Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Four Tet - Dialogue

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Dialogue

Four Tet

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

En 1998, Kieran Hebden, la vingtaine à peine entamée, est déjà un musicien très actif. Il vient de signer sur Output Records, le label mené par Trevor Jackson, avec Fridge, son trio de post-rock obsédé par le sampler qu’il mène avec Adem Ilhan et Sam Jeffers. Il se permet alors une excursion en solo, et Output sort Thirtysixtwentyfive, son premier “album”, composé de deux pistes de quelque 18 minutes chacune. Un iconoclasme qui lui permet de valider un premier “vrai” album un an plus tard, en février 1999, Dialogue, cette fois avec des pistes bien détachées.

L’arrivée de ce disque sur les plateformes de streaming vingt et un plus tard permet d’ouvrir une lucarne sur le “Four Tet adolescent”, pas encore devenue une star de la musique électronique et le remixeur le plus en vue d’Angleterre. Ce Four Tet débutant est encore très influencé par le hip-hop et par le jazz, qu’il mêle à sa façon dans ce disque en forme de première brique. L’incipit The Space of Two Weeks rappelle l’abstract hip-hop de Prefuse 73, et la suite se déroule dans un esprit très jazzy, avec une batterie qui mène la danse (Misnomer ou le cosmic jazz The Butterfly Effect). Calamine est certainement le morceau le plus annonciateur de l’avenir, avec l’utilisation des cordes, un côté plus psychédélique avec la flûte en transe d’Emma Lindley, et des percussions mixées en retrait. On n’est alors plus très loin de son chef-d’œuvre Rounds, qui sortira quatre ans plus tard en 2003. © Smaël Bouaici/Qobuz

Plus d'informations

Dialogue

Four Tet

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 60 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
The Space of Two Weeks
00:05:50

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

2
Chiron
00:05:23

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

3
Alambradas
00:01:55

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

4
3.3 Degrees from the Pole
00:06:00

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

5
Misnomer
00:03:20

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

6
Liquefaction
00:04:58

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

7
She Scanned
00:03:12

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

8
Calamine
00:07:38

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

9
The Butterfly Effect
00:06:21

Kieran Hebden, Composer - Four Tet, MainArtist

1999 Text Records 1999 Text Records

Descriptif de l'album

En 1998, Kieran Hebden, la vingtaine à peine entamée, est déjà un musicien très actif. Il vient de signer sur Output Records, le label mené par Trevor Jackson, avec Fridge, son trio de post-rock obsédé par le sampler qu’il mène avec Adem Ilhan et Sam Jeffers. Il se permet alors une excursion en solo, et Output sort Thirtysixtwentyfive, son premier “album”, composé de deux pistes de quelque 18 minutes chacune. Un iconoclasme qui lui permet de valider un premier “vrai” album un an plus tard, en février 1999, Dialogue, cette fois avec des pistes bien détachées.

L’arrivée de ce disque sur les plateformes de streaming vingt et un plus tard permet d’ouvrir une lucarne sur le “Four Tet adolescent”, pas encore devenue une star de la musique électronique et le remixeur le plus en vue d’Angleterre. Ce Four Tet débutant est encore très influencé par le hip-hop et par le jazz, qu’il mêle à sa façon dans ce disque en forme de première brique. L’incipit The Space of Two Weeks rappelle l’abstract hip-hop de Prefuse 73, et la suite se déroule dans un esprit très jazzy, avec une batterie qui mène la danse (Misnomer ou le cosmic jazz The Butterfly Effect). Calamine est certainement le morceau le plus annonciateur de l’avenir, avec l’utilisation des cordes, un côté plus psychédélique avec la flûte en transe d’Emma Lindley, et des percussions mixées en retrait. On n’est alors plus très loin de son chef-d’œuvre Rounds, qui sortira quatre ans plus tard en 2003. © Smaël Bouaici/Qobuz

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
Blue Train John Coltrane
Chopin : Piano Concertos Benjamin Grosvenor
A Love Supreme John Coltrane
Ballads John Coltrane
À découvrir également
Par Four Tet
Sixteen Oceans Four Tet
New Energy Four Tet
Baby Four Tet
4T Recordings Four Tet

Playlists

Dans la même thématique...
Articulation Rival Consoles
All Encores Nils Frahm
Empty Nils Frahm
Tides Sunda Arc
Les Grands Angles...
Fabric, l’histoire d’une institution anglaise

Cœur battant de la scène électronique britannique, le label/club Fabric fête ses 20 ans cette année avec un volume anniversaire de ses séries de compilations Fabric et FabricLive, qui rythment la vie des disquaires et des amateurs de musique de qualité depuis 1999, tandis que le club fait vibrer les clubbeurs tous les week-ends avec une programmation 5 étoiles. Retour sur l’histoire d’une institution anglaise.

Un nouveau monde entre électro et classique

Ólafur Arnalds, Nils Frahm, Max Richter, Poppy Ackroyd, Peter Broderick, Joana Gama… Depuis quelques années, tous ces noms en vogue ont été regroupés sous la vaste et imprécise étiquette “néoclassique”. A dire vrai, cette “scène” ressemble plutôt à une bande hétéroclite d’artistes fureteurs qui mêlent instruments classiques et production électronique – avec une connexion assumée aux pionniers du minimalisme américain – régalant les sens et ouvrant des perspectives des deux côtés de leur spectre musical.

Nils Frahm, le piano debout

Salué par les critiques de la musique classique comme par les amateurs d’expériences électroniques, le talent de Nils Frahm a mis tout le monde d’accord ces dix dernières années. Qu’il utilise un orgue d’église ou un synthétiseur flanqué de pédales d’effet, le pianiste allemand regarde toujours vers l’avant et c’est pour ça qu’il semble si séduisant.

Dans l'actualité...