Résultats 1 à 3 sur un total de 3
9,99 €

Cantates sacrées - Paru le 25 mai 2010 | Accent

Livret
Sigiswald Kuijken et La Petite Bande persistent dans la voie d’un Bach allégé, à effectif très réduit. Une belle brochette de solistes, comme toujours, l’accompagne dans son projet (Christoph Genz notamment). Ce dixième volume propose des cantates méconnues, dont la magnifique BWV 44 pour le Dimanche avant la Pentecôte, et l’Oratorio de l’Ascension.
Détails Es ist euch gut, dass ich hingehe, BWV 108 : Es ist euch gut, dass ich hingehe, BWV 108: Aria: Es ist euch gut, dass ich hingehe (Bass)
9,99 €

Cantates sacrées - Paru le 1 janvier 2000 | Haenssler Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les cantates de Bach, c’est une malle aux trésors dans laquelle l’auditeur a quelque peu du mal à se frayer un chemin : plus de 220 cantates, sacrées et profanes, pour toutes les occasions (mariages, funérailles, naissances, célébrations sociales en tout genre) et pour toute l’année liturgique. Mais dans ces heures et ces heures de musique, que choisir ? Tout, serait-on tenter de dire, et pour peu que l’on veuille prendre quelques journées de sa vie et tout écouter de bout en bout, on n’en revient pas : il y aurait là de quoi assembler des dizaines des passions tout aussi phénoménales que les deux qui nous sont parvenues, en prenant à gauche et à droite des arias, des chorals, des chœurs et des ariosos (comme le fit Bach lui-même, grand recycleur devant l’Eternel et plus encore devant le Conseil municipal de Leipzig). Mais il est aussi quelques cantates qui, de bout en bout, sont de purs chefs-d’œuvre, comme la cantate BWV 106 dite « Actus Tragicus ». Le tout jeune Bach, vers 1708, écrit cet invraisemblable monument en mêlant accents résolument, délibérément archaïques – l’instrumentation fait appel à deux violes de gambe et deux flûtes à bec – à des phrases carrément romantiques, tels des rubans de soie enlaçant des statues de marbre. Le chœur « Es ist der alte Bund » (« C’est l’éternelle alliance »), hiératique, implacable, est entrelacé d’une phrase de soprano solo qui, à la tout fin, se retrouve parfaitement seule, sans le moindre accompagnement, dans un doux murmure à la limite de la tonalité… Après moult écoutes, nous avons choisi une interprétation « moderne », celle de Helmut Rilling, les visions purement baroques semblant ne pas rendre justice à l’aspect quasiment amoureux du discours. Mais de gustibus non est disputandum.
Détails Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit, BWV 106 "Actus tragicus" : Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit, BWV 106 "Actus tragicus": Sonatina
13,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Deutsche Grammophon (DG)

Détails Der Messias / Zweiter Teil : 29. Rezitativ (Tenor) "Er ist dahin aus dem Lande..."