Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Daniel Harding|Brahms : Ein deutsches Requiem

Brahms : Ein deutsches Requiem

Christiane Karg, Matthias Goerne, Swedish Radio Symphony Orchestra & Choir, Daniel Harding

Livret numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 48.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Achevé en 1868, ce Requiem de Brahms se nourrit de l’héritage des anciens, Heinrich Schütz et Jean-Sébastien Bach. Composé sur des extraits de la Bible en allemand, il s’éloigne délibérément des modèles de la liturgie catholique et impose une douloureuse et consolante méditation sur les fins dernières, à la manière d’une poignante et grandiose berceuse funèbre. © harmonia mundi

Plus d'informations

Brahms : Ein deutsches Requiem

Daniel Harding

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Ein Deutsches Requiem, Op. 45 (Johannes Brahms)

1
I. Selig sind, die da Leid tragen (Choir)
Swedish Radio Choir
00:11:24

Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

2
II. Denn alles Fleisch, es ist wie Gras (Choir)
Swedish Radio Choir
00:14:40

Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

3
III. Herr, lehre doch mich, daß ein Ende mit mir haben muß (Baritone and Choir)
Swedish Radio Choir
00:09:46

Matthias Goerne, Baritone - Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

4
IV. Wie lieblich sind deine Wohnungen, Herr Zebaoth (Choir)
Swedish Radio Choir
00:05:29

Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

5
V. Ihr habt nur Traurigkeit (Soprano and Choir)
Daniel Harding
00:06:33

Christiane Karg, Soprano - Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

6
VI. Denn wir haben hie keine bleibende Statt (Baritone and Choir)
Swedish Radio Choir
00:11:23

Matthias Goerne, Baritone - Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

7
VII. Selig sind die Toten, die in dem Herren sterben (Choir)
Swedish Radio Choir
00:11:13

Swedish Radio Choir - Swedish Radio Symphony Orchestra - Daniel Harding, Conductor - Johannes Brahms, Composer

2019 harmonia mundi 2019 harmonia mundi

Descriptif de l'album

Achevé en 1868, ce Requiem de Brahms se nourrit de l’héritage des anciens, Heinrich Schütz et Jean-Sébastien Bach. Composé sur des extraits de la Bible en allemand, il s’éloigne délibérément des modèles de la liturgie catholique et impose une douloureuse et consolante méditation sur les fins dernières, à la manière d’une poignante et grandiose berceuse funèbre. © harmonia mundi

Détails de l'enregistrement original : Recorded October 2018, Berwaldhallen, Stockholm (Sweden)

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Philip Glass: Piano Works

Víkingur Ólafsson

Philip Glass: Piano Works Víkingur Ólafsson

Prokofiev: Piano Concerto No.3 / Ravel: Piano Concerto In G Major

Martha Argerich

Rachmaninov : Piano Concertos 2, 4 - Bach-Rachmaninov : Partita BWV 1006

Daniil Trifonov

Everyday Life

Coldplay

Everyday Life Coldplay
À découvrir également
Par Daniel Harding

Sommernachtskonzert 2021 / Summer Night Concert 2021

Daniel Harding

Schumann : Szenen aus Goethes Faust, WoO 3

Daniel Harding

Sommernachtskonzert 2021 / Summer Night Concert 2021

Daniel Harding

Britten: The Turn of the Screw

Daniel Harding

Mahler: Symphony No. 9

Daniel Harding

Mahler: Symphony No. 9 Daniel Harding

Playlists

Dans la même thématique...

On DSCH

Igor Levit

On DSCH Igor Levit

Schubert: Winterreise

Mark Padmore

Schubert: Winterreise Mark Padmore

Souvenirs d'Italie

Maurice Steger

Souvenirs d'Italie Maurice Steger

Exiles

Max Richter

Exiles Max Richter

some kind of peace

Ólafur Arnalds

some kind of peace Ólafur Arnalds
Les Grands Angles...
Max Richter, l’activiste du néo-classique

Avec la sortie de son nouvel album Exiles, une réflexion sur l’exil menée avec le Baltic Sea Orchestra, l’iconoclaste et prolifique pionnier du courant néo-classique Max Richter se positionne une nouvelle fois comme un des artistes les plus engagés toutes scènes musicales confondues. Reliant musiques classique et électroniques, mondes physique et sensible, rarement un artiste aura produit de la musique instrumentale aussi évocatrice.

Compositrices, ces méconnues

De Sappho de Mytilène à Kaija Saariaho en passant par Clara Schumann, plusieurs femmes ont su déjouer les codes machistes du milieu pour passer à la composition. Si le paysage de la musique classique a largement été dominé par les hommes ces derniers siècles, les œuvres de leurs consœurs, pionnières ou contemporaines, sont tout aussi passionnantes. Défense et illustration de la composition au féminin en onze portraits musicaux.

Le retour en grâce de Wilhelm Backhaus

Géant de la musique classique allemande, Wilhelm Backhaus (1884-1969) est souvent apparu comme un rigoriste dénué de fantaisie. Son immense legs discographique pour Decca, encore assez rare à l’époque, est réédité aujourd’hui dans d’excellentes conditions. Il permet de réévaluer à la hausse une réputation trop souvent injuste. Backhaus nous apparaît singulièrement plus moderne qu’autrefois grâce à son respect du texte et à ses interprétations sans esbroufe qui cernent au mieux les compositeurs, depuis le premier enregistrement jamais réalisé d’un concerto, celui de Grieg, sévèrement abrégé en 1909, jusqu’à son dernier concert quelques jours avant sa mort.

Dans l'actualité...