Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

17,99 €
12,99 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 25 octobre 2018 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Symphonies - Paru le 10 novembre 2017 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 3 juillet 2017 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 octobre 2016 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 10 octobre 2016 | Lyrinx

Hi-Res Livret
17,99 €
12,99 €

Piano solo - Paru le 24 août 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
16,49 €
10,99 €

Piano solo - Paru le 15 avril 2016 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Les trois seules et uniques sonates pour piano de Brahms sont, certes, l’œuvre d’un jeune musicien – en cette année 1853, il affiche tout juste vingt ans – mais Schumann ne s’y est pas trompé, voyant la Troisième comme une « symphonie déguisée ». Il faut dire que cette Troisième, du haut de ses cinq mouvements et ses quelque quarante minutes de durée, se place dans la mouvance du dernier Beethoven ; mais les deux premières ne manquent pas non plus d’atouts et de nombreuses prémonitions brahmsiennes, s’éloignant déjà très nettement du modèle schumannien dans l’épaisseur pianistique et l’ampleur du geste. Pourquoi Brahms n’a-t-il plus écrit de sonates par la suite… la forme était-elle trop classique, trop contraignante, trop marquée par l’ombre impériale du génial sourd ? François-Frédéric Guy, dans ce nouvel enregistrement, nous en donne toute la substance dramatique, tragique même, et pourtant juvénile dans le discours bouillonnant qui se livre peut-être moins que les dernières œuvres pour clavier, tout en dévoilant un pan hyper-romantique, exalté, amoureux, du jeune compositeur. Enregistré à l’Arsenal de Metz en janvier 2016. © SM/Qobuz
24,99 €
17,99 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | Aparté

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 16 mars 2016 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
L’Orchestre de San Francisco est l’un de ces ensembles nord-américains particulièrement attirés par le répertoire contemporain « inhabituel » – on pense à son fameux American Mavericks, une série de concerts annuels pendant lesquels sont mis à l’honneur des compositeurs hors-école, hors-standard, hors-normes, de la sphère nord-américaine : John Adams, Henry Cowell, Lou Harrison, Terry Riley, ainsi que le présent Mason Bates. Le compositeur américain Mason Bates, né en 1977, actuellement en résidence à l’Orchestre de Chicago, lance un pont entre musique classique, musique pop (ou plutôt : ce que l’on appelle « pops » en Amérique du Nord), musique improvisée, jazz, musique légère, sonorités électroniques, pour un langage tout à fait personnel et puissamment original que nous invitons vivement les qobuzonautes à découvrir. D’autant que sous les doigts de l’Orchestre de San Francisco, Bates est servi avec brio. Quelque part entre (ou plutôt : quelque part au-delà de) Bernstein, Bartók, Copland, Charles Ives, John Williams, James Bond, les minimalistes, Janáček, sans oublier son mentor John Corigliano, voilà un compositeur qui sait magistralement faire sonner un orchestre, qui sait aussi intégrer les sonorités électroniques avec maestria – sans les imposer comme des anecdotes, mais au contraire en les incorporant dans le véritable discours, comme des instruments un peu exotiques qu’il convient de faire sonner en totale osmose avec l’orchestre. Michael Tilson Thomas et son Orchestre de San Francisco y font merveille, et ces trois œuvres sont de véritables jubilations orchestrales modernes, inouïes dans le premier sens étymologique du terme. © SM/Qobuz « Compositeur DJ en pleine ascension, Mason Bates, le postmoderne, pourrait bien être le successeur de John Adams. Il sait faire sonner sa musique avec un rare talent. [...] Chantre de l’éclectisme décomplexé, il intègre ainsi à une palette orchestre chatoyante toutes sortes de sons extérieurs (clics, échantillons, boîtes à rythme, collages de voix et d’ambiances...) et d’influences populaires (le jazz symphonique des années 1950, le rock des années 1970, la techno des années 1990). On ne sait pas quel peut être le résultat sonore dans une salle de concert mais le disque mixte tout cela avec une maestria confondante. [...] Mieux qu’une découverte : un compositeur à suivre, indéniablement. » (Classica, mai 2016 / B.D.)
17,99 €
12,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 26 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
17,99 €
12,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 24 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
Amours déçues, désespérées, unilatérales, inavouées ou encore sublimées, voilà un terreau fertile de l’esprit romantique qui se nourrissait volontiers de ces déchirements du cœur. Des poèmes dont les compositeurs se sont sitôt saisis, à commencer par Beethoven et son cycle An die ferne Geliebte (« A la bien-aimée lointaine ») de 1816, six poèmes assez sombres soulignant fort bien l’état d’esprit dans lequel pouvait alors se trouver le compositeur, muré dans sa surdité doublée d’une situation financière délicate… Plus plaisants, voire facétieux, sont les Quatre tempéraments devant la perte de la bien-aimée de Carl Maria von Weber – même année, 1816 ; on y découvre la manière dont le flegmatique, le bilieux, le sanguin et le mélancolique se dépatouillent tant bien que mal de la rupture amoureuse. Plusieurs décennies plus tard, Hugo Wolf et Richard Strauss abordent le sujet, dans un esprit d’émotions extrêmes : contrôlées et théâtrales dans le cas de Strauss, plus sauvages et échevelées pour Wolf. Le ténor allemand Julian Prégardien se saisit de tous ces répertoires pourtant fort différents avec égal bonheur, du haut de sa voix à la fois tendre et fougueuse. © SM/Qobuz
17,99 €
12,99 €

Quatuors - Paru le 9 février 2016 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique symphonique - Paru le 18 novembre 2015 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
17,99 €
12,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 20 octobre 2015 | Myrios Classics

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res
44,99 €
29,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Berliner Philharmoniker Recordings

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 21 août 2015 | Aeolus

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de son d'exception
Beethoven à l’orgue ? Mais oui, mesdames et messieurs, le compositeur a bel et bien consacré quelques heures de sa jeunesse à écrire pour l’orgue, dont ces Deux préludes par tous les douze tons majeurs pour le forte-piano ou l’orgue, pour reprendre l’intitulé de l’édition originale de 1803 – même si l’œuvre elle-même fut déjà écrite en 1789. Bien sûr, aucun disque de pièces pour orgue de Beethoven ne pourrait être complet sans celles écrites pour « horloge musicale » et « secrétaire mécanique », ces très complexes mécaniques sonores très en vogue au tournant du XIXe siècle, dans lesquelles un rouleau garni de picots commandait les notes d’un assez imposant orgue, souvent doublé de personnages, d’animaux ou de tableaux animés, mécaniques eux aussi. Quant aux quelques Bagatelles ici proposées, elles furent naturellement conçues pour le piano, mais l’organiste Maria-Magdalena Kaczor en a sélectionné une poignée dont l’écriture s’adapte parfaitement à l’orgue, et n’est d’ailleurs pas sans rappeler les accents musicaux des pièces pour orgue mécanique. Kaczor joue sur l’orgue Stieffell (1786, donc l’époque à laquelle Beethoven a conçu une bonne partie de ces œuvres) de la Ludwigskirche à Karlsbad-Langensteinbach, en Bade-Wurtemberg. © SM/Qobuz