Résultats 1 à 15 sur un total de 15 pour

24 bits / 192.0 kHz - Multicanal 5.1

15,39 €
10,99 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
L'anniversaire de la naissance de Carl Philipp Emanuel Bach (8 mars 1714) suscite un engouement extraordinaire de la part des interprètes comme des maisons de disques et c'est une grande chance, car voilà un compositeur qui fait partie des plus grands et que le grand public ignorait un peu. Le choix d'Ophélie Gaillard est des plus judicieux, car il fait découvrir à la fois un Concerto et de la musique de chambre, comme cette extraordinaire "Conversation entre un sanguin et un mélancolique" qui nous fait plonger à elle seule dans l'univers tourmenté et pré-romantique de cet étonnant compositeur. Voilà une manière singulière d'exprimer en musique la dualité qui est au cœur de chaque être humain. FH
16,49 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 15 avril 2016 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Les trois seules et uniques sonates pour piano de Brahms sont, certes, l’œuvre d’un jeune musicien – en cette année 1853, il affiche tout juste vingt ans – mais Schumann ne s’y est pas trompé, voyant la Troisième comme une « symphonie déguisée ». Il faut dire que cette Troisième, du haut de ses cinq mouvements et ses quelque quarante minutes de durée, se place dans la mouvance du dernier Beethoven ; mais les deux premières ne manquent pas non plus d’atouts et de nombreuses prémonitions brahmsiennes, s’éloignant déjà très nettement du modèle schumannien dans l’épaisseur pianistique et l’ampleur du geste. Pourquoi Brahms n’a-t-il plus écrit de sonates par la suite… la forme était-elle trop classique, trop contraignante, trop marquée par l’ombre impériale du génial sourd ? François-Frédéric Guy, dans ce nouvel enregistrement, nous en donne toute la substance dramatique, tragique même, et pourtant juvénile dans le discours bouillonnant qui se livre peut-être moins que les dernières œuvres pour clavier, tout en dévoilant un pan hyper-romantique, exalté, amoureux, du jeune compositeur. Enregistré à l’Arsenal de Metz en janvier 2016. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 12 novembre 2014 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €
9,99 €

Symphonies - Paru le 10 novembre 2017 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 octobre 2016 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 3 juillet 2017 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
26,59 €
18,99 €

Classique - Paru le 19 novembre 2013 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
26,59 €
18,99 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | Aparté

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 18 novembre 2015 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 12 août 2015 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime
Absolute Jest, créé en 2012 par l’Orchestre de San Francisco et le présent Michael Tilson Thomas, peut se traduire par "Bouffonnerie absolue" mais également par "Geste absolue", la geste et non point le geste. L'auditeur peut se demander s'il s'agit là de lard, de cochon ou plutôt de dynamite. Pendant quelque vingt minutes, Adams déroule un invraisemblable scherzo chargé d'une énergie folle, confié à l'orchestre et à un quatuor à cordes solo qui s'amuse à reprendre et tordre quelques inflexions des plus féroces quatuors de Beethoven. Autre révérence au grand Ludwig van, le rythme pointé obstiné qui caractérise le premier mouvement de la Septième symphonie mais également le scherzo de la Neuvième, auquel Adams emprunte d'ailleurs la signature de timbales. L'audition de Absolute Jest donnerait quasiment une sensation de "musique carrée", alors que la partition d'Adams déborde de recoins rythmiques d'une complication du diable. Beaucoup plus ancien, Grand Pianola Music de 1982 fait appel à deux pianos (en non pas des Pianolas malgré le titre, il s’agit d’une facétie adamsienne), vents, trois voix de femmes chantant sans paroles, et percussion. Le compositeur y développe son monde personnel du minimalisme, qui n’a de minimaliste que le nom, car la partition explose dans tous les sens, les cellules ne cessent de se mouvoir, les ruptures viennent décontenancer l’auditeur sans lui laisser le temps de souffler. Le présent enregistrement est dirigé par Adams lui-même, avec au piano Marc-André Hamelin et Orli Shaham. (SM)
44,99 €
29,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res