Les mini amplis DAC USB se sont multipliés ces dernières années. Leur objectif premier est simple : améliorer la sortie casque d’origine des smartphones. Ce qui n’est pas difficile en soi, les fabricants d’appareils mobiles n’ayant pas vraiment en tête de liste la quête d’une qualité sonore audiophile. Avec le DAC Onyx, la marque mondialement connue THX propose une solution compacte et performante pour magnifier la musique au casque, en déplacement comme au bureau.

THX, voilà trois lettres reconnues dans le monde entier pour leur lien avec le son surround au cinéma, puis ensuite décliné dans le home cinema. THX certifie ou intervient sur la signature sonore de multiples produits audio domestiques. La société développe également des technologie de traitement et d’amélioration pour la HiFi (THX AAA) et le son 3D (THX Spatial Audio). Depuis peu, THX a décidé de démontrer son savoir-faire aux utilisateurs de casques avec un mini ampli DAC USB dénommé THX Onyx.

En ce qui concerne cet Onyx, c'est la qualité HiFi haute résolution qui est visée grâce au circuit d’amplification THX AAA. Cela permet à la marque de développer la reconnaissance de ses technologies dans un domaine dans lequel on ne l'attendait pas forcément. Mais de nombreux fabricants de matériel HiFi pour casques ont déjà intégré le circuit AAA dans leurs amplis casques ou encore directement dans les casques. C'est le cas de Razer, connu pour ses nombreux produits autour du gaming qui vont de l’ordinateur portable aux casques en passant par les sièges ergonomiques et les manettes de jeu. Proche partenaire de THX, Razer commercialise ainsi le DAC Onyx sur son propre site.

Caractéristiques

Prix : 209,99 €

Type : ampli DAC USB

Conversion N/A : ESS ES9281PRO

Amplification : THX AAA-78

Gamme d’impédance : 22-1.000 Ohms

Impédance de sortie : 0,25 Ohm

Plage dynamique : 118 dB

Distorsion (THD+N, 1 kHz) : -110 dB

Puissance de sortie par canal (22 Ω,

Entrée : USB-C + adaptateur fourni USB-A vers USB-C

Sortie : mini-jack stéréo compatible micro (hors Apple)

Dimensions : 208 x 12 x 7 mm

Poids : 18 g

Présentation générale du THX Onyx

La catégorie des mini ampli DAC nomades est récente. Auparavant, on ne savait pas suffisamment miniaturiser les composants pour intégrer un convertisseur numérique/analogique et une section de pré-amplification/amplification dans un élément à peine plus gros qu’une clé USB. C’est désormais possible, avec des vrais composants de qualité. Le THX Onyx utilise une puce ESS9281PRO. Elle se retrouve principalement dans les DAC USB grâce à des caractéristiques spécifiques comme son encombrement minimal et sa faible consommation. Autre particularité : cette puce sait décoder le MQA et le DSD, les deux formats audio Hi-Res autres que le PCM. Sa compatibilité est donc universelle.

Le sigle THX dans la référence même du produit ne vous aura pas échappé. Cette certification issue du monde du cinéma s’est petit à petit développée dans d’autres domaines touchant au son. Le home cinema bien entendu, et les amplificateurs pour casques plus récemment. Dans ce produit, THX a intégré sa technologie AAA, pour Achromatic Audio Amplifier. Elle délivre le son le plus fidèle possible en étendant la plage dynamique. Grâce à ce circuit, le THX Onyx délivre 180 mW par canal à 22 ohms pour fournir la puissance nécessaire aux casques les plus exigeants. Certains appareils sédentaires au format HiFi ne vont pas aussi loin en termes de puissance.

Car le format de ce DAC USB est vraiment réduit. Terminé par une prise USB-C, sa partie électronique se trouve une dizaine de centimètres plus loin. Entre les deux, un câble souple permet de replier facilement le THX Onyx. Par ailleurs, une fois ce câble replié, la prise s’aimante sur l’autre partie pour occuper encore moins de place. Si votre équipement n’a pas de prise USB-C, THX a tout prévu en fournissant un petit adaptateur vers USB-A.

Du côté de l’électronique, le DAC se termine par une sortie mini-jack 3,5 mm. Comme nous l’avons vu, sa puissance sera suffisante pour la plupart des casques. Cette sortie n’est pas symétrique. Si cette caractéristique est importante pour vous, il faudra vous tourner vers un modèle concurrent. Enfin, la sortie peut délivrer jusqu’à 2V maximum. Cela signifie que ce DAC est utilisable devant un amplificateur ou une paire d’enceintes actives. Pour les adeptes du minimalisme en toute situation, vous pouvez donc imaginer un système HiFi de qualité simplifié : un smartphone, le DAC THX Onyx et des enceintes amplifiées.

Mise en œuvre du THX Onyx

La sortie casque 3,5 mm est encore très répandue sur les ordinateurs, les tablettes et les smartphones. Quoi que dans ce dernier cas, elle est en train de disparaître totalement depuis que l’USB-C s’est généralisé. Bien qu’un dongle USB-C vers mini-jack soit parfois fourni par les fabricants de smartphones. Mais la sortie est généralement de piètre qualité. Ce n’est pas si grave finalement car la tendance actuelle est plutôt aux casques Bluetooth. Bien que très pratique, le Bluetooth n’est pas la meilleure façon d’accéder à la très haute qualité audio.

Le DAC USB permet de récupérer le son numérique afin de le convertir en analogique. Ce THX Onyx est compatible avec tous les appareils capables de délivrer du son via un port USB. C’est le cas des ordinateurs fixes ou portables, des tablettes et des smartphones. Le DAC USB fonctionne sous Windows et sous macOS. Si vous branchez un micro-casque sur le THX Onyx, la fonction micro n’est pas supportée sous macOS. Dans le cas d’un iPhone, il faudra utiliser un adaptateur intermédiaire, de la prise propriétaire Apple Lightning vers USB-A. Mises à part ces deux exceptions, vous ne devriez pas avoir de question à vous poser, le THX Onyx fonctionne avec tout.

Une fois raccordé, le DAC USB THX reste en mode veille. Seule l’une de ses micro led est allumée en bleue. Si vous regardez dans la liste des périphériques, il sera absent. Pour l’activer, il faut forcément brancher un casque, ou un amplificateur HiFi, sur la sortie mini-jack. Le DAC se fait alors connaître sur l’appareil concerné. Il se nomme THX Onyx USB Amplifier.

Lorsque la musique est lancée, les trois micros leds s’éclairent en bleu si la source est en qualité CD. En PCM haute-résolution, les leds passent au jaune. Le DSD est caractérisé par la couleur rouge tandis que le MQA est associé au rose. Cela permet d’un coup d’œil de vérifier la qualité audio. THX a prévu un guide d’utilisation complet pour tous les cas de figure à télécharger sur le site Internet selon le matériel, le service de musique ou le logiciel utilisé. Le site indique également que la compatibilité du THX Onyx avec Qobuz Studio est assurée avec tous les appareils. Pour notre test, nous avons relié le DAC USB à un smartphone Android Sony Xperia et à un casque Beyerdynamic Amiron Home, le tout via l’application Qobuz.

A l’écoute

Nous débutons les écoutes avec Makaya McCraven et son dernier album, Deciphering The Message. Le THX Onyx nous fait profiter d’une large scène sonore au sein de laquelle les différents instruments de cet octette sont bien isolés les uns des autres, avec un effet de profondeur et de distance très intéressants. Avec la sortie casque analogique, on perd cette sensation de profondeur. Le son semble également moins vivant, plus renfermé, plus concentré. Avec le THX Onyx, le grave offre plus de profondeur, les notes sont tenues plus longtemps. Il n’y a pas photo, l’apport du mini DAC USB est majeur. Nous le confirmons à l’écoute du titre My Girl, l’une des reprises des classiques de la Motown par le Royal Philharmonic Orchestra. Tout est fluide avec ce DAC. Les micro-informations réapparaissent avec ce petit effet de réverbération indiquant qu’il y a dumonde derrière les instruments. Mais surtout, les voix sont clairement détachées de la masse orchestrale. Par rapport à la sortie casque d’origine, le médium est mieux défini avec le THX, les claquements de doigts retrouvent leur naturel.

Les détails d’ambiance derrière la voix de Juliette Armanet sont fins et précis à l’écoute de Brûler le feu. Sa voix est détachée du piano, celui-ci est en bas tandis que la voix est placée en hauteur. La finesse sans agressivité du médium aigu est remarquable. En comparaison avec la sortie casque basique, le résultat offert par le THX Onyx équivaut à supprimer un voile devant la musique. Nous passons sur l’électro de Darius et son dernier titre Rise. Le grave à la fois rond et percutant en colonne vertébrale du morceau donne sa pleine mesure sans jamais s’écrouler. Maîtrisé, il est même détonnant lorsqu’il est seul en début et fin de morceau. L’esthétique aérienne est parfaitement restituée avec une voix principale qui s’étend d’une oreille à l’autre. Les gimmicks au clavier sont reproduits en dehors de la tête pour apporter une ampleur agréable.

Les + :

Compact et ultra léger

USB-C et USB-A

Compatible PC/Mac/smartphone/tablette

Finesse du médium/aigu

Sensation d’ouverture sonore

Les - :

Un peu plus cher que la concurrence

Conclusion

THX n’est pas vraiment un spécialiste de l’audio haute-fidélité. Pourtant, avec le THX Onyx, la société qui a un pied en Californie et l’autre à Singapour a réussi un grand coup. Ce petit DAC USB sait se rendre indispensable par la qualité sonore qu’il délivre. Tout est correctement conçu, il n’y a absolument rien à redire. Les choix techniques font pencher la balance en sa faveur. L’excellente séparation permet de profiter avec aisance de tous types de musiques. Cette dernière n’a plus rien à voir avec la sortie casque basique d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. Si vous possédez un casque de qualité, vous ne pourrez plus jamais vous contenter des sorties d’origine après avoir essayé le THX Onyx. Il va vite devenir inséparable de votre casque préféré. Le prix peut paraître élevé face à la concurrence proposant des produits équivalents, mais le format compact et le gain qualitatif obtenu compenseront largement cet écart.