Christophe Rousset / Les Talens Lyriques Lully : Bellérophon

Lully : Bellérophon

Christophe Rousset / Les Talens Lyriques

Hi-Res 24-bit – 88.20 kHz

Includes: 1 Digital booklet

Released on August 5, 2014 by Aparté

Main artist: Christophe Rousset

Genre: Classical > Opera > Full Operas

Distinctions: 4F de Télérama (March 2011) - Choc de Classica (April 2011) - Diapason découverte (March 2011) - Hi-Res Audio (March 2012)

Choose your download
Add to basket
Improve this album page

Streaming quality

MP3 (CBR at 320 kbps)

FLAC (16-bit/44.1 kHz)

1.45

Web Player
Display track details

Album : 2 disks - 67 tracks Total length : 02:13:17

    DISC 1
    Bellérophon (Jean-Baptiste Lully)
  1. 1 Ouverture

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  2. 2 Prologue : Petit prélude : Apollon ; Apollon et les Muses : Préparons nos concerts !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  3. 3 Prologue : Marche pour l’entrée de Bacchus et de Pan

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  4. 4 Prologue : Bacchus ; Pan : Du fameux bord de l’Inde

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  5. 5 Prologue : Chœur d’Apollon et des Muses : Chantons, chantons le plus grand des mortels !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  6. 6 Prologue : Chanson d’un berger (Menuet I) : Pourquoi n’avoir pas le cœur tendre ?

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  7. 7 Prologue : Entrée des Aegipans et des Ménades

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  8. 8 Prologue : Menuet pour les bergers

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  9. 9 Prologue : Bacchus et Pan : Tout est paisible sur la terre

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  10. 10 Prologue: Apollon : Quittez, quittez, de si vaines chansons !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  11. 11 Prologue : Chœur d’Apollon, des Muses, de Bacchus et de Pan : Pour ce grand roi, redoublons nos effo

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  12. 12 Prologue : Ouverture (reprise)

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  13. 13 Acte I, sc. 1 : Sténobée, Argie : Non, les soulèvements d’une ville rebelle

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  14. 14 Acte I, sc. 2 : Sténobée, Philonoë : Reine, vous savez qu’en ce jour

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  15. 15 Acte I, sc. 3 : Sténobée, Argie : Et je croyais qu’une ardeur

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  16. 16 Acte I, sc. 4 : Prélude ; Le Roi, Sténobée ; Bruit de trompettes ; Sténobée ; Marche des Amazones et

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  17. 17 Acte I, sc. 5 : Le Roi, Bellérophon : Venez, venez goûter les doux fruits de la gloire

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  18. 18 Acte I, sc. 5 : Chœur des Amazones et des Solymes : Quand un vainqueur est tout brillant de gloire

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  19. 19 Acte I, sc. 5 : Premier air

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  20. 20 Acte I, sc. 5 : Second air; Chœur des Amazones et Solymes : Faisons cesser nos alarmes

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  21. 21 Acte II, sc. 1 : Ritournelle ; Philonoë, deux Amazones : Amour mes vœux sont satisfaits

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  22. 22 Acte II, sc. 2 : Prélude ; Bellérophon, Philonoë : Princesse, tout conspire à couronner ma flamme

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  23. 23 Acte II, sc. 3 : Sténobée, Bellérophon : Ma présence ici te fait peine ?

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  24. 24 Acte II, sc. 4 : Sténobée, Argie : Tu me quittes, cruel, arrête !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  25. 25 Acte II, sc. 5 : Ritournelle ; Sténobée, Amisodar : Vous me jurez sans cesse une amour éternelle

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  26. 26 Acte II, sc. 6 : Amisodar : Que ce jardin se change en désert affreux

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  27. 27 Acte II, sc. 6 : Premier air

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  28. 28 Acte II, sc. 7 : Amisodar, Magiciens : Parle, nous voilà prêts, tout nous sera possible

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  29. 29 Acte II, sc. 7 : Second air

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  30. 30 Acte II, sc. 7 : Chœur des Magiciens, Amisodar : La terre nous ouvre

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  31. DISC 2
  32. 1 Acte III, sc. 1 : Ritournelle

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  33. 2 Acte III, sc. 1 : Sténobée, Argie : Quel spectacle charmant pour mon cœur amoureux !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  34. 3 Acte III, sc. 2 : Prélude ; Le Roi, Sténobée : Que de malheurs accablent la Lycie !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  35. 4 Acte III, sc. 3 : Le Roi, Bellérophon : Vous venez consulter l’oracle d’Apollon ?

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  36. 5 Acte III, sc. 4 : Le Roi, Philonoë, Bellérophon : Seigneur, à votre voix je viens joindre la mienne

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  37. 6 Acte III, sc. 5 : La Marche du Sacrifice ; 1er Chœur de Peuple : Le malheur qui nous accable

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  38. 7 Acte III, sc. 5 : Le Sacrificateur ; 2ème Chœur de Peuple ; Le Sacrificateur ; Symphonie ; 3ème Chœu

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  39. 8 Acte III, sc. 5 : Ritournelle ; Le Sacrificateur : Tout m’apprend qu’Apollon dans mes vœux s’intéres

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  40. 9 Acte III, sc. 5 : 6ème Chœur de Peuple : Assez de pleurs

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  41. 10 Acte III, sc. 5 : Le Sacrificateur : Digne fils de Latone et du plus grand des dieux !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  42. 11 Acte III, sc. 5 : La Pythie : Gardez tous un silence extrême !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  43. 12 Acte III, sc. 5 : Apollon ; Le Roi – Symphonie : Que votre crainte cesse !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  44. 13 Acte III, sc. 6 : Ritournelle ; Bellérophon, Philonoë : Dans quel accablement cet oracle me laisse !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  45. 14 Acte III, sc. 6 : Entracte

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  46. 15 Acte IV, sc. 1 : Ritournelle : Amisodar : Quel spectacle charmant pour mon cœur amoureux !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  47. 16 Acte IV, sc. 2 : Argie, Amisodar : Il faut pour contenter la reine

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  48. 17 Acte IV, sc. 2 : Chœur - voix derrière le théâtre, Amisodar : Tout est perdu le monstre avance !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  49. 18 Acte IV, sc. 3 : Une Napée, une Dryade : Plaignons les maux qui désolent ces lieux !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  50. 19 Acte IV, sc. 4 : Dieux des bois, une Napée, une Dryade : Les forêts sont en feu, le ravage s’augment

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  51. 20 Acte IV, sc. 5 : Le Roi, Bellérophon : Ah, Prince ! Où vous emporte une ardeur trop guerrière ?

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  52. 21 Acte IV, sc. 6 : Bellérophon, seul : Heureuse mort, tu vas me secourir

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  53. 22 Acte IV, sc. 7 : Prélude

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  54. 23 Acte IV, sc. 7 : Pallas, Bellérophon : Espère en ta valeur, Bellérophon, espère !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  55. 24 Acte IV, sc. 7 : Chœur de Peuple : Quel horreur ! Quel affreux ravage !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  56. 25 Acte IV, sc. 7 : Entr’acte

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  57. 26 Acte V, sc. 1 : Prélude

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  58. 27 Acte V, sc. 1 : Le Roi : Préparez vos chants d’allégresse !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  59. 28 Acte V, sc. 1 : Chœur de Peuple : Viens, digne sang des dieux, jouir de ta victoire !

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  60. 29 Acte V, sc. 1 : Le Roi, Philonoë : Et toi, ma fille, abandonne ton âme

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  61. 30 Acte V, sc. 1 : Chœur de Peuple : Ô jour pour la Lycie à jamais glorieuse

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  62. 31 Acte V, sc. 2 : Pallas, Le Roi, Bellérophon, Philonoë, Chœur de Peuple

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  63. 32 Acte V, sc. 3 : Symphonie

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  64. 33 Acte V, sc. 3 : Pallas : Connaissez le fils de Neptune ; Symphonie

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  65. 34 Acte V, sc. 3 : Bellérophon, Philonoë : Enfin je vous revois princesse incomparable ; Le Roi : Jouis

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  66. 35 Acte V, sc. 3 : Chœur de Peuple : Le plus grand des héros rend le calme à la terre

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  67. 36 Acte V, sc. 3 : Premier air

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

  68. 37 Acte V, sc. 3 : Second air – Fanfare ; Chœur de Peuple : Les plaisirs nous préparent leurs charmes

    Cyril Auvity, tenor - Ingrid Perruche, soprano - Jean Teitgen, tenor - Céline Scheen, soprano - Jennifer Borghi, soprano - Evgueniy Alexiev, tenor - Robert Getchell, tenor - Chœur de Chambre de Namur - Les Talens Lyriques - Christophe Rousset, conductor

About

Details of original recording:

Enregistré en concert à la Cité de la musique en décembre 2010
Jean-Baptiste Lully (1632-1687)

Bellérophon, tragédie lyrique sur un livret de Thomas Corneille (1625-1709)


Prologue
Robert Getchell, ténor (Bacchus)
Evgueniy Alexiev, ténor (Pan)
Jean Teitgen, ténor (Apollon)
Cyril Auvity, ténor (un berger)
Jennifer Borghi & Céline Scheen, sopranos (deux muses)

Tragédie
Cyril Auvity, ténor (Bellérophon)
Céline Scheen, soprano (Philonoë, Napée)
Ingrid Perruche, soprano (Sténobée, Amazone)
Jennifer Borghi, soprano (Argie, Pallas, 2e Amazone, Dryade)
Evgueniy Alexiev, ténor (Jobathe, roi de Lycie)
Jean Teitgen, ténor (Amisodar, Apollon, Dieu des bois, Sacrificateur)
Robert Getchell, ténor (La Pythie, Dieux des bois)
Chœur de Chambre de Namur
Les Talens Lyriques
Direction Christophe Rousset


PROLOGUE – Le théâtre représente le Mont Parnasse. Apollon y est assis, accompagné des neuf Muses qui sont aussi assises des deux côtés. Louis XIV, héros pacificateur, est loué par Apollon qui invite Pan et Bacchus à se joindre à ses chants d'allégresse. Des troupes de bergers et de bergères, d'Aegipans et de Ménades les suivent et célèbrent le temps revenu de l'amour. En l’honneur du roi, Apollon imagine un spectacle pompeux retraçant l’histoire de Bellérophon.

ACTE I – La ville de Patare, capitale du royaume de Lycie.
Veuve du défunt Prétus, roi d'Argos, Sténobée confie à Argie les raisons de sa venue en Lycie : elle souhaite offrir la couronne de son royaume à Bellérophon. Rendu jaloux par les accusations de Sténobée, son époux avait exilé Bellérophon à la cour de Jobate, roi de Lycie. La fille de Jobate, Philonoë, paraît et apprend à Sténobée qu’elle doit être unie à un époux. Mais elle ne sait encore s’il s’agira de celui qu’elle aime… Bellérophon. Désespérée par cette nouvelle, Sténobée songe à se venger. Elle se tourne vers le prince Amisodar, dont les enchantements sont capables de faire naître un monstre affreux qui ravagera la contrée. Le roi Jobate annonce à la foule qu’il a fait choix de Bellérophon comme gendre. Sténobée lui rappelle avec indignation que son époux avait envoyé ce prince en Lycie pour être mis à mort : elle jure de venger la mémoire de Prétus. Accompagné d’une troupe de Solymes et d’Amazones, Bellérophon paraît pour apprendre son union prochaine avec Philonoë. Le peuple manifeste sa joie par une grande fête.

ACTE II – Un jardin délicieux, au milieu duquel paraît un berceau en forme de dôme, soutenu à l'entour de plusieurs thermes ; au travers de ce berceau, on découvre trois allées, dont celle du milieu est terminée par un superbe palais en éloignement. Les deux autres finissent à perte de vue. Tout à la joie de ses noces, Philonoë chante les louanges de son époux. Celui-ci la rejoint et unis ses chants de bonheur aux siens. Les amants se séparent lorsque survient Sténobée, repoussée par Bellérophon qui lui reproche de le harceler. Désarmée par ce rejet, la reine lui avoue ses sentiments mais le prince, indifférent, la quitte. Argie pousse alors sa maîtresse à la vengeance. Sténobée commande à Amisodar de troubler les fêtes du mariage en faisant paraître un monstre affreux. Une cérémonie infernale voit naître différentes créatures qui s’unissent en un colosse terrible : la Chimère.

ACTE III – Argie regrette d’avoir poussé la reine dans une telle extrémité et se lamente des ravages causés par le monstre. Obnubilée par sa vengeance, Sténobée tente de persuader Jobate que Bellérophon est seul responsable des malheurs qui frappent son royaume. Le héros propose alors d’affronter le monstre, ce qui pousse Philonoë au désespoir, persuadée de la perte de celui qu’elle aime. Apollon est invoqué pour venir en aide au royaume : la Pythie qui paraît annonce qu’un des fils de Neptune terrassera le monstre mais que la princesse devra s’unir à lui. Les deux amants, sont anéantis par la nouvelle et ne peuvent résoudre à se séparer.

ACTE IV – Des rochers fort hauts et fort escarpés, couverts de sapins et d'autres solitaires. Au fond parait un rocher de la même hauteur et garni des mêmes arbres. Il est percé par trois grottes au travers desquelles on découvre un paysage à perte de vue. Les méfaits de la Chimère sur le royaume de Lycie réjouissent Amisodar, qui pense en retirer l’amour de Sténobée. Aussi est-il interloqué lorsqu’Argie lui fait part de la demande de la reine de faire disparaître le monstre. Il ne peut s’y résoudre. Les dieux des bois se lamentent du feu qui consume les forêts. Bellérophon promet de terrasser le monstre et refuse de suivre Jobate qui veut calmer les dieux en offrant un sacrifice à Neptune. Le théâtre change et représente un paysage rempli de feu et de fumée, pour marquer le dégât que fait la chimère dans le pays. Bellérophon se prépare au combat. Un nuage couvre la scène et laisse paraître Pallas dans toute sa gloire : celle-ci seconde le héros et l’invite à rejoindre un char de triomphe vide à ses côtés. Lorsque le monstre se présente, Bellérophon, chevauchant Pégase, fond sur elle et, à la troisième attaque, la blesse mortellement. Les peuples célèbrent cette victoire par une fête joyeuse.

ACTE V – Une avant-cour d'un palais qui paraît être élevé dans la gloire. On y monte par deux grands degrés qui forment les deux côtés de cette décoration en ovale et qui sont enfermés par deux grands bâtiments d'architecture d'une hauteur extraordinaire. Les deux degrés et les galeries qui les environnent sont remplis de peuples de la Lycie, assemblés en ce lieu pour y recevoir Bellérophon que Pallas doit ramener, après la défaite de la Chimère. Jobate annonce le retour de Bellérophon, que Neptune a reconnu pour fils. Ses noces avec Philonoë sont le prix de sa victoire. Sténobée paraît et avoue être à l’origine des maux de la Lycie : pour abjurer son crime elle s’est empoisonnée et meurt. Bellérophon descend des cieux aux côtés de Pallas. Le peuple l’acclame et célèbre son union : « Le plus grand des héros rend le calme à la terre ; il fait cesser les horreurs de la guerre. »


BELLEROPHON
Par Jean Duron
Madame de Montespan eut enfin raison de Philippe Quinault. Délaissée par le roi en ce début de 1676, elle enrageait : Louis lui préférait en effet l’une des filles d’honneur de la duchesse d’Orléans. Cette Mme de Ludres n’avait pas même trente ans et Mme de Sévigné soulignait sa « divine beauté ». Le monarque pourtant balançait et en juillet, la Montespan pouvait triompher de nouveau. Mais dès le printemps suivant, la belle Lorraine avait su tout à la fois « réveillé les désirs du roi » (Primi Visconti)… et la colère de la marquise. Témoin privilégié, Mme de Sévigné se délectait dans ses lettres des persécutions que la « pauvre Io » subissait de la part de la « belle Isis ».

Isis, tragédie lyrique de Quinault et de Lully, parut peu avant ce retour en grâces – c’était en janvier 1677 – et l’œuvre tint l’affiche tout au long de l’année. La pièce avait été écrite à la fin de 1676 alors que la Montespan rayonnait de sa victoire provisoire. Il est donc bien peu probable que le librettiste ait cherché à prédire, dans cet opéra, le royal revirement, ni s’amuser à conter les déboires de la favorite. Pourtant, Isis catalysa toutes les rumeurs. Dès la création de l’œuvre, la cour fit le rapprochement entre les persécutions que Junon « tonnante et triomphante » infligeait sur scène à Io, et celles bien réelles qu’endurait Mme de Ludres. Elle le faisait d’autant plus naturellement que, dans le Jupiter du théâtre, l’allusion à Louis était, quant à elle, parfaitement limpide : l’opéra servit donc aux ragots et Quinault tomba malencontreusement en disgrâce.

C’est ainsi que Lully fit appel à Thomas Corneille pour son prochain opéra. Ce poète avait obtenu peu avant (en 1675) un beau succès avec une Circé, « tragédie ornée de machines, de changemens de theatre, & de musique », celle-ci ayant été composée par Marc-Antoine Charpentier. Pressé par le temps, contrarié par l’obligation de se séparer de son librettiste, probablement désorienté aussi par une nouvelle méthode de travail, Lully se borna à transformer la comédie de Psyché de 1671 en tragédie lyrique : les vers de Th. Corneille furent « faits & mis en Musique en trois semaines » (Mercure galant) et l’œuvre put être créée en avril 1678, l’année de la parution de La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette. Mais, cette Psyché n’eut pas le succès escompté et Th. Corneille songea à renoncer au théâtre lyrique. Ce qu’il aurait peut-être fait sans l’intervention du roi qui souhaita le voir travailler à un nouvel opéra. C’est ainsi que Corneille « se rembarqua sur cette mer orageuse » (Maupoint) et proposa le sujet d’une nouvelle tragédie pour 1679. Le choix se porta sur le personnage de Bellérophon. Choix curieux au demeurant puisque ce sujet reprenait, en le modifiant, celui d’une tragédie déclamée que Quinault, le disgracié, avait composée en 1671, peu avant sa première tragédie lyrique Cadmus & Hermione. L’œuvre avait été représentée à l’Hôtel de Bourgogne et avait obtenu un beau succès – Étienne Gros estime même qu’elle servit de modèle à Phèdre de Racine. Le succès de cette pièce de Quinault peut expliquer le choix fait par Corneille et Lully. Quant à Quinault, il trouva peut-être là une sorte de consolation.

Le sujet parut d’actualité. La figure de ce chevalier corinthien, glorieux vainqueur des Amazones et des Solymes, acclamé par le peuple de Lycie qu’il avait délivré de la Chimère, renvoyait éminemment à celle du roi Louis XIV, qui venait de prendre vaillamment Gand et Ypres sur le front du Nord. La signature du traité de Nimègue eut lieu en février 1679, au moment où la tragédie lyrique était créée sur le théâtre de l’Académie royale de musique. La gloire de Bellérophon faisait ainsi écho à celle du monarque dont le « règne était à son zénith » (Fr. Bluche). Avec l’Espagne pointait également un espoir de paix, et, dans cette pièce qui s’achevait sur l’union du héros Bellérophon avec Philonoë, l’on pouvait entrevoir la perspective du mariage princier qui se négociait alors : ce fut celui de Marie-Louise d’Orléans, la « jeune Mademoiselle », avec le roi d’Espagne Charles II – Bellérophon fut repris à cette occasion, en août 1679. Ainsi, sur le vaste théâtre du monde, Louis XIV s’imposait en artisan de la paix d’Europe, de cette paix si favorable aux arts : « La protection qu’il donne aux beaux Arts les a toûjours fait joüir, pendant le cours même de la Guerre, de l’heureuse tranquillité qui leur est si nécessaire » (Avant-propos du livret). Et pour que le message soit clair, Th. Corneille composa un prologue donnant à voir Apollon, près de la fontaine d’Hélicon, entouré des neuf Muses et saluant le souverain : « Le plus grand Roy de l’Univers/ Vient d’asseurer le repos de la Terre ». Et le dieu de justifier le sujet de la tragédie qui allait suivre : « Célébrons à ses yeux l’heureux Évènement,/ Qui jadis au Parnasse a donné la naissance ». Dans l’Avant-propos de son livret, Corneille s’était expliqué sur cette allusion : « Chacun sçait que ce Héros [Bellérophon] combatit autrefois la Chimère, monté sur Pégase, & que ce fut d’un coup de pied de ce Cheval que nâquit la fameuse Fontaine qui inspire les Vers, & qui a fait naître la Poësie ».

Le sujet de Bellérophon tombait donc à point nommé. De façon plus anecdotique, le public pouvait reconnaître dans la Chimère – ce « monstre affreux » qui ruinait le royaume de Lycie – l’allégorie des Réformés, contre lesquels Louis XIV promulgait alors « une triste série d’édits contraignants » (Fr. Bluche). Quelque part aussi, le personnage du « sçavant magicien », Amisodar, rappelait la sombre affaire des poisons qui rebondissait, précisément à cette époque, avec l’arrestation de la Voisin soupçonnée de sorcellerie et de magie noire. Enfin, l’image de Bellérophon lui-même, dompteur de Pégase et vainqueur des Amazones, arrivait à propos pour célébrer la construction, à Versailles et précisément à cette époque, de la petite et de la grande Écurie : en effet, le personnage de Bellérophon était de longue date associé à l’hippiatrique et à la cavalerie – voir par exemple le beau traité de cavalerie écrit par Georg Simon Winter, Bellerophon sive eques peritus et Hippiater expertus, Nuremberg, 1678.

Enfin, par son côté chevaleresque, le sujet de Bellérophon ne pouvait que plaire à Louis, qui dans sa jeunesse s’était délecté de romans à la mode. Peut-être lui avait-on lu le fameux Polexandre de Gomberville qui avait fait l’objet d’une nouvelle édition « revue, changée et augmentée » en 1637 chez Augustin Courbé. Dans la troisième partie de ce roman dédié à Louis XIII, paraissait un chevalier Bellérophon combattant un serpent prodigieux, mais mourant, dévoré par la bête. Cet ouvrage de Gomberville – et non point de Jean de Gombaud comme il est trop souvent indiqué – servit de modèle au Ballet d’Alcidiane dansé par le jeune Louis XIV en 1658.

Comme on peut s’y attendre, la réalisation de Bellérophon ne fut pas sans problèmes et l’écriture de la pièce avec le poète s’avéra fort laborieuse. Pour Thomas Corneille (qui écrira plus tard, en 1693, le beau livret de Médée mis en musique par Charpentier), c’était une grande première ; quant à Lully, il devait se passer de Quinault, s’adapter à un nouvel auteur et donc à une nouvelle manière de gérer les « paroles de musique ». De penser aussi la structure générale de la pièce. Il fallut tout d’abord le secours de Fontenelle et de Boileau, celui-ci raillant perfidiment les difficultés que rencontrait Lully avec ce texte : « Corneille lui avait fait un opéra où il ne comprenait rien ». Th. Corneille, désemparé, s’en fut même consulter Quinault, qui « commença par lui retrancher la moitié de sa Pièce, tellement que pour sept ou huit cent Vers qu’elle contient, Corneille fut contraint d’en faire deux mille » (Boscheron). Lully fut intraitable avec le poète, et Beauchamps de rapporter que « La scene des Nôces, fut faite contre le sentiment de l’auteur, & seulement pour fournir des vers à la musique ».

Malgré tout, la composition de l’œuvre arriva à son terme et Bellérophon fut créé au Palais Royal le 31 janvier 1679 avec des décors de Carlo Vigarani ; la pièce plut et « tint le théâtre pendant neuf mois ». Le rôle-titre était chanté par Mr Clédière, celui de Sténobée par Mlle Saint-Christophe ; Mr Beaumavielle jouait Jobate et Mlle Aubry, Philonoë. L’année suivante, le 26 janvier 1680, l’œuvre fut donnée à Saint-Germain-en-Laye en présence de Louis XIV : l’œuvre « plut tant au roi, qu’il en fit repeter deux fois […] des endroits qu’il avoit trouvé beaux » (Beauchamps). En 1680, l’on poursuivit les représentations parisiennes en alternance avec Proserpine – pour laquelle Quinault avait retrouvé ses droits – et, par la suite, Bellérophon fut souvent repris, notamment en 1682, 1688 (Lyon et Avignon), 1705, 1707 (Bruxelles), 1718, 1728, 1745… mais aussi en 1773 « refait en partie d’après celui de Lulli par Pierre Berton ». Privée de la musique de Lully, la tragédie de Corneille poursuivit son chemin et fut « remise en musique par Stanislas Champein » en 1779 (manuscrit BnF).

Le travail en commun de Th. Corneille et Lully n’eut pourtant pas que des inconvénients ; même si leur collaboration s’arrêta là – la disgrâce de Quinault prit fin peu après la création de l’opéra –, il est incontestable qu’elle eut des conséquences extrêmement positives sur l’évolution de la tragédie lyrique. Même s’il est toujours difficile de déterminer avec précision les changements qu’entraîne sur un compositeur la collaboration avec un nouveau librettiste, il est indéniable que Th. Corneille, dans sa manière de concevoir l’action, dans l’organisation des vers, dans le choix et la couleur des mots, a permis à Lully de s’exprimer différemment. Quelques années plus tard, en 1685, dans l’Idylle sur la paix, les vers de Racine donneront au surintendant une nouvelle occasion de repenser et la forme du discours musical et même la mise en chant des paroles. Il existe donc, semble-t-il, un subtil rapport entre l’écriture d’un livret et la composition de la musique, et l’on ne sera pas étonné de trouver des ressemblances inattendues, à presque quinze ans de distance, entre la Médée de Charpentier et le Bellérophon de Lully – tous deux dus à la plume de Th. Corneille –, dans les récitatifs par exemple, mais aussi dans le superbe air d'Amisodar à l’acte II, soutenu par un orchestre sonnant dans le grave.

Pour ce qui est de l’évolution proprement dite de la tragédie lyrique chez Lully, Jérôme de La Gorce, dans la belle monographie qu’il consacre au musicien, remarque notamment et fort judicieusement que c’est précisément dans Bellérophon qu’apparurent les premiers récitatifs accompagnés, que la danse trouva une place mieux proportionnée au dessein général de l’action théâtrale – Isis, l’opéra précédent, donnait au contraire une place prépondérante au ballet. Cette question des grands équilibres entre l’action, le texte, la musique, la danse et tous les autres ingrédients de l’opéra, trouve là dans Bellérophon, une réponse originale que l’on doit peut-être à Thomas Corneille ou du moins aux fermes discussions entre le librettiste et le musicien durant la genèse de l’œuvre. Les contemporains ne s’y trompèrent pas : dès le mois de mars 1679, le chroniqueur du Mercure galant relevait et applaudissait cette nouvelle organisation théâtrale :

– « le plaisir que j’y reçeus [à la représentation de Bellérophon] m’empécha d’estre surpris du grand monde que j’y trouvay. Ce n’est point cе qu’on appelle Chansonnetes qui l’y attire. Elles y sont en fort petit nombre, la grandeur du Sujet n’ayant pû soufrir que l’Autheur soit sorty de sa matière. Ce que je remarquay qui plaisoit particulièrement dans cet Ouvrage, c’est d’y voir l’action suivie par tout, en sorte qu’il n’y ait aucune Scène qui n’ait de l’enchaînement avec celle qui l’a précédée, ce qui n’y laisse aucun endroit languissant. Quand on observe cette conduite dans un Opéra ; que les divertissemens qu’on y fait entrer naissent de la Pièce mesme, & font une partie de l’action (ce que nous voyons fort rarement,) que la Musique est d’un aussi grand Homme que M. de Lully, & qu’on n’épargne rien pour le reste, il est impossible que cet opéra manque de succés ; & c’eft par cette raison que celuy de Bellerophon a esté au delà de tout ce qu’on a veu jusqu’icy de cette nature. »

Il faut dire que le sujet contribuait grandement à cette unité, le mythe offrant de riches situations et de nombreuses occasions de divertissements et de machines. Fils de Glaucus, roi d’Éphyre (Péloponnèse), Bellérophon avait tué par mégarde son frère. Il avait dû s’enfuir et se réfugier chez Prétus, dans le royaume voisin d’Argos. Ce prince avait épousé Sténobée, fille de Jobate, roi de Lycie (Asie mineure). La reine s’éprit de Bellérophon qui repoussa ses avances. Pour se venger, Sténobée le calomnia et Préteus envoya le chevalier en Lycie auprès de son beau-père, lui remettant « des lettres bien fermées, où il se plaignoit de luy priant son beau-pere d’en tirer une prompte vengeance » (anonyme, L’Iliade d’Homère, nouvelle traduction, Paris, Barbin, 1682). Jobate qui, comme on l’a dit, voulait donner sa fille en mariage à celui qui réussirait à tuer la Chimère, l’accueillit d’abord avec faste ; après quoi, ayant lu la lettre de Prétus, il envoya Bellérophon combattre le monstre. Victorieux, le chevalier dut alors affronter les Solymes, puis les Amazones, et enfin « les plus vaillants hommes de Lycie » (id.). Pas un n’en réchappa. « Tant de témoignages de force & de valeur firent connoistre qu’il estoit de la race des Dieux ; le Roy le retint, luy donna sa fille en mariage, avec la moitié de tous les biens dont il jouïssoit ; Et les Lyciens luy donnèrent aussi le plus agréable païs de la Lycie » (id.).

Comme le Bellérophon de Quinault, celui de Th. Corneille prend ses sources dans l’Iliade, mais aussi dans Apollodore et Hygin. Dans les deux cas, la scène se situe au milieu du XIVe siècle avant J.-C., en Asie Mineure, plus exactement à Patare (l’actuelle Patara turque) capitale de la Lycie. Mais la comparaison des deux œuvres s’arrête là : chez Quinault, Prétus, roi d’Argos dans le Péloponnèse, vient à Patare pour épouser Sténobée, la fille du roi Jobate ; chez Th. Corneille, l’action se situe beaucoup plus tard : Prétus vient de mourir, et sa veuve, Sténobée, est rentrée chez son père à Patare où l’on s’affaire aux préparatifs du mariage de sa sœur, Philonoë, que le roi a promise au vainqueur de la Chimère. À cet instant, Bellérophon a déjà terrassé les Amazones et les Solymes, qui sont à présent reclus dans les geôles de Jobate.

Par commodité, Corneille a renversé la chronologie des faits rapportés par Homère. Cela lui permet de construire un bel ordonnancement de divertissements : à l’acte I, dans le palais royal, la joie des Amazones et des Solymes libérés ; à l’acte II, des magiciens qui transforment le « jardin délicieux » en un « désert affreux » où paraît la Chimère ; à l’acte III, le roi Jobate et sa cour sont assemblés dans le temple d’Apollon et implorent le dieu : sacrifice et sacrificateurs, apparition d’Apollon en statue d’or, joie des Lyciens à l’annonce de l’oracle favorable ; à l’acte IV, dans un paysage de « rochers fort escarpés », les Napées et les Dryades chantent autour de Bellérophon la douceur des bois lorsque la scène s’emplit de feu et de fumée ; la Chimère paraît, Pallas enlève le chevalier qui revient chevauchant Pégase pour détruire le monstre ; à l’acte V, Bellérophon, reconnu comme fils de Neptune, est reçu au palais de Patare dans la liesse populaire. Les noces du chevalier et de Philonoë concluent l’opéra.

L’œuvre fut éditée chez Ballard à Paris, en grande partition d’orchestre, l’année même de la création. Ce fut là aussi une grande première, aucun des opéras précédents n’ayant eu un tel honneur.

To discover

On the same theme

Label

Aparté

In 1989, Nicolas Bartholomew created Musica ISDN - which he is now detached from - a company dedicated to the recording and post-production of classical music. The company has since made hundreds of records and became, in the late 90s, one of the most prolific executive producers, serving a large number of phonographic publishers. In 1999, he founded Ambrosia - now owned by Naïve - a label he ran for ten years with enthusiasm by getting involved in the launching young talent. In 2008 he recreated the recording studio 'Little Tribeca', as well as a new label: Aparté.

See page Aparté Read the article

The sub-genre

Classical in the magazine

  • Caballé forever! Caballé forever!

    The opera legend, Spanish soprano Montserrat Caballé has passed away at the age of 85...

    Read the article
  • Calculated to electrify

    Built to specifications set down by Joseph Goebbels for the 1936 Olympic Games as a showcase of triumphant Nazism, this open-air stage was inspired by the ancient theatre of Epidaurus, and had almo...

    Read the article
More articles

News

More articles