Le pianiste de jazz Eric Legnini magnifie l’art de la ballade sur son nouvel album…

Ah, l’art de la ballade… « La ballade reste ce qu’il y a de plus dur à jouer. Sur un tempo plus up, on peut masquer les petits défauts, les imperfections. En revanche, si on n’a pas d’idée sur une ballade, on est cuit. Ça ne ment pas, vous êtes à nu. Le débit impose la précision, la concision. » Tel est le défi relevé haut la main par Eric Legnini face au Steinway sur son nouvel album sobrement baptisé Ballads (disponible en Qualité Studio Masters !) et qui parait chez Discograph. Enregistré un an avant The Vox, mais publié un an après, tout à la fois exercice de style et leçon d’introspection à l’heure de la quarantaine, ce disque offre le temps d’une élégante respiration dans une carrière qui depuis le milieu des années 2000 connaît une montée en régime. Mais aussi l’occasion pour le pianiste de replonger dans ce bain d’éternelle jouvence qu’est le répertoire des grands maîtres, avec « une fraîcheur d’esprit nécessaire pour régénérer l’approche des standards ». Ballads permet à Legnini de revenir de la plus belle des manières sur cette matière première.

Eric Legnini Trio - Ballads [Nouvel Album] par Discograph

Ecoutez notre rencontre-podcast avec Eric Legnini