Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1306 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique, Various Composers et Depuis 1 an
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Signum Records

Hi-Res Livret
On assiste ici à une sorte de joute musicale entre diverses influences et écoles, autour de cinq compositeurs quasiment contemporains les uns des autres – nés dans le dernier quart du XVIIe siècle, morts vers le milieu du suivant. Certains sont Italiens et ne quittèrent l’Italie que pour études ou séjours épisodiques – Tartini, Marcello –, d’autres sont Italiens mais déroulèrent leur carrière plus au nord – Porpora un peu partout : Vienne, Londres, Dresde ; Dall’Abaco à Munich et Bruxelles – tandis que Telemann resta pratiquement en Allemagne toute sa vie. Les sources d’inspiration couvrent donc un très large éventail européen, que l’auditeur aura grand plaisir à déceler dans les divers concertos que voici. Les effectifs concertants eux-mêmes sont de grande variété : concerto pour plusieurs instruments, pour violoncelle, pour hautbois, pour violon et, plus rare, pour alto signé Telemann – qui, il est vrai, a écrit plus ou moins pour tout le monde et dans tous les styles de son époque. The English Concert et ses solistes, sous la conduite d’Harry Bicket, s’en donnent à cœur joie, une joie communicative s’il en est. © SM/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Ligia

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Centaur Records, Inc.

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Richard Strauss n’a que très peu écrit d’œuvres concertantes : le présent concerto pour violon de 1882, la Burleske pour piano et orchestre de 1890, deux concertos pour cor (1883 et 1943, mesurez le temps passé…) et l’ultime fameux concert pour hautbois de 1945. Sans doute le format pré-établi du concerto – ainsi que ceux de la symphonie classique, qu’il n’aborda qu’une seule fois au tout début de son parcours – était-il trop contraignant pour cet esprit libre, voire frondeur. Quelque violoniste désireux de graver un album d’œuvres concertantes pour violon de Strauss n’a donc d’autre choix que de se ruer sur le Concerto Op. 8, ouvrage d’un jeune et fringuant jeune homme de dix-sept ans qui baigne encore dans le langage de Brahms et encore celui des deux concertos de Bruch alors composés – cela dit, des gestes harmoniques et mélodiques déjà straussiens ne manquent pas, en particulier un certain héroïsme. Et pour compléter le programme, l’autre choix ne peut que, naturellement, se porter sur des Lieder réadaptés pour le violon ; Lieder qui sont, comme on le sait, l’un des plus considérables pans de l’œuvre du compositeur. Arabella Steinbacher (dont le prénom lui a été donné en honneur de Strauss !) termine avec la célèbre scène Aber des richtige tirée… d’Arabella, bien sûr. Pour mémoire, Steinbacher poursuit une éblouissante carrière de soliste, en particulier auprès d’orchestres tels que le New York Philharmonic, les symphoniques de Boston, de Cleveland et de Chicago, ainsi que Gewandhaus de Leipzig, l’Orchestre National de France ou encore la Radio bavaroise. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | Orchid Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Ligia

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | BIS

Hi-Res Livret
Voici une vingtaine de bis pour violon et piano, des miniatures allant de l’hyper-virtuose au sentimental, en passant par l’espagnolade, le pastiche baroque, le blues, la valse viennoise, le nocturne, Broadway et même Hollywood avec Breakfast at Tiffany’s de Henry Mancini ! Il est à noter que nombre de ces pièces ne sont pas initialement conçues pour violon et piano, mais les adaptations sont souvent signées de Jascha Heifetz, Nathan Milstein, Fritz Kreisler ou Efrem Zembalist. Ce sont ici la violoniste états-unienne Elena Urioste – qui s’est déjà produite avec les orchestres de New York, Chicago, San Francisco, Los Angeles, Londres, Manchester, Budapest et de la BBC, n’en jetez plus – et le pianiste britannique Tom Poster (lui-même un habitué des orchestres de la BBC, du Royal Philharmonic, du Hallé, de Saint-Pétersbourg et tant d’autres) qui nous ont concocté ce choix à la fois éclectique et débordant de charme, d’invention et d’esprit. Quant au titre « Estrellita » (« Petite étoile » en français), il reprend celui de la chanson de Manuel Ponce, ici arrangée pour duo par Jascha Heifetz, lui-même grand consommateur de bis et de courtes pièces caractéristiques. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Genuin

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 5 octobre 2018 | ATMA Classique

Hi-Res Livret
Certes, la vie musicale française – parisienne, versaillaise et bellifontaine plus particulièrement – autour du Roi-Soleil était noyautée jusqu’au despotisme par Lully et la grande majorité de ses concurrents devaient se contenter de la sphère privée. Charpentier en est un des exemples les plus navrants, Paolo Lorenzani un autre. Arrivé en France en 1678 dans les bagages du vice-roi de Sicile qui dut quitter l’île avec un soupçon de précipitation, Lorenzani est rapidement nommé maître de musique de la reine Marie-Thérèse. Enfin, « nommé » : il dut débourser une fortune pour acheter la charge, mais Louis XIV lui alloua les fonds. Après avoir recruté quelques castrats en Italie (la France n’assurait pas ce genre de petite opération), il revient à la cour où, en 1681, il fait présenter Nicandro e Fileno devant le roi et la reine à Fontainebleau. La féroce jalousie de Lully n’y fit rien, de sorte que Lorenzani connut un grand succès jusques et y compris – au-delà, même – de la mort du fielleux Florentin. Hélas pour notre compositeur, la mode à l’italienne commença bientôt à s’émousser et il retourna à Rome après avoir raté le concours au poste de maître de chapelle à Versailles – Charpentier lui-même fut recalé. Nicandro e Fileno est une pastorale, genre scénique en trois actes mettant en scène les bergers à la campagne, contrairement à la tragédie en musique en cinq actes débordant de dieux et déesses de la mythologie, dans des intrigues avec force jalousie, vengeance, trahison, amour et diverses nobles vertus, jusqu’au dénouement souvent tragique. Nicandro e Fileno fut donnée dans un mélange de parlé (plus ou moins improvisé en français) et de chanté (en italien). Ici, on n’entend bien sûr que la partition chantée. À l’écoute de ce petit bijou, on se dit que Lully avait toutes les raisons de craindre le succès de ce dangereux rival… © SM/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Australian Broadcasting Corp (ABC)

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES3,49 €
CD2,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opéra - Paru le 5 octobre 2018 | Genuin

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | haenssler CLASSIC

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Archiphon

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | Genuin

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Toccata Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | K&K Verlagsanstalt

Hi-Res Livret