Lundi 16 mai, Nicolas Angelich, le plus français des pianistes américains, élève du grand Aldo Ciccolini, est en récital parisien au Théâtre des Champs-Elysées. Seul sur scène, il se lancera dans les immenses Variations Goldberg de Bach qu’il vient justement de graver pour Virgin Classics et qui paraîtront quelques jours avant ce concert.

D'origine américaine, mais ayant fait ses études musicales en France auprès de Ciccolini donc, mais aussi Yvonne Loriod et Michel Beroff, Nicholas Angelich est un déchiffreur rare, à son aise dans tous les répertoires, y compris contemporain. Très apprécié par ses pairs comme partenaire de musique de chambre, il sera particulièrement intéressant de le suivre dans ces Goldberg.

Né aux Etats Unis en 1970, Angelich donne son premier concert à 7 ans et entre à 13 ans au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il travaille avec Marie-Françoise Bucquet, Leon Fleisher, Dmitri Bashkirov et Maria Joao Pires. En 1989, il remporte à Cleveland le 2ème Prix du Concours International R. Casadesus et en 1994, le 1er Prix du Concours International Gina Bachauer. Sous le parrainage de Leon Fleisher, il reçoit en Allemagne le prix des jeunes talents du « Klavierfestival Ruhr ».

Grand interprète du répertoire classique et romantique, Nicholas Angelich donne l’intégrale des Années de Pèlerinage de Liszt au cours de la même soirée. Il s’intéresse également à la musique du XXe siècle : Messiaen, Stockhausen, Boulez, Eric Tanguy et Pierre Henry dont il crée le Concerto sans orchestre pour piano.

En mai 2003, Angelich fait ses débuts avec le New York Philharmonic et Kurt Masur. Toujours sous sa direction, mais avec l’Orchestre National de France, il effectue une tournée au Japon. En 2003, il participe au 10e anniversaire du Festival de Verbier. Eté 2005 : première apparition au Festival Martha Argerich de Lugano. Vladimir Jurowski l’invite deux ans plus tard à faire l’ouverture de la saison avec le Russian National Orchestra.

Nicholas Angelich s’est produit avec l’Orchestre National de Lyon et David Robertson, les orchestres de Strasbourg et Montpellier avec Jerzy Semkow, l’Orchestre National de France et Marc Minkowski et Josep Pons, l’Orchestre de Monte-Carlo et Kenneth Montgomery, l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Paavo Järvi, l’Orchestre de Toulouse à Amsterdam avec Jaap van Zweden et à San Sebastian avec Yannick Nezet-Sequin, l’Orchestre de Chambre de Lausanne et Christian Zacharias, le Frankfurter Hessischer Rundfunk et Hugh Wolff, le SWR Baden-Baden et Michael Gielen, l’Orchestre de la Suisse italienne et Charles Dutoit, ainsi qu’en récital à Paris, Lyon, Bordeaux, Piano aux Jacobins à Toulouse, Genève, Bruxelles, Munich, Luxembourg, Brescia, Crémone, Rome, Milan, Lisbonne, Bilbao, Tokyo, Londres, Amsterdam.

Il a collaboré avec le London Philharmonic sous la direction de Kazuchi Ono et Louis Langrée, avec le Tonkünstler Orchester et K. Järvi pour trois concerts au Musikverein de Vienne, avec le Rotterdam Philharmonic, le Scottish Chamber Orchestra, l’Orchestre Métropolitain de Montréal et le Toronto Symphony sous la direction de Nezet-Seguin, le Seoul Philharmonic et Chung, l’Orchestre de la Radio de Stuttgart et Roger Norrington, l’Orchestre Symphonique de Montréal, et a effectué une tournée avec le London Philharmonic sous la direction de Jurowski.

Passionné de musique de chambre, Angelich joue avec Joshua Bell, Maxim Vengerov, Akiko Suwanai, Renaud et Gautier Capuçon, Jian Wang, Dimitri Sitkovetsky, Julian Rachlin, Gérard Caussé, Antoine Tamestit, Paul Meyer, les Quatuors Ysaye et Prazak. Ses dernières tournées en musique de chambre l’ont amené au Japon (Tokyo, Sapporo, Osaka…) et en Amérique du Nord (New-York, San Francisco, Québec, Montréal, Ottawa…).

Chez Harmonia Mundi, Lyrinx, Mirare et Virgin Classics, dont il est artiste exclusif, il enregistre de nombreux disques : les Trios de Brahms avec Renaud Capuçon et Gautier Capuçon (Preis der deutschen Schallplattenkritik) les Sonates pour violon et piano avec Renaud Capuçon (Diapason d’or, Choc/Monde de la Musique, Editor Choice/Gramophone, Scherzo/Excepcional), un récital Brahms en février 2006 (Choc du Monde de la Musique) et un récital Brahms en janvier 2007 (Choc du Monde de la Musique, BBC Music Choice). Il a également publié le Concerto n°1 de Brahms avec l’orchestre de la Radio de Francfort et Paavo Järvi.

Le site officiel du Théâtre des Champs-Elysées