Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Eels - Daisies Of The Galaxy

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Daisies Of The Galaxy

Eels

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Toujours surprendre : telle semble être la motivation primordiale de Eels. Avec sa pochette digne d’une affiche de propagande nataliste des années 30, son titre mystérieux et ses morceaux calmes, il serait facile de passer à coté de Daisies of the Galaxy. Ce serait pourtant une grave erreur. Car l’album est une plongée rare au cœur de la mythologie américaine. Ses slogans publicitaires mémorables (« Tiger in my tank »,  Un tigre dans votre moteur),  ses années 60 lysergiques et son imaginaire. Dans « I like birds » (merveille de candeur militante) ou « The sound of fear », où E glisse à la fin un passage de « Light my fire »,  on découvre stupéfait des textes presque optimistes qui donnent envie de se laisser pousser les cheveux et de courir nu. On est loin de la dépression savante et jouissive (façon Radiohead) qu’on croyait être la marque de fabrique du groupe. Le tout évoque, pêle-mêle, les comptines d’un age d’or révolu et fantasmé, les flonflons de l’orchestre d’une petite ville provinciale tranquille et ces chansons stupides qu’on sifflote par beau temps. Presque une tentative d’excuse, cet album. Et la discographie de Eels semble s’illuminer tout à coup, même si la haine reste toujours présente – quoique grandement apaisée – comme le rappelle  « It’s a motherfucker ».  Donnez un xylophone premier âge aux Doors et un acide aux musiciens d’une fanfare militaire, et le résultat sera proche de Daisies of the Galaxy.
© ©Copyright Music Story Damien Waltisperger 2018

Plus d'informations

Daisies Of The Galaxy

Eels

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Grace Kelly Blues (Album Version)
00:03:37

MICKEY PETRALIA, Asst. Recording Engineer, Programming, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Butch, Drums, AssociatedPerformer - Eels, MainArtist - E, Producer, Mixer, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Mark Everett, ComposerLyricist - Jim Lang, Conductor, String Arranger, AssociatedPerformer - James Stone, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Walton Steven "Wally" Gagel, Mixer, Recording Engineer, StudioPersonnel - Robert Caranza, Additional Mixer, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Jeff Shannon, Engineer, StudioPersonnel

℗ 2000 Geffen Records

2
Packing Blankets (Album Version)
00:02:09

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

3
The Sound Of Fear (Album Version)
00:03:30

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

4
I Like Birds (Album Version)
00:02:34

MICKEY PETRALIA, Asst. Recording Engineer, Programming, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Butch, Drums, AssociatedPerformer - Eels, MainArtist - E, Producer, Mixer, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Mark Everett, ComposerLyricist - Jim Lang, Conductor, String Arranger, AssociatedPerformer - James Stone, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Walton Steven "Wally" Gagel, Mixer, Recording Engineer, StudioPersonnel - Robert Caranza, Additional Mixer, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Jeff Shannon, Engineer, StudioPersonnel

℗ 2000 Geffen Records

5
Daisies Of The Galaxy (Album Version)
00:03:28

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

6
Flyswatter (Album Version)
00:03:18

MICKEY PETRALIA, Asst. Recording Engineer, Programming, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Butch, Drums, AssociatedPerformer - Eels, MainArtist - E, Producer, Mixer, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Mark Everett, ComposerLyricist - Jim Lang, Conductor, String Arranger, AssociatedPerformer - James Stone, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Walton Steven "Wally" Gagel, Mixer, Recording Engineer, StudioPersonnel - Robert Caranza, Additional Mixer, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Jeff Shannon, Engineer, StudioPersonnel

℗ 2000 Geffen Records

7
It's A Motherfucker (Album Version)
00:02:15

Butch, Drums, AssociatedPerformer - Eels, MainArtist - E, Producer, Vocals, AssociatedPerformer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

8
Estate Sale (Album Version)
00:01:39

PETER BUCK, ComposerLyricist - Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

9
Tiger In My Tank (Album Version)
00:03:05

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

10
A Daisy Through Concrete (Album Version)
00:02:25

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

11
Jeannie's Diary (Album Version)
00:03:35

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

12
Wooden Nickles (Album Version)
00:02:56

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

13
Something Is Sacred (Album Version)
00:02:52

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

14
Selective Memory (Album Version)
00:02:27

Eels, MainArtist - E, Producer - Mark Everett, ComposerLyricist

℗ 2000 Geffen Records

15
Mr. E's Beautiful Blues (Album Version)
00:04:17

MICKEY PETRALIA, Asst. Recording Engineer, Programming, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Butch, Drums, AssociatedPerformer - Eels, MainArtist - E, Producer, Mixer, Vocals, AssociatedPerformer, StudioPersonnel - Not Applicable, ComposerLyricist - Mark Everett, ComposerLyricist - Jim Lang, Conductor, String Arranger, AssociatedPerformer - James Stone, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Walton Steven "Wally" Gagel, Mixer, Recording Engineer, StudioPersonnel - Robert Caranza, Additional Mixer, Asst. Recording Engineer, StudioPersonnel - Jeff Shannon, Engineer, StudioPersonnel

℗ 2000 Geffen Records

Descriptif de l'album

Toujours surprendre : telle semble être la motivation primordiale de Eels. Avec sa pochette digne d’une affiche de propagande nataliste des années 30, son titre mystérieux et ses morceaux calmes, il serait facile de passer à coté de Daisies of the Galaxy. Ce serait pourtant une grave erreur. Car l’album est une plongée rare au cœur de la mythologie américaine. Ses slogans publicitaires mémorables (« Tiger in my tank »,  Un tigre dans votre moteur),  ses années 60 lysergiques et son imaginaire. Dans « I like birds » (merveille de candeur militante) ou « The sound of fear », où E glisse à la fin un passage de « Light my fire »,  on découvre stupéfait des textes presque optimistes qui donnent envie de se laisser pousser les cheveux et de courir nu. On est loin de la dépression savante et jouissive (façon Radiohead) qu’on croyait être la marque de fabrique du groupe. Le tout évoque, pêle-mêle, les comptines d’un age d’or révolu et fantasmé, les flonflons de l’orchestre d’une petite ville provinciale tranquille et ces chansons stupides qu’on sifflote par beau temps. Presque une tentative d’excuse, cet album. Et la discographie de Eels semble s’illuminer tout à coup, même si la haine reste toujours présente – quoique grandement apaisée – comme le rappelle  « It’s a motherfucker ».  Donnez un xylophone premier âge aux Doors et un acide aux musiciens d’une fanfare militaire, et le résultat sera proche de Daisies of the Galaxy.
© ©Copyright Music Story Damien Waltisperger 2018

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull

Thick as a Brick

Jethro Tull

Thick as a Brick Jethro Tull

Misplaced Childhood

Marillion

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

À découvrir également
Par Eels

Out There In The Dark (Live 1994)

Eels

Earth to Dora

Eels

The Deconstruction

Eels

Beautiful Freak

Eels

Rust To Rust

Eels

Playlists

Dans la même thématique...

Downhill From Everywhere

Jackson Browne

Downhill From Everywhere Jackson Browne

Letter To You

Bruce Springsteen

Letter To You Bruce Springsteen

Power Up

AC/DC

Power Up AC/DC

Rumours

Fleetwood Mac

Rumours Fleetwood Mac

Abbey Road (Super Deluxe Edition)

The Beatles

Les Grands Angles...
Nashville au féminin

Pas facile de jouer des coudes sur la scène de la machiste Music City, berceau de la country music, lorsqu’on est une femme. Au fil des ans, certaines ont tout de même réussi à faire bouger les lignes et les mentalités. Comme ces dix-là, pionnières et révolutionnaires ayant posé – et imposé – leurs santiags sur la table de Nashville.

Nick Cave, mauvaise graine de star

Nick Cave et ses Bad Seeds restent l’une des aventures les plus prolifiques de l’ère postpunk. Dès la fin des années 80, le magnétisme caverneux du chanteur australien atteignait un certain paroxysme, entre reprises furibardes, ballades au piano et rock’n’roll en sueur. Au fil des ans, le Cave s’est fait de plus en plus crooner, entre un Frank Sinatra punk et un Johnny Cash austère...

La britpop en 10 albums

« Si le but du punk était de se débarrasser des hippies, le nôtre est d’en finir avec le grunge. » Lorsque Damon Albarn assène cette phrase en 1993, l’Angleterre s’apprête à reprendre sa place sur un échiquier musical envahi par Seattle avec le grunge et Nirvana. Profondément liée à la vie politique et l’identité locale, la pop britannique se révèle au moment où Tony Blair et le New Labour entrent en scène. Le romantisme anglais redevient attractif par rapport à l’identité américaine, jugée trop creuse outre-Manche. Place à la « Cool Britannia ».

Dans l'actualité...