Il y a cinq ans, l’ancien chanteur de Taxi Girl se brûlait les ailes pour de bon. De sa vie de chaos et d’excès, Daniel Darc tirera des chansons rock déchirantes et souvent touchantes.

A force d’avoir été mort tant de fois, Daniel Darc est mort pour de bon il y a tout juste cinq ans. Le 28 février 2013, le chanteur était retrouvé sans vie à son domicile parisien, emporté par une overdose d'alcool et de médicaments à l’âge de 53 ans. Clap de fin brutal sur cette vie d’écorché vif ayant titubé entre excès et passions… L’ancien chanteur de Taxi Girl était sans doute la plus belle incarnation d’un Saint Sébastien transpercé de flèches. Faux dur et vrai tendre. De cette carrière chaotique dont la trajectoire sera régulièrement déviée par la drogue ou l’alcool surgiront de belles fulgurances. Des chansons incandescentes. Des cris déchirants. Ou juste touchants. Si pour beaucoup Darc fut une icône, lui s’en entoura sans compter. Elvis, Chet, Drieu, Coltrane, Nijinsky, James Dean, Vian, Van Morrison, Jacques Rigaut… La liste de ces images pieuses qu’il serrait contre son âme était longue, exigeante et plus que chérissable. Et puisqu’il y avait une vie (survie ?) après Taxi Girl, Daniel Darc poursuivra ses lumineuses pérégrinations sur un chemin fait de rêves (de cauchemars aussi…), de chaos intérieurs et d’éclairs en une poignée d’albums solo – cinq – sa prose nue toujours soupesée, souvent chantée, parfois parlée. Christique et magique.

Créez un compte gratuit pour continuer à lire