Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

BBC Symphony Orchestra - Bliss: The Beatitudes, Introduction and Allegro & God Save the Queen

Mes favoris

Cet élément a bien été ajouté / retiré de vos favoris.

Bliss: The Beatitudes, Introduction and Allegro & God Save the Queen

BBC Symphony Orchestra, BBC Symphony Chorus, Andrew Davis, Ben Johnson

Livret Numérique

Disponible en
logo Hi-Res
24-Bit 96.0 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Choisissez la qualité audio : 

Pour bénéficier de ce tarif, abonnez-vous à Sublime+

La nouvelle cathédrale de Coventry fut édifiée dans un esprit de réconciliation après la destruction de l’édifice médiéval original au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un festival d’art fut organisé pour célébrer sa consécration en 1962 et à cette occasion, des œuvres majeures furent commandées à Britten, à Tippett et à Arthur Bliss (1891-1975). Deux d’entre elles, le War Requiem de Britten et The Beatitudes de Bliss devaient être exécutées dans la cathédrale. Finalement seule l’œuvre de Britten fut jouée dans le lieu pour lequel elle avait été conçue. En avril 1961, les festivités de consécration de la cathédrale furent commentées dans « The Times ». The Beatitudes de Bliss était cité comme la nouvelle œuvre majeure devant y être jouée. Or, « pour des raisons de logistique » quelque peu douteuses, le concert d’ouverture aurait lieu au Belgrade Theatre. Ce n’est que quelques semaines avant la création qu’il apprit que l’exécution de The Beatitudes aurait lieu dans un théâtre à l’acoustique défectueuse. Il est évident que, dès le départ, Bliss pensait que The Beatitudes serait exécutée dans la cathédrale, car l’instrumentation incluait une partie conçue pour son nouvel orgue. Bien sûr, en sa qualité de Maître de musique de la Reine, Bliss aurait pu camper sur ses positions et insister pour que préséance soit donnée à son œuvre, mais cela aurait été à l’encontre de ses valeurs profondes. Sans hésiter, il s’effaça donc devant son confrère plus jeune, pour le génie duquel il avait d’ailleurs une très grande admiration. Hélas, le déroulement de la création fut semé d’embûches. Dans son autobiographie, As I remember, Bliss nota que les critiques espéraient qu’une exécution de l’œuvre aurait lieu dans la cathédrale, le lieu qui lui revenait naturellement, “le plus rapidement possible”. Il fallut plus de cinquante ans avant que ceci se produise, en l’occurrence lors du Jubilé d’or de la cathédrale en 2012. Dans The Beatitudes sont repris les textes des neuf Béatitudes, un passage de l’Ancien Testament, des poèmes de trois métaphysiciens du dix-septième siècle et un poème du vingtième siècle.

Bien qu’il semblât à l’aube d’une brillante carrière en Grande-Bretagne, Bliss décida de s’installer aux États-Unis en 1923 pour une période indéterminée, y accompagnant son père qui souhaitait retourner dans sa patrie après avoir vécu en Angleterre pendant plus de trente ans. Nombreux sont ceux qui dans la situation de Bliss auraient hésité à interrompre leur carrière à un moment aussi critique, mais le lien entre père et fils était si fort que l’ambition personnelle du compositeur passa au second plan; de plus, Bliss, du fait de son ascendance à demi américaine, était curieux de voir le pays dont il partageait l’héritage. Le séjour de deux ans fut fondateur aussi pour son avenir : gardant l’excellente sonorité des orchestres états-uniens à l’oreille, Bliss composa, en 1926, l’Introduction et Allegro, qu’il dédia à Stokowski. Avec cette œuvre, la musique de Bliss progressait à grands pas vers la voix de la maturité, bien loin du caractère fébrile de ses œuvres d’après-guerre. Considérant que Bliss fut désigné Maître de musique de la Reine en 1953, il est étonnant que seize années se soient écoulées avant qu’il produise un arrangement pour chœur et orchestre de l’hymne national. C’est pour une tournée aux États-Unis en 1969 de la Royal Choral Society que Bliss composa sa version de God Save the Queen, mettant en musique les trois premières strophes. © SM/Qobuz

Plus d'info

Bliss: The Beatitudes, Introduction and Allegro & God Save the Queen

BBC Symphony Orchestra

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app
Ecouter sur Qobuz

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 40 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1 mois gratuit puis 9,99€ / mois.

The Beatitudes, F. 28

1
Prelude: A Troubled World 00:03:17

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

2
The Mount of Olives 00:04:33

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

3
First and Secon Beatitudes 00:03:39

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

4
Easter 00:06:04

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

5
I got me flowers to strew thy way 00:04:30

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

6
Third Beatitude 00:01:20

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

7
The lofty looks of man shall be humbled 00:03:58

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

8
Fourth Beatitude 00:02:11

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

9
The Call 00:03:53

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

10
Interlude 00:01:26

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

11
Fifth, Sixth, Seventh and Eighth Beatitudes 00:03:46

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

12
And Death shall have no Dominion 00:03:11

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

13
Ninth Beatitude 00:01:30

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

14
Voices of the mob 00:01:03

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

15
Epilogue: O Blessed Jesu 00:06:51

Ben Johnson, Artist - Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir - Arthur Bliss, Composer - Emily Birsan, Artist, MainArtist

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

Introduction and Allegro, F. 117

16
Introduction and Allegro, F. 117 00:12:09

Andrew Davis, Conductor - BBC Symphony Orchestra, Orchestra, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

God Save the Queen (arr. A. Bliss for choir and orchestra)

17
God Save the Queen (arr. A. Bliss for choir and orchestra) 00:02:59

Andrew Davis, Conductor - Anonymous, Composer - BBC Symphony Orchestra, Orchestra - BBC Symphony Chorus, Choir, MainArtist - Arthur Bliss, Composer

(C) 2018 Chandos (P) 2018 Chandos

Descriptif de l'album

La nouvelle cathédrale de Coventry fut édifiée dans un esprit de réconciliation après la destruction de l’édifice médiéval original au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un festival d’art fut organisé pour célébrer sa consécration en 1962 et à cette occasion, des œuvres majeures furent commandées à Britten, à Tippett et à Arthur Bliss (1891-1975). Deux d’entre elles, le War Requiem de Britten et The Beatitudes de Bliss devaient être exécutées dans la cathédrale. Finalement seule l’œuvre de Britten fut jouée dans le lieu pour lequel elle avait été conçue. En avril 1961, les festivités de consécration de la cathédrale furent commentées dans « The Times ». The Beatitudes de Bliss était cité comme la nouvelle œuvre majeure devant y être jouée. Or, « pour des raisons de logistique » quelque peu douteuses, le concert d’ouverture aurait lieu au Belgrade Theatre. Ce n’est que quelques semaines avant la création qu’il apprit que l’exécution de The Beatitudes aurait lieu dans un théâtre à l’acoustique défectueuse. Il est évident que, dès le départ, Bliss pensait que The Beatitudes serait exécutée dans la cathédrale, car l’instrumentation incluait une partie conçue pour son nouvel orgue. Bien sûr, en sa qualité de Maître de musique de la Reine, Bliss aurait pu camper sur ses positions et insister pour que préséance soit donnée à son œuvre, mais cela aurait été à l’encontre de ses valeurs profondes. Sans hésiter, il s’effaça donc devant son confrère plus jeune, pour le génie duquel il avait d’ailleurs une très grande admiration. Hélas, le déroulement de la création fut semé d’embûches. Dans son autobiographie, As I remember, Bliss nota que les critiques espéraient qu’une exécution de l’œuvre aurait lieu dans la cathédrale, le lieu qui lui revenait naturellement, “le plus rapidement possible”. Il fallut plus de cinquante ans avant que ceci se produise, en l’occurrence lors du Jubilé d’or de la cathédrale en 2012. Dans The Beatitudes sont repris les textes des neuf Béatitudes, un passage de l’Ancien Testament, des poèmes de trois métaphysiciens du dix-septième siècle et un poème du vingtième siècle.

Bien qu’il semblât à l’aube d’une brillante carrière en Grande-Bretagne, Bliss décida de s’installer aux États-Unis en 1923 pour une période indéterminée, y accompagnant son père qui souhaitait retourner dans sa patrie après avoir vécu en Angleterre pendant plus de trente ans. Nombreux sont ceux qui dans la situation de Bliss auraient hésité à interrompre leur carrière à un moment aussi critique, mais le lien entre père et fils était si fort que l’ambition personnelle du compositeur passa au second plan; de plus, Bliss, du fait de son ascendance à demi américaine, était curieux de voir le pays dont il partageait l’héritage. Le séjour de deux ans fut fondateur aussi pour son avenir : gardant l’excellente sonorité des orchestres états-uniens à l’oreille, Bliss composa, en 1926, l’Introduction et Allegro, qu’il dédia à Stokowski. Avec cette œuvre, la musique de Bliss progressait à grands pas vers la voix de la maturité, bien loin du caractère fébrile de ses œuvres d’après-guerre. Considérant que Bliss fut désigné Maître de musique de la Reine en 1953, il est étonnant que seize années se soient écoulées avant qu’il produise un arrangement pour chœur et orchestre de l’hymne national. C’est pour une tournée aux États-Unis en 1969 de la Royal Choral Society que Bliss composa sa version de God Save the Queen, mettant en musique les trois premières strophes. © SM/Qobuz

À propos

Distinctions :

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...
À découvrir également
Par BBC Symphony Orchestra
Dans la même thématique...
Christmas Holidays Vocal Arts Ensemble of Cincinnati Écouter ou acheter
Matthaüs-Passion [Recording 2000] Dorothea Röschmann, Bernarda Fink, Elisabeth von Magnus, Christoph Prégardien, Michael Schade, Oliver Widmer, Nikolaus Harnoncourt & Concentus musicus Écouter ou acheter
Bach: Magnificat BWV243/Vivaldi: Gloria RV589 Bach: Magnificat BWV243/Vivaldi: Gloria RV589 Écouter ou acheter
Les Grands Angles...
Karajan dirige la Sixième de Sibelius

Herbert von Karajan, l'un des interprètes les plus marquants de la musique de Sibelius, a enregistré en 1967 une version mémorable de la Sixième Symphonie. Sa plus belle version de cette œuvre, et peut-être aussi son enregistrement Sibelius le plus fascinant.

Le pèlerinage de Gardiner à travers les Cantates de Bach

John Eliot Gardiner a grandi sous un des deux portraits authentiques de Johann Sebastian Bach que ses parents avaient jalousement gardé, en le cachant dans leur ferme du Dorset pendant la Seconde Guerre mondiale. Devenu l’un des « papes » de la musique baroque, la dévotion totale de Gardiner à Bach a produit un ouvrage passionnant, Musique au château du ciel, paru en français chez Flammarion. « Comment une œuvre aussi sublime a-t-elle pu jaillir d’un homme aussi ordinaire et si opaque », se demande Gardiner dans un ouvrage empli de tendresse et d’une rare érudition, qui n’est pas une nouvelle biographie du compositeur allemand, mais la somme de sa propre expérience d’interprète lui dictant des considérations esthétiques et une analyse sensible des fondements harmoniques, contrapuntiques et polyphoniques de son œuvre. Une tentative réussie de découvrir l’homme à travers sa musique.

Gounod romantique et mystique

Artisan majeur du renouveau de la musique française dans la seconde moitié du XIXe siècle aux côtés de son aîné, Berlioz, qu’il admirait, et de ses disciples, Bizet, Saint-Saëns, Massenet qui vénéraient sa foi en l’Art, Charles Gounod (1818-1893), mystique et charmeur, romantique en quête d’un nouveau classicisme, doit sa célébrité à quelques chefs-d’œuvre qui réduisent son envergure. Une discographie en plein essor permet de découvrir sa musique dans sa diversité : instrumentale, vocale, sacrée et lyrique.

Dans l'actualité...