membres du Quatuor Verona ne les emmène jamais sur le terrain de l’objectivité stricte ou de l’analyse froide ; si le Quatuor de Ravel clôt cet album sur quelques moments d’une très rare poésie, il y a toujours présent dans le son des Verona un je-ne-sais-quoi de doucement joueur, ou de légèrement espiègle (Ravel, Assez vif), qui éclaire d’une lumière insolite les ambivalences expressives des Lettres intimes de Janáček (janvier-février 1928), très adroitement équilibrées entre le nostalgique et le malicieux. Et le Szymanowski ? Les Verona le situent exactement entre deux mondes, aussi soucieux de l’ascendance viennoise que de l’esprit slave populaire : les amples lignes mélodiques (Moderato dolce e tranquillo) et les jeux polyphoniques (Lento) rayonnent d’un même élan que l’esprit de rupture qui permet des frottements harmoniques parfois très épicés (Vivace, scherzando). Fortement recommandé. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Plus d'informations

Diffusion

The Verona Quartet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

String Quartet No. 2, JW VIII/13 "Intimate Letters" (Leoš Janáček)

1
I. Andante
00:05:58

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

2
II. Adagio
00:05:53

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

3
III. Moderato
00:05:24

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

4
IV. Allegro
00:08:04

The Verona Quartet - Leos Janácek, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

String Quartet No. 2, Op. 56 (Karol Szymanowski)

5
I. Moderato dolce e tranquillo
00:07:18

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

6
II. Vivace, scherzando
00:04:55

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

7
III. Lento
00:05:33

The Verona Quartet - Karol Szymanowski, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

String Quartet in F Major, M. 35 (Maurice Ravel)

8
I. Allegro moderato. Très doux
00:07:58

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

9
II. Assez vif. Très rythmé
00:06:09

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

10
III. Très lent
00:08:32

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

11
IV. Vif et agité
00:04:52

The Verona Quartet - Maurice Ravel, Composer

(C) 2021 Azica Records (P) 2021 Azica Records

Descriptif de l'album

On ne saura pas grand-chose du Verona Quartet en consultant le livret de cette parution assortie d’un intitulé bref, « Diffusion ». La biographie présente sur le site de l’ensemble ne donne guère plus d’éléments réellement significatifs. Les quatre musiciens (Jonathan Ong, Dorothy Ro, violons – Abigail Rojansky, alto – Jonathan Dormand, violoncelle) de ce quatuor nord-américain, en résidence depuis août 2020 au sein du prestigieux Oberlin College and Conservatory, entretiendraient-ils quelque peu le mystère ?

Il faudra donc se plonger dans la musique, et quelle magnifique surprise ! Plaisir de sons, de textures, de timbres. Ce qui frappe immédiatement à l’écoute de ce programme original, couplant trois quatuors envoûtants et captivants du début du XXe siècle, en forme de résumé des esthétiques les plus marquantes de l’époque en Europe, c’est la balance inhérente à l’ensemble. La polyphonie est d’une clarté inouïe ; les attaques se distinguent par leur captivante netteté, exempte de sécheresse ; les textures se parent de teintes constamment renouvelées, qui tiennent en haleine l’auditeur – écoutez le très bel Allegro moderato du Quatuor de Ravel (1903), véritablement « très doux », dans les phrasés autant que dans les respirations, et les intentions expressives. La douceur ravélienne est assurément – aussi – une histoire de tendresse. Impressionnant !

Le désir de précision des quatre membres du Quatuor Verona ne les emmène jamais sur le terrain de l’objectivité stricte ou de l’analyse froide ; si le Quatuor de Ravel clôt cet album sur quelques moments d’une très rare poésie, il y a toujours présent dans le son des Verona un je-ne-sais-quoi de doucement joueur, ou de légèrement espiègle (Ravel, Assez vif), qui éclaire d’une lumière insolite les ambivalences expressives des Lettres intimes de Janáček (janvier-février 1928), très adroitement équilibrées entre le nostalgique et le malicieux. Et le Szymanowski ? Les Verona le situent exactement entre deux mondes, aussi soucieux de l’ascendance viennoise que de l’esprit slave populaire : les amples lignes mélodiques (Moderato dolce e tranquillo) et les jeux polyphoniques (Lento) rayonnent d’un même élan que l’esprit de rupture qui permet des frottements harmoniques parfois très épicés (Vivace, scherzando). Fortement recommandé. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz

Détails de l'enregistrement original : Recorded October 10-12, 2019, Sauder Concert Hall, Goshen College (Indiana, USA)

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

A Rush of Blood to the Head

Coldplay

Dans la même thématique...

Beethoven: String Quartets, Op. 18 Nos. 1-3

Chiaroscuro Quartet

Beethoven: Violin Sonatas Nos. 1-4

Frank Peter Zimmermann

Beethoven: Violin Sonatas Nos. 1-4 Frank Peter Zimmermann

Six Evolutions - Bach: Cello Suites

Yo-Yo Ma

Robert Schumann: Complete Piano Trios, Quartet & Quintet

Trio Wanderer

Johann Sebastian Bach : Suites pour violoncelle seul (Intégrale)

Jean-Guihen Queyras

Les Grands Angles...
Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Le violon en 10 interprètes, épisode 1

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Cette sélection subjective de 10 violonistes choisit de mettre en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers, à retrouver jeudi.

Kœchlin, l’Alchimiste

Ancrée dans la tradition mais aussi très novatrice, l’œuvre immense de Koechlin, d’un langage extrêmement personnel, a dérouté ses contemporains en raison de ses multiples facettes, de sa liberté et de sa dimension philosophique. Le disque permet enfin de prendre la mesure de cet alchimiste des sons, prophète génial sans doute trop tôt venu. Et dont nous célébrons ce 27 novembre le 150ème anniversaire de la naissance…

Dans l'actualité...