Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Alan Gilbert - Carl Nielsen : Concertos (Live)

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Carl Nielsen : Concertos (Live)

New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 192.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

Enregistré au cours de concerts donnés à l’Avery Fisher Hall (aujourd’hui le David Geffen Hall) du Lincoln Center, cet album publié par le New York Philharmonic met en valeur deux de ses solistes, le flûtiste Robert Langevin et le clarinettiste Anthony McGill sous la direction d’Alan Gilbert, qui en fut le directeur musical de 2009 à 2018. Troisième soliste de cet album, consacré à trois concertos du grand compositeur danois Carl Nielsen, le violoniste Nikolaj Szeps-Znaider, dont la carrière s’oriente depuis vers la direction d’orchestre. Il est à ce titre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon à partir de septembre 2020. Avec le corpus des six magnifiques symphonies, les trois concertos de Nielsen constituent l’essentiel de la production du compositeur. Se rattachant à une tradition classique, il est parvenu à créer un langage tout à fait personnel grâce à une puissance expressive très particulière sans jamais recourir à des éléments populaires ou anecdotiques. © François Hudry/Qobuz


« En 1999, Nikolaj Znaider gravait pour son premier essai chez EMI [...] le concerto de Nielsen. [...] Plus lyrique, et pourtant moins narcissique, son interprétation se teinte aujourd'hui d'une fantaisie qui magnifie le caractère de l'Allegro cavalleresco. Quelque chose comme un Don Quichotte violoniste [...] Un talent de conteur incroyable ! Et quel archet, large, plein de timbres. [...] Le concertato délicieux du violoniste et des bois est prodigieux d'imagination désinvolte, la technique si parfaite qu'on n'entend que sa musique. [...] Tout cela ferait un Diapason d'or si les solistes de l'orchestre héritant des deux autres concertos se haussaient au même niveau d'intimité avec les œuvres : la sonorité de Robert Langevin anime avec virtuosité le concerto pour flûte, ailé mais sans caractère, tellement joli qu'à la fin, c'est un peu court. Anthony McGill musarde avec sa clarinette, souffleur impeccable dont les registres éclatent et la technique stupéfie, mais l'ironie ne persifle pas, l'humeur est trop lissée. » (Diapason, janvier 2016 / Jean-Charles Hoffelé)

Plus d'informations

Carl Nielsen : Concertos (Live)

Alan Gilbert

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 50 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Violin Concerto, Op. 33, FS 61 (Carl Nielsen)

1
I. Prelude: Largo - Allegro cavalleresco
00:18:43

Nikolaj Znaider, Violin - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

2
IIa. Poco adagio -
00:06:19

Nikolaj Znaider, Violin - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

3
IIb. Rondo: Allegretto scherzando
00:10:06

Nikolaj Znaider, Violin - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

Flute Concerto, FS 119 (Carl Nielsen)

4
I. Allegro moderato
00:10:54

Robert Langevin, Flute - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

5
II. Allegro un poco
00:07:21

Robert Langevin, Flute - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

Clarinet Concerto, Op. 57, FS 129 (Carl Nielsen)

6
Allegretto un poco -
00:08:07

Anthony McGill, Clarinet - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

7
Poco adagio -
00:04:49

Anthony McGill, Clarinet - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

8
Allegro non troppo - Adagio - Allegro vivace
00:10:55

Anthony McGill, Clarinet - New York Philharmonic Orchestra - Alan Gilbert, Conductor - Carl Nielsen, Composer

2015 Dacapo SACD

Descriptif de l'album

Enregistré au cours de concerts donnés à l’Avery Fisher Hall (aujourd’hui le David Geffen Hall) du Lincoln Center, cet album publié par le New York Philharmonic met en valeur deux de ses solistes, le flûtiste Robert Langevin et le clarinettiste Anthony McGill sous la direction d’Alan Gilbert, qui en fut le directeur musical de 2009 à 2018. Troisième soliste de cet album, consacré à trois concertos du grand compositeur danois Carl Nielsen, le violoniste Nikolaj Szeps-Znaider, dont la carrière s’oriente depuis vers la direction d’orchestre. Il est à ce titre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon à partir de septembre 2020. Avec le corpus des six magnifiques symphonies, les trois concertos de Nielsen constituent l’essentiel de la production du compositeur. Se rattachant à une tradition classique, il est parvenu à créer un langage tout à fait personnel grâce à une puissance expressive très particulière sans jamais recourir à des éléments populaires ou anecdotiques. © François Hudry/Qobuz


« En 1999, Nikolaj Znaider gravait pour son premier essai chez EMI [...] le concerto de Nielsen. [...] Plus lyrique, et pourtant moins narcissique, son interprétation se teinte aujourd'hui d'une fantaisie qui magnifie le caractère de l'Allegro cavalleresco. Quelque chose comme un Don Quichotte violoniste [...] Un talent de conteur incroyable ! Et quel archet, large, plein de timbres. [...] Le concertato délicieux du violoniste et des bois est prodigieux d'imagination désinvolte, la technique si parfaite qu'on n'entend que sa musique. [...] Tout cela ferait un Diapason d'or si les solistes de l'orchestre héritant des deux autres concertos se haussaient au même niveau d'intimité avec les œuvres : la sonorité de Robert Langevin anime avec virtuosité le concerto pour flûte, ailé mais sans caractère, tellement joli qu'à la fin, c'est un peu court. Anthony McGill musarde avec sa clarinette, souffleur impeccable dont les registres éclatent et la technique stupéfie, mais l'ironie ne persifle pas, l'humeur est trop lissée. » (Diapason, janvier 2016 / Jean-Charles Hoffelé)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par Alan Gilbert
Dans la même thématique...
Les Grands Angles...
Martha Argerich, l'indomptable pianiste

Voilà plus de soixante ans que la pianiste argentine (naturalisée suisse) Martha Argerich enchante le public par son jeu sauvage et impulsif et par une prise de risques de chaque instant. Défiant les difficultés techniques, cet artiste flamboyante a fait de chacune de ses interprétations une aventure dont nous sommes les témoins admiratifs.

Le violon en 10 interprètes, épisode 2

Si le timbre et l’ambitus du violoncelle le rapprochent de la voix humaine, les aigus stratosphériques du violon flirtent avec les dieux. L’instrument a inspiré des œuvres nombreuses à la discographie pléthorique : des trésors qui sont autant de versions de référence. Voici la seconde partie de cette sélection subjective de 10 violonistes qui met en lumière deux générations éloignées : la première est née pendant le premier tiers du XXe siècle ; la seconde pendant le dernier tiers.

Le pèlerinage de Gardiner à travers les Cantates de Bach

John Eliot Gardiner a grandi sous un des deux portraits authentiques de Johann Sebastian Bach que ses parents avaient jalousement gardé, en le cachant dans leur ferme du Dorset pendant la Seconde Guerre mondiale. Devenu l’un des « papes » de la musique baroque, la dévotion totale de Gardiner à Bach a produit un ouvrage passionnant, Musique au château du ciel, paru en français chez Flammarion. « Comment une œuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d’un homme aussi ordinaire et si opaque », se demande Gardiner dans un ouvrage empli de tendresse et d’une rare érudition, qui n’est pas une nouvelle biographie du compositeur allemand, mais la somme de sa propre expérience d’interprète lui dictant des considérations esthétiques et une analyse sensible des fondements harmoniques, contrapuntiques et polyphoniques de son œuvre. Une tentative réussie de découvrir l’homme à travers sa musique.

Dans l'actualité...