Qobuz Store wallpaper
Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Rickie Lee Jones|Balm in Gilead

Balm in Gilead

Rickie Lee Jones

Disponible en
16-Bit CD Quality 44.1 kHz - Stereo

Musique illimitée

Écoutez cet album en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cet album

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cet album sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Téléchargement digital

Téléchargez cet album dans la qualité de votre choix

Ce titre sibyllin (qui servit aussi pour des chansons d’Archie Shepp et de Nina Simone) vient, 30 ans après sa révélation, saluer le retour, attendu par personne dans le monde de Lady Gaga, d’une chanteuse majeure, Rickie Lee Jones.

1979, donc : les charts new wave laisse place à une ballade à forte teneur en bourbon, « Chuck E’s in Love », un hymne de bar enfumé, irrésistible. En même temps, la pochette d’un premier album révèle une beauté vénéneuse en béret de laine rouge, qu’on sait amie de beuverie de Tom Waits, et qui orne sans tarder la une du magazine Rolling Stone, tout en jambes, préfiguration avant la lettre de la MILF triomphante.

Depuis, Rickie Lee Jones a vécu, à peu près tout expérimenté de la vie, et est revenue en 2003, avec un album somptueux, The Evening of My Best Day. Elle en reprend le producteur, et nous invite dans un douzième album studio meublé de tapis moelleux, pour une parenthèse languide et profondément musicale. Des chansons qui lui tiennent à cœur, qu’elle a amassé et incubé tout au long de 25 ans écoulés, et qui évoluent sans contrainte entre folk racé et jazz esthète.

« Old Enough »,
par exemple, duo avec Ben Harper (on croise en outre Alison Krauss, Vic Chesnutt, Bill Frisell et Victoria Williams sur cet album) est une façon de rhythm and blues boisé et cuivré. « Bonfires In Hell », une chanson de rupture cotonneuse, et « Rehab », une sorte de folk rap, possiblement inspiré par la pièce de Lanford Wilson « Balm In Gilead », en 1965, dépeignant le monde interlope (prostitués des deux sexes, voleurs à la tire, toxicos) d’un café new-yorkais. Nous sommes convoqués là au cœur profond de l’americana, l’ambiance est au chagrin et à l’illumination, à la nostalgie et à la sensualité digne d’une femme dont la voix vous susurre à l’oreille ses histoires les plus personnelles.

L’instrumentation est parfois si ténue (une guitare acoustique sur le touchant « Moon Is Made of Gold », puis des sifflements) qu’on est hypnotisé par le velours de cette voix jazzy, mais si proche, si complice et incarnée, loin de la distanciation glacée des jazzwomen blondes du moment (Melody Gardot mise à part). La Duchesse de Coolville (le Time la surnomma ainsi, elle en fit un titre d’album) est ici au sommet de sa distinction, avec un album hors du temps, apaisant comme le baume qui lui donne son nom.
© ©Copyright Music Story 2015

Plus d'informations

Balm in Gilead

Rickie Lee Jones

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cet album et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

1
Wild Girl
00:04:46

Rickie Lee Jones, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

2
Old Enough
00:04:21

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

3
Remember Me
00:02:44

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

4
The Moon Is Made of Gold
00:03:00

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

5
His Jeweled Floor
00:06:32

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

6
Eucalyptus Trail
00:03:58

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

7
The Blue Ghazel
00:04:51

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

8
The Gospel of Carlos, Norman and Smith
00:04:19

Rickie Lee Jones, MainArtist, ComposerLyricist - David Kalish, ComposerLyricist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

9
Bonfires
00:04:15

Rickie Lee Jones, MainArtist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

10
Bayless St.
00:04:05

Rickie Lee Jones, MainArtist, ComposerLyricist - David Kalish, ComposerLyricist

℗ 2009 Concord Music Group Inc.

Descriptif de l'album

Ce titre sibyllin (qui servit aussi pour des chansons d’Archie Shepp et de Nina Simone) vient, 30 ans après sa révélation, saluer le retour, attendu par personne dans le monde de Lady Gaga, d’une chanteuse majeure, Rickie Lee Jones.

1979, donc : les charts new wave laisse place à une ballade à forte teneur en bourbon, « Chuck E’s in Love », un hymne de bar enfumé, irrésistible. En même temps, la pochette d’un premier album révèle une beauté vénéneuse en béret de laine rouge, qu’on sait amie de beuverie de Tom Waits, et qui orne sans tarder la une du magazine Rolling Stone, tout en jambes, préfiguration avant la lettre de la MILF triomphante.

Depuis, Rickie Lee Jones a vécu, à peu près tout expérimenté de la vie, et est revenue en 2003, avec un album somptueux, The Evening of My Best Day. Elle en reprend le producteur, et nous invite dans un douzième album studio meublé de tapis moelleux, pour une parenthèse languide et profondément musicale. Des chansons qui lui tiennent à cœur, qu’elle a amassé et incubé tout au long de 25 ans écoulés, et qui évoluent sans contrainte entre folk racé et jazz esthète.

« Old Enough »,
par exemple, duo avec Ben Harper (on croise en outre Alison Krauss, Vic Chesnutt, Bill Frisell et Victoria Williams sur cet album) est une façon de rhythm and blues boisé et cuivré. « Bonfires In Hell », une chanson de rupture cotonneuse, et « Rehab », une sorte de folk rap, possiblement inspiré par la pièce de Lanford Wilson « Balm In Gilead », en 1965, dépeignant le monde interlope (prostitués des deux sexes, voleurs à la tire, toxicos) d’un café new-yorkais. Nous sommes convoqués là au cœur profond de l’americana, l’ambiance est au chagrin et à l’illumination, à la nostalgie et à la sensualité digne d’une femme dont la voix vous susurre à l’oreille ses histoires les plus personnelles.

L’instrumentation est parfois si ténue (une guitare acoustique sur le touchant « Moon Is Made of Gold », puis des sifflements) qu’on est hypnotisé par le velours de cette voix jazzy, mais si proche, si complice et incarnée, loin de la distanciation glacée des jazzwomen blondes du moment (Melody Gardot mise à part). La Duchesse de Coolville (le Time la surnomma ainsi, elle en fit un titre d’album) est ici au sommet de sa distinction, avec un album hors du temps, apaisant comme le baume qui lui donne son nom.
© ©Copyright Music Story 2015

À propos

Améliorer cette page album

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?

Les promotions du moment...

Crime Of The Century [2014 - HD Remaster]

Supertramp

Parachutes

Coldplay

Parachutes Coldplay

Prospekt's March

Coldplay

Prospekt's March Coldplay

Aqualung

Jethro Tull

Aqualung Jethro Tull
À découvrir également
Par Rickie Lee Jones

Kisses On The Run

Rickie Lee Jones

Kisses On The Run Rickie Lee Jones

Rickie Lee Jones

Rickie Lee Jones

Rickie Lee Jones Rickie Lee Jones

Traffic From Paradise

Rickie Lee Jones

Traffic From Paradise Rickie Lee Jones

Pop Pop

Rickie Lee Jones

Pop Pop Rickie Lee Jones

It's Like This

Rickie Lee Jones

It's Like This Rickie Lee Jones
Dans la même thématique...

In These Silent Days

Brandi Carlile

In These Silent Days Brandi Carlile

Random Access Memories (Hi-Res Version)

Daft Punk

Chemtrails Over The Country Club

Lana Del Rey

Reprise

Moby

Reprise Moby

...‘Til We Meet Again - Live

Norah Jones

Les Grands Angles...
Les 1001 visages de David Bowie

Star singulière et géniale, David Bowie n'aura cessé de se réinventer à travers une discographie protéiforme et fascinante. Un cas unique dans l'histoire du rock.

Kraftwerk, 50 ans d'avance

Groupe de musique électronique le plus influent de l’histoire, Kraftwerk, fondé par le duo Ralf Hütter et Florian Schneider, qui s’est éteint le 6 mai 2020 des suites d’un cancer, a toujours été en avance sur son temps. En avance sur la technologie, sur la composition, sur les performances scéniques, les Allemands ont prouvé au grand public que les machines étaient aussi capables d’émotions et ouvert la voie pour la techno, la new wave et même le hip-hop.

Boris Vian, la zizique avant tout

Boris Vian n’a pas seulement donné son nom à des établissements scolaires et des médiathèques. Il fut un artiste et créateur quasi complet, et la musique, qu’il composait, produisait, écrivait et parfois chantait, a rythmé sa vie fulgurante, conclue à l’âge de 39 ans dans une salle de cinéma en 1959. Pour fêter en fanfare les 100 ans de sa naissance, Qobuz vous propose une partition biographique.

Dans l'actualité...