Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 16 mars 2018 | Orfeo

Hi-Res Livret
Le sujet de l’opéra de Gottfried von Einem La Visite de la vielle dame, d’après la pièce éponyme de Dürrenmatt, est rien moins que sinistre et cynique. Dans une petite ville économiquement et socialement ruinée, oubliée de tous, « revient » une dame millionnaire originaire de ladite ville, qu’elle a quittée misérable et engrossée. Elle souhaite en redorer le blason, mais à une condition qui ne manque pas de piquant : qu’un quelconque habitant accepte, pour la venger, d’assassiner son ancien amant qui avait produit deux faux témoins – désormais les laquais de la dame, les yeux crevés et le reste dûment castré. La ville se drape dans sa dignité, refuse d’abord, puis hésite, vacille, atermoie, ne sait plus que faire… Finalement c’est l’ancien amant qui meurt « tout seul » d’un infarctus. Pour ce fantastique et génial opéra de 1971, dont voici l’enregistrement de la création mondiale, l’Opéra de Vienne n’avait pas lésiné sur les stars : Christa Ludwig faisait la vielle dame – alors qu’elle était encore bien jeune, la quarantaine à peine entamée ! –, Eberhard Waechter l’ancien amant incriminé, et on trouvait également dans la distribution Hans Hotter, Kurt Equiluz et tant d’autres, le tout sous la direction du vieux (alors jeune) briscard Horst Stein. La musique de Gottfried von Einem, dans la lignée de Strauss mais avec un je-ne-sais-quoi de moderniste et de « méchant », offre un écrin de tout premier choix à cette perle lyrique, qu’on aimerait bien entendre sur scène en France quand les directeurs voudront bien cesser de nous noyer dans l’incessant cocktail fait de Puccini, Verdi, Mozart, Donizetti ou Bizet… © SM/Qobuz