Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD18,99 €

Jazz - À paraître le 4 février 2022 | Verve

A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz vocal - À paraître le 12 novembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 15 octobre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES19,99 €
CD14,49 €

R&B - Paru le 15 octobre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €
Big

Pop - Paru le 6 octobre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

R&B - Paru le 30 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
À sa sortie le 12 mars 1967, combien imaginait que le premier album d’un jeune groupe new-yorkais managé par Andy Warhol (qui en signe la fameuse pochette à la banane) et baptisé Velvet Underground deviendrait l’un des plus grands disques de toute l’histoire du rock’n’roll ? Un des plus influents surtout… Pour relire ses onze chansons devenues presque toutes onze classiques, l’alléchant casting trans-générationnel a, comme souvent dans ce genre d’exercice, deux options : la reprise sage dans les rails de l’original ou la déconstruction revendiqué. Michael Stipe de R.E.M. entame les hostilités avec une introduction à la clarinette de Doug Wieselman pour un Sunday Morning assez épuré. Épurée également et fantomatique, la Femme Fatale de Sharon Van Etten qui avance à deux à l’heure et finit par fasciner. Andrew Bird a davantage travaillé sa copie en choisissant Venus in Furs. Il allège légèrement cette symphonie en forme de descente aux enfers en travaillant joliment les cordes et les voix.Changement radical de paysage avec un Run Run Run viscéralement primitif de Kurt Vile, qui conserve l’esprit de la version de 1967. L’exact opposé d’Annie Clark alias St. Vincent qui démonte le puzzle All Tomorrow’s Parties pour en faire une pièce arty déroutante mais pleine de trouvailles, ou de Courtney Barnett qui se contente de reprendre I’ll Be Your Mirror seule à la guitare, histoire de ne mettre en exergue que la prose de Lou Reed. Finalement, ceux qui tirent le plus à eux la couverture sont les jeunes Irlandais de Fontaines D.C. qui font de The Black Angel’s Death Song un titre sonnant avant tout comme du Fontaines D.C. Pour boucler la fiesta, le doyen Iggy Pop, seul contemporain de la bande de Lou Reed présent sur cet album-hommage, se lance dans un European Son barré et électrique (Matt Sweeney pilote le tsunami guitaristique). Un furieux bolide chamanique qui renverse tout sur son passage et referme I’ll Be Your Mirror: A Tribute to The Velvet Underground & Nico de la plus belle des manières. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Rock - Paru le 24 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES4,99 €
CD3,49 €

Jazz - Paru le 24 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Pop - Paru le 17 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

R&B - Paru le 17 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Électronique - Paru le 15 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

R&B - Paru le 1 septembre 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Jazz vocal - Paru le 13 août 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES2,49 €
CD1,99 €

Pop - Paru le 6 août 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 €
CD2,49 €

Jazz - Paru le 4 juin 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 28 mai 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES18,49 €
CD13,49 €

Jazz - Paru le 23 avril 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES3,49 €
CD2,49 €

R&B - Paru le 16 avril 2021 | Verve

Hi-Res
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

R&B - Paru le 19 mars 2021 | Verve

Hi-Res
Entre Hollywood Africans paru en septembre 2018 et ce We Are, la vie de Jon Batiste a été légèrement chamboulée. En 2020, le chanteur pianiste de Louisiane a en effet participé à la BO de Soul, le film d’animation Pixar réalisé par Pete Docter et Kemp Powers, donnant soudainement un gros coup de projecteur sur ce musicien engagé, aussi virtuose sur ses propres albums slalomant entre jazz et soul que dans son rôle de directeur musical du Late Show de Stephen Colbert sur la chaîne CBS. Avec We Are, Batiste offre sa face la plus groovy et parfois même la plus pop comme sur le single I Need You. Ici, il efface encore plus qu’à son habitude les frontières entre jazz, soul, funk, R&B et gospel pour mieux servir ses chansons et marcher sur les traces d’aînés de référence comme Marvin Gaye ou Stevie Wonder. Une quête de fusion stylistique qu’on retrouve souvent dans l’ADN des musiciens du Sud des États-Unis et particulièrement en Louisiane. Un moyen aussi de viser plus large et de tendre vers davantage d’universalité qui ne l’empêche jamais, bien au contraire, de rester un véritable militant comme sur le bluesy Cry. Même dans ses featurings, Jon Batiste reste exigeant comme lorsqu’il accueille l’écrivaine britannique Zadie Smith pour les chœurs de Show Me the Way ou qu’il demande à la grande Mavis Staples de jouer les récitantes sur le bien nommé Mavis. La richesse tant musicale que textuelle de We Are est telle qu’une simple écoute ne suffit pas à faire le tour de ce grand disque. © Marc Zisman/Qobuz

Les Collections

Le label

Verve dans le magazine