Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Riverside Records

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Playlist : Riverside Records

Par Qobuz France

  • 30 pistes - 03h00m

Musique illimitée

Écoutez cette playlist en haute-qualité dès maintenant dans nos applications

Démarrer ma période d'essai et lancer l'écoute de cette playlist

Profitez de cette playlist sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Souscrire

Profitez de cette playlist sur les apps Qobuz grâce à votre abonnement

Feuilleter le catalogue Riverside, label fondé par Orrin Keepnews en 1953, c’est se promener dans la modernité du jazz des années 50 et croiser les grands novateurs de leurs temps que furent Thelonious Monk, Bill Evans, Sonny Rollins, Chet Baker et autres Wes Montgomery. Le label new-yorkais qui cessera son activité en 1964 reste encore aujourd’hui l’un des ...

Voir plus

Riverside Records

launch qobuz app J'ai déjà téléchargé Qobuz pour Mac OS Ouvrir

download qobuz app Je n'ai pas encore téléchargé Qobuz pour Mac OS Télécharger l'app

Copier le lien pour partager la page

Vous êtes actuellement en train d’écouter des extraits.

Écoutez plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

Écoutez cette playlist et plus de 70 millions de titres avec votre abonnement illimité.

0€ puis 19.99€ / mois

#
Titre Artiste Album Durée
1
Waltz for Debby (Take 2) (Album Version)
Bill Evans The Definitive Bill Evans on Riverside and Fantasy 00:07:01

Bill Evans, ComposerLyricist - The Bill Evans Trio, MainArtist

℗ 2010 Concord Music Group Inc.

2
Pannonica
Thelonious Monk Brilliant Corners 00:08:52

Thelonious Monk, Piano, MainArtist, AssociatedPerformer, ComposerLyricist - Oscar Pettiford, Double Bass, AssociatedPerformer - Ernie Henry, Alto Saxophone, FeaturedArtist, AssociatedPerformer - Sonny Rollins, Tenor Saxophone, FeaturedArtist, AssociatedPerformer - Max Roach, Drums, AssociatedPerformer - Orrin Keepnews, Producer

℗ 2008 Riverside Records/Fantasy, Inc.

3
'Round Midnight (Album Version)
Wes Montgomery The Wes Montgomery Trio - A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums 00:04:53

Thelonious Monk, Composer - Bernie Hanighen, Composer - Charles Cootie Williams, Composer - The Wes Montgomery Trio, MainArtist

℗ 1987 Fantasy, Inc.

4
Mangoes
Sonny Rollins The Sound Of Sonny 00:05:32

Sid Wayne, ComposerLyricist - Sonny Rollins, MainArtist - Orrin Keepnews, Producer, Recording Producer - Dale Libby, ComposerLyricist

℗ 2017 Concord Music Group, Inc.

5
In Orbit (Album Version)
Clark Terry In Orbit 00:04:39

Thelonious Monk, MainArtist - Clark Terry, ComposerLyricist - Orrin Keepnews, Producer - Clark Terry Quartet, MainArtist

℗ 1986 Fantasy, Inc.

6
Caravan (Remastered)
Kenny Drew Trio Kenny Drew Trio 00:04:50

Irving Mills, ComposerLyricist - Juan Tizol, ComposerLyricist - Kenny Drew Trio, MainArtist

℗ 2005 Concord Records, Inc.

7
I'll Remember April
Kenny Dorham Jazz Contrasts [Keepnews Collection] 00:12:06

Oscar Pettiford, Double Bass, AssociatedPerformer - Kenny Dorham, MainArtist - Hank Jones, Piano, AssociatedPerformer - Gene De Paul, Composer - Don Raye, ComposerLyricist - Sonny Rollins, Tenor Saxophone, FeaturedArtist, AssociatedPerformer - Max Roach, Drums, AssociatedPerformer - Patricia Johnston, ComposerLyricist

℗ 1957 Fantasy, Inc.

George Wallington, MainArtist - Idrees Sulieman, MainArtist - Bobby Jaspar, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1957 Riverside Records

9
'Round Midnight
Thelonious Monk Mulligan Meets Monk [Original Jazz Classics Remasters] 00:08:28

Thelonious Monk, MainArtist, ComposerLyricist - Bernie Hanighen, ComposerLyricist - Cootie Williams, ComposerLyricist - Wilbur Ware, FeaturedArtist - Gerry Mulligan, MainArtist - Shadow Wilson, FeaturedArtist

℗ 2013 Concord Music Group, Inc.

10
Brother, Where Are You? (Remastered)
Abbey Lincoln The Remasters (All Tracks Remastered) 00:03:07

Abbey Lincoln, Artist, MainArtist - Oscar Brown, Composer, Author - D.R, OriginalPublisher

2020 Millenium Digital Remaster 2020 J. Joes J. Edizioni Musicali

11
Out Of The Past
Benny Golson The Modern Touch 00:06:26

Benny Golson, Composer, Tenor Saxophone, AssociatedPerformer - Paul Chambers, Upright Bass, AssociatedPerformer - Kenny Dorham, Trumpet, AssociatedPerformer - Wynton Kelly, Piano, AssociatedPerformer - J.J. Johnson, Trombone, AssociatedPerformer - Max Roach, Drums, AssociatedPerformer - Orrin Keepnews, Producer, Recording Producer - Benny Golson Sextet, MainArtist - Jack Higgins, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1957 Riverside Records

12
Imagination
Toots Thielemans Man Bites Harmonica 00:04:28

Wilbur Ware, AssociatedPerformer, Bass (Vocal) - Art Taylor, Drums, AssociatedPerformer - Johnny Burke, Author - Jimmy Van Heusen, ComposerLyricist - Kenny Drew, Piano, AssociatedPerformer - Jean Thielemans, Guitar, MainArtist, AssociatedPerformer - Orrin Keepnews, Producer - Jack Higgins, Recording Engineer, StudioPersonnel

℗ 1958 Riverside, Inc.

13
The Freedom Suite
Sonny Rollins Freedom Suite 00:19:22

Sonny Rollins, Composer, MainArtist - Orrin Keepnews, Producer, Recording Producer - Bill Grauer, Producer, Recording Producer

℗ 2017 Concord Music Group, Inc.

14
Woody'n You (Instrumental)
Johnny Griffin Johnny Griffin Sextet 00:06:09

Dizzy Gillespie, ComposerLyricist - Johnny Griffin Sextet, MainArtist

℗ 1958 Riverside Records

15
You're My Thrill (Live)
Pepper Adams Quintet 10 To 4 At The 5-Spot 00:05:07

Jay Gorney, Composer - Sidney Clare, Author - Pepper Adams Quintet, MainArtist

℗ 1958 Riverside Records

16
How High The Moon (Album Version)
Chet Baker Essential Standards 00:03:37

Chet Baker, MainArtist - Nancy Hamilton, Author - Morgan Lewis, Composer - Orrin Keepnews, Producer

℗ 2007 Fantasy, Inc.

17
Blue Concept (Album Version)
Nat Adderley Quintet Much Brass 00:07:37

Gigi Gryce, ComposerLyricist - Nat Adderley Sextet, MainArtist

℗ 1959 Fantasy, Inc.

18
Stablemates
Philly Joe Jones Drums Around The World 00:05:54

Benny Golson, ComposerLyricist - Philly Joe Jones, MainArtist

℗ 1992 Fantasy, Inc.

19
Goin' Home (Album Version)
Yusef Lateef The Three Faces Of Yusef Lateef 00:05:02

Antonín Dvorák, Composer - Yusef Lateef, MainArtist - William Fischer Arms, Author

℗ 1992 Fantasy, Inc.

20
Thelonious (Complete / Live At Town Hall, New York, USA / 1961)
Thelonious Monk The Thelonious Monk Orchestra At Town Hall 00:03:02

Thelonious Monk, Composer - Orrin Keepnews, Producer - The Thelonious Monk Orchestra, MainArtist

℗ 1959 Fantasy, Inc.

21
Deeds, Not Words
Max Roach Deeds, Not Words 00:04:35

Art Davis, Bass Guitar, AssociatedPerformer - George Coleman, Tenor Saxophone, AssociatedPerformer - Bill Lee, ComposerLyricist - Max Roach, Drums, MainArtist, AssociatedPerformer - Orrin Keepnews, Producer, Recording Producer - Ray Draper, Tuba, AssociatedPerformer - Booker Little, Trumpet, AssociatedPerformer - Jack Higgins, Recording Engineer, StudioPersonnel - Phil De Lancie, Mastering Engineer, StudioPersonnel

℗ 1958 Riverside Records

Gordon Jenkins, ComposerLyricist - Bill Evans, MainArtist - Cannonball Adderley, MainArtist

℗ 2011 Concord Music Group Inc.

23
Chant (Album Version)
Coleman Hawkins The Hawk Flies High (Keepnews Collection) 00:05:08

Coleman Hawkins, MainArtist - Henry Jones, ComposerLyricist

℗ 2007 Riverside Records/Fantasy, Inc.

24
The Way You Look Tonight (Album Version)
Chet Baker Chet Baker Introduces Johnny Pace 00:03:11

Jerome Kern, ComposerLyricist - Dorothy Fields, ComposerLyricist - Chet Baker, MainArtist - Johnny Pace, MainArtist

℗ 1959 Fantasy, Inc.

25
Nardis (Album Version)
George Russell Ezz-thetics 00:04:40

Miles Davis, ComposerLyricist - George Russell, MainArtist

℗ 2007 Riverside Records/Fantasy, Inc.

26
The More I See You (Album Version)
Chet Baker It Could Happen To You - Chet Baker Sings 00:03:06

Harry Warren, ComposerLyricist - Mack Gordon, ComposerLyricist - Chet Baker, MainArtist

℗ 2010 Concord Music Group Inc.

27
Strut Time (Album Version)
Benny Golson The Other Side Of Benny Golson 00:06:06

Benny Golson, MainArtist, ComposerLyricist

℗ 1990 Fantasy, Inc.

28
Israel (Album Version)
Bill Evans Trio Explorations 00:06:09

Bill Evans, Piano, AssociatedPerformer - PAUL MOTIAN, Drums, AssociatedPerformer - John Carisi, ComposerLyricist - Orrin Keepnews, Producer - Bill Evans Trio, MainArtist - Scott LaFaro, Bass Guitar, AssociatedPerformer - Bill Stoddard, Engineer, StudioPersonnel

℗ 1961 Riverside, Inc.

29
S.K.J. (Album Version)
Milt Jackson & Wes Montgomery Bags Meets Wes! [Keepnews Collection] 00:05:17

Milt Jackson, Composer, MainArtist - Wes Montgomery, MainArtist

℗ 2007 Riverside Records/Fantasy, Inc.

30
Jade Visions (Take 2 / Live At The Village Vanguard, NYC; 6/25/1961)
Bill Evans Trio Sunday At The Village Vanguard [Keepnews Collection] 00:03:46

Bill Evans, Piano, AssociatedPerformer - PAUL MOTIAN, Drums, AssociatedPerformer - Orrin Keepnews, Producer - Bill Evans Trio, MainArtist - Scott LaFaro, Upright Bass, AssociatedPerformer, ComposerLyricist

℗ 1961 Riverside Records/Fantasy, Inc.

À propos

Feuilleter le catalogue Riverside, label fondé par Orrin Keepnews en 1953, c’est se promener dans la modernité du jazz des années 50 et croiser les grands novateurs de leurs temps que furent Thelonious Monk, Bill Evans, Sonny Rollins, Chet Baker et autres Wes Montgomery. Le label new-yorkais qui cessera son activité en 1964 reste encore aujourd’hui l’un des plus inventifs de toute l’histoire du jazz.

Bill Evans en 10 albums

Par Marc Zisman

Sans lui, Keith Jarrett, Brad Mehldau et quelques milliers d’autres pianistes de jazz joueraient différemment. Quarante ans après sa mort, l’héritage de Bill Evans n’a pas perdu de son influence. Au contraire. Difficile de faire le tri dans une discographie sans fond où même un enregistrement taxé d’anecdotique reste toujours supérieur à 90 % de la production. En voilà dix, sélectionnés en toute subjectivité…

Conversations with Myself (Verve, 1963)
Pour son deuxième album Verve, les deux complices de Bill Evans sont Bill Evans et Bill Evans. Conversations with Myself, comme son titre l’indique, documente une passionnante expérience de re-recording. Le pianiste ne se contente pas de coller les unes sur les autres trois pistes mais pense sa musique de trois façons bien distinctes. Chaque piste est un état d’esprit. Un artiste à part entière. Derrière cette schizophrénie de façade, Evans accouche d’enregistrements totalement accomplis. Un jeu de miroirs géant dans lequel le lyrisme de son piano prend une dimension encore plus infinie, comme sur le thème du film Spartacus de Stanley Kubrick composé par Alex North. En quelques secondes, on oublie même le côté gadget du processus pour se concentrer sur ces entrelacs mélodiques complexes et beaux. Bill Evans réitérera l’exercice à deux reprises : en 1967 avec Further Conversations with Myself puis en 1978 avec New Conversations sur lequel il utilisera le Fender Rhodes.

At the Montreux Jazz Festival (Verve, 1968)
Si Bill Evans a tissé des liens dans la durée avec les contrebassistes, sa relation aux batteurs a toujours été… complexe ? Lorsqu’il se présente face au public du Festival de Montreux le 15 juin 1968 avec Eddie Gómez, bassiste portoricain qui passera plus d’une décennie à ses côtés, il ne sait pas que le musicien de 25 ans assis derrière les fûts, et qui s’est fait un nom dans le groupe de Charles Lloyd, va transformer l’album live qu’il s’apprête à mettre en boîte en pur chef-d’œuvre. C’est bien Jack DeJohnette qui secoue ici l’art evansien avec des interventions musclées mais jamais hors sujet. Des phrases osées mais pleines de swing et dont le sommet reste le solo nucléaire de Nardis. Dans le répertoire fétiche du pianiste – Some Day My Prince Will Come et A Sleepin’ Bee –, DeJohnette apporte une fraîcheur inédite qui stimule Bill Evans et le force à sortir de ses propres clous. D’autant que le jeune batteur connaît bien le piano qui fut son premier instrument… Il ne faut enfin pas oublier Eddie Gómez qui, sur le solo d’Embraceable You, rappelle qu’il est lui aussi un cascadeur d’une rare gloutonnerie, un rempart en béton contre la tentation de la joliesse ou de la mièvrerie, comme Evans le dira lui-même…

Intuition (Fantasy, 1975)
Même si le trio reste sa configuration de prédilection, Bill Evans a toujours aimé varier les plaisirs. Solo, sextet, grande formation (l’étonnant Living Time de George Russell) et donc duo comme ce superbe album enregistré en novembre 1974 en Californie avec Eddie Gómez, sans doute le contrebassiste avec lequel l’entente est aussi intense qu’avec feu LaFaro. En pleine folie jazz-rock/jazz-fusion, le musicien un brin réfractaire à toutes velléités « modernistes » s’amuse pourtant avec le Fender Rhodes. « Le piano électrique est un instrument que je considère un peu de la même façon que le célesta ou le glockenspiel », expliquera-t-il à la sortie du disque dans une interview à Jazz Magazine. « De temps en temps, cela fait du bien, ça rafraîchit, ça diversifie le son. Pour certaines choses, par exemple des morceaux rapides, c’est parfait… Mais je reste très attaché au piano acoustique. Ne jouer que du piano électrique serait pour moi un désastre. Il y a beaucoup de choses qui ne passent pas. Mais c’est utile pour ajouter un peu de contraste. » Et Intuition apporte effectivement du contraste à une palette pourtant typiquement evansienne. L’ingénieur du son Don Cody a utilisé un effet précis, un Maestro Phaser, pour obtenir ce son singulier de Rhodes qui s’associe parfaitement à celui du piano acoustique. Sans batteur, les deux hommes s’aventurent encore plus loin dans leurs explorations mélodiques, réussissant comme toujours à éviter les pièges de la mièvrerie. « Ne jouer qu’avec une basse offre de nouvelles possibilités, ça élargit l’espace sonore. » Et lorsque cette basse est aussi stimulante et aventureuse que celle de Gómez, sky is the limit, comme disent les Anglo-Saxons ! Les fans de ce fabuleux duo le retrouveront à nouveau sur les albums Eloquence (1975) et Montreux III (1976).



You Must Believe in Spring (Warner Bros., 1981)
Et s’il ne fallait en garder qu’un ? Enregistré en août 1977 aux studios Capitol de Los Angeles, le poignant You Must Believe in Spring, publié cinq mois après la mort de Bill Evans, est un nouveau sommet de beauté à l’état pure. Une beauté triste. L’indéboulonnable Eddie Gómez est évidemment de la partie mais avance ici à pas feutrés, moins volubile qu’à son habitude. Assez impressionniste lui aussi dans son maniement délicat des balais et des baguettes, Eliot Zigmund, rencontré un an plus tôt, est à la batterie. Une batterie mélodique comme jamais et qui semble avoir été conçue pour ne jouer qu’avec Evans… Posthume donc, l’album a été finalisé par Helen Keane, manageuse et productrice du pianiste, qui a volontairement donné une tonalité mélancolique voire sombre au disque. Dans le choix des titres sélectionnés, la mort rôde. B Minor Waltz est dédié à Ellaine Schultz, l’ex du pianiste qui s'est jetée sous une rame de métro en 1973. We Will Meet Again est un hommage à Harry Evans, son frère, pianiste aussi, qui s'est suicidé en 1979 (donc après l’enregistrement de ces sessions). Et enfin le thème du film de Robert Altman M.A.S.H., composé par Johnny Mandel, est sous-titré Suicide is Painless. Mais Bill Evans et sa rythmique magnifient ce ciel anthracite. Sans doute son disque le plus émouvant.

The Paris Concert : Edition One + Edition Two (Elektra/Musician, 1983 & 1984)
Il n’a que 50 ans et affiche pourtant les stigmates d’un vieillard. Lorsqu’il fait escale à Paris, à l’Espace Cardin, le 26 novembre 1979, Bill Evans ne s’est toujours pas remis du suicide de son frère quelques mois plus tôt. Son corps, usé par l’héroïne et la cocaïne, ne tient debout que grâce à la musique. Avec une jeune rythmique composée du contrebassiste Marc Johnson et du batteur Joe LaBarbera, il atteint pourtant une grâce paranormale, comme détaché de sa souffrance quotidienne. Ce live, publié en deux parties en 1983 et 1984, documente à la perfection cette résurrection inespérée. Est-ce parce qu’il sait sa fin proche que Bill Evans semble avoir retrouvé ici la verve de son mythique trio du Village Vanguard ? Johnson lui apporte l’exubérance juvénile de LaFaro et le pousse, dans certaines improvisations, à créer encore et encore. Ce que son piano raconte sur les 17 minutes de Nardis, un standard de Miles qu’il a joué tout au long de sa vie, est inédit. Sensation similaire sur Quiet Now de Denny Zeitlin que LaBarbera stimule en permanence avec beaucoup de subtilité. Bref, ce Paris Concert symbolise finalement assez bien cette idée qui dit qu’au moment de mourir, on revoit défiler sa propre vie.

Allez sur les applications Qobuz pour lire l'article complet...

Rejoignez Qobuz pour lire l'article complet...

Lire la suite sur Qobuz

Qobuz logo Pourquoi acheter sur Qobuz ?