Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
C’est un grand classique qui nous revient, un de ces disques d’un artiste mythique que le temps n’a pas oublié ni dévalorisé. Rostropovitch avait une admiration sans bornes pour Pierre Fournier. Il aimait sa conduite d’archet si française par son élégance souveraine, sa sonorité ample et claire, son style châtié. Quant à la main gauche, elle était précise, avec un vibrato non invasif, juste à sa place pour varier la couleur du son d’une manière fugitive. Présentation vintage reproduisant la pochette d’époque avec, là aussi, des couleurs ravivées et l’ajout de la belle interprétation du Schelomo d’Ernest Bloch, sous la direction d’Alfred Wallenstein. Un ajout qui, du coup, fait rivaliser l’Orchestre des Concerts Lamoureux avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin sans que le premier n’ait à rougir du second. Sous la direction ferme et précise de Jean Martinon, les concertos de Lalo et de Saint-Saëns (sans oublier le Kol Nidrei de Bruch) prennent un ton particulièrement chatoyant et l’éloquence du discours est en parfaite osmose avec le style impérial et chaleureux de Pierre Fournier qui reste, Rostropovitch l’avait bien compris, un des principaux représentants de la grande école du violoncelle français qui est encore si présente aujourd’hui grâce à de très nombreux jeunes solistes de qualité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 24 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik - 5 étoiles de Classica
La Deuxième Symphonie de Leonard Bernstein, « The Age of Anxiety », d’après le poème éponyme de W. H. Auden, est une œuvre de la relative jeunesse du compositeur-chef-d’orchestre, puisqu’elle date des années 1948-1949 – tout juste la trentaine donc. La symphonie se présente comme une suite de variations, mais non pas des variations à partir d’un thème initial. Non : chacune des variations reprend des éléments de la variation précédente, la varie à son tour, et ainsi de suite. On pourrait donc parler d’une forme de métamorphose ininterrompue. Comme on peut se l’imaginer, Bernstein mêle des éléments symphoniques classiques avec des éléments de jazz, en particulier dans la partie de piano solo – ici tenue par Krystian Zimerman, qui eut la chance de se produire maintes fois avec Bernstein. C’est à sa manière une sorte d’hommage pour le centenaire de la naissance du compositeur, d’autant que, selon ce qu’indique Zimerman dans le livret, Bernstein lui aurait demandé « s’il voulait bien jouer cette symphonie avec lui pour ses cent ans ». Promesse presque tenue, si ce n’est que l’orchestre est le Philharmonique de Berlin, le chef Sir Simon Rattle. © SM/Qobuz« Trente ans après l'avoir donnée avec Bernstein, Zimerman magnifie avec Rattle cette symphonie concertante, déambulation existentielle et nocturne trouée de silences. » (Diapason, décembre 2018)
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 juillet 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique symphonique - Paru le 1 septembre 1974 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 1972 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 1 mars 1965 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2000 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Symphonies - Paru le 1 mars 1965 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 août 1978 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 mars 2000 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES58,49 €
CD41,99 €

Classique - Paru le 16 septembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 août 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 19 août 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 22 juillet 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES87,99 €
CD62,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 5 août 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Il est de bon ton d’affirmer que le Philharmonique de Berlin « n’est pas un orchestre d’opéra », et de préférer mordicus les orchestres « de fosse » pour le répertoire lyrique. Oubliant au passage que bien des orchestres symphoniques ou philharmoniques, dans tant et tant de grandes villes (dont Vienne…) de la sphère germanique – et d’autres – sont exactement les mêmes que ceux qui officient en fosse. Quant à Herbert von Karajan, que l’on aime ou pas, ses capacités de meneur d’un plateau de chanteurs sont parfaitement évidentes. Pour cette Tétralogie enregistrée entre 1966 et 1970 à la Jesus-Christus-Kirche de Berlin, Karajan, l’orchestre et les solistes sont affranchis des contraintes de la scène et des équilibres parfois difficiles à réaliser entre plateau et fosse : une sorte d’idéal, sans doute, même s’il peut en exister d’autres tout aussi défendables. Du côté du plateau, on y entend le Wotan de Fischer-Dieskau pour L’Or du Rhin, celui – plus mâle – de Thomas Stewart donnant la réplique à la Brünnhilde de Régine Crespin pour La Walkyrie, relayée par Helga Dernesch dans Siegfried¬ – le héros étant chanté par Jess Thomas, lui-même relayé par Helge Brilioth dans Le Crépuscule des dieux. La liste des chanteurs est un véritable Gotha de ce qu’il y a de meilleur au monde à ce moment-là, y compris pour les rôles secondaires. L’acoustique de l’unique lieu berlinois, choisi année après année, compense donc les différences vocales que l’on peut imaginer entre les divers chanteurs tenant les mêmes rôles d’un volet à l’autre de la Tétralogie. Quinze heures de musique, dans un enregistrement somptueux et tiré à quatre épingles qui n’a pas pris une ride, qui dit mieux… © SM/Qobuz
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Classique - Paru le 5 août 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret